leral.net | S'informer en temps réel

La coépouse, cauchemar ou aubaine dans le ménage ? Par Yacine Bodian

Phénomène à la mode depuis quelques années, la polygamie est devenue la terreur des femmes mariées. L’objet de la peur ne trouve pas de réponse dans le partage des responsabilités ni dans les quelques jours d’absence de l’être aimé, mais bien ailleurs ; dans des domaines plus complexes. Aussi, dès l’évocation du projet de mariage, la signature à la mairie devient un débat qui tire en longueur selon la confession : monogamie ou polygamie ? limitée à deux ou plus ?


Rédigé par leral.net le Mardi 15 Avril 2014 à 10:00 | | 9 commentaire(s)|

La coépouse, cauchemar ou aubaine dans le ménage ? Par Yacine Bodian
Lorsque la problématique se pose, deux types de femmes se distinguent :

D’une part, il y a les femmes qui, pour rien au monde, ne partageraient leur homme. S’il ne s’agit que de polygamie, elles rangent tout et retournent à la maison. Trop d’histoires sordides entendues sur le sujet les en ont dégoutées. Elles préfèrent vivre avec zéro stress plutôt que de passer leur temps à suspecter toute nourriture ou douter de toute gentillesse de leur conjoint et même des proches de ce dernier qui, souvent, sont suspectés d’être complices. Pour ces dames, un couple se résume à deux personnes.

D’autres part, il y a les femmes plus tolérantes dont les unes pensent réellement pouvoir vivre dans un ménage à trois ; et les autres (souvent par stratégie ou contrainte), acceptent de signer la polygamie tout en espérant que jamais une intruse ne viendrait gâcher l’harmonie du ménage.

Il faut reconnaître que ce n’est pas évident aussi bien pour la première que pour les suivantes.

Dans certains ménages polygames, les épouses sont complices et le bonheur est au rendez-vous pour tout le monde. Elles sont tellement proches qu’une affection sincère les lie. Elles deviennent inséparables comme des jumelles et se font mutuellement confiance. Ensemble, elles font face à toutes les épreuves et, ensemble, elles éduquent leurs enfants ; une véritable entraide s’installe et aucune mauvaise langue n’arrive à en faire des ennemies, même pas l’homme qu’elles partagent encore moins leurs propres parents. Même si, de temps à autre, il y a un conflit (parce que c’est inévitable), elles le gèrent de manière intelligente en faisant chacune des concessions, sachant que dans une guerre tout le monde est perdant à tous les niveaux.

Mais parfois, la complicité est juste feinte. Pendant que l’une, naïve, croit en la sincérité de l’amitié de l’autre, une guerre sournoise pour l’éjecter du ménage est entreprise de diverses manières, allant des mensonges les plus inimaginables au pire des maraboutages, tout en ayant un comportement exemplaire vue de l’extérieur. Insoupçonnable, la vipère fait tout son sale boulot mesquinement, sans pitié ni remord, aveuglée par la méchanceté et la jalousie. Manipulée et envoûtée, la dupée découvre trop tard la face cachée de l’autre. Prise au dépourvu, elle va vivre un vrai cauchemar qui risque d’aboutir à une douloureuse séparation ou une véritable tragédie.

A cause de cette mesquinerie, les femmes ont peur des coépouses qui affichent un "visage hindou alors qu’elles sont des cowboys". Sournoises et méchantes, ces femmes n’ont qu’un seul objectif, faire de la vie de l’autre un enfer. La haine qu’elles ont pour l’autre est si démesurée qu’elle s’étend sur tout ce qui, de près ou de loin, concerne la coépouse détestée ainsi que sa progéniture. Aussi, lorsqu’il s’agira de faire le mal, l’étalera-t-on sur les enfants, parents et amis de la victime. Le mari, lui-même, n’est pas épargné. Gavé de poulets et de jus à la sauce maraboutée, il échappe rarement à une intoxication alimentaire due aux multiples produits qu’il avale.

Rien que pour échapper à ce stress, pour certaines femmes, une fréquentation ou une entente avec la coépouse est hors de question. Les épouses ne souhaitent ni se connaitre ni se voir en photo, encore moins se rencontrer. Chacune préfère vivre sa vie, loin des yeux de la rivale, plus, pour se protéger des guerres mystiques et des jalousies qui pourraient consciemment ou inconsciemment naître lorsque l’une possède une chose que l’autre n’a pas.

Néanmoins, les problèmes ne sont pas toujours endogènes. Quelquefois, ils sont plutôt liés à des facteurs exogènes : la belle famille ou les amis mènent une politique de « diviser pour mieux régner » en produisant une animosité entre les deux épouses, tout en adoptant une attitude à la limite hypocrite face à ces dernières, afin de bénéficier de faveurs des deux côtés.

Cependant, les plus dangereuses et plus redoutées de toutes sont les cousines, aigries par un secret espoir déchu, et les ex-copines dégagées. Elles croient souvent que le mari leur a été volé. Convaincues d’être dans leurs droits, elles entreprennent tout, pour récupérer leur prétendu dû, surtout si la cible a une belle situation financière. Même publiquement rejetées, ces femmes, toute honte bue et dignité aux oubliettes, vont user de toutes les manœuvres et magies noires possibles pour faire le vide autour de l’homme en question et se faire une belle place à côté.

L’épouse « réelle » n’a alors plus de vie : continuellement harcelée, traquée ou insultée au téléphone, elle sera même épiée dans la rue. Pire, il arrive qu’elle soit victime d’embuscades tendues par l’ex-copine ou cousine et leurs amies. Ces femmes désespérées deviennent obsédées, voire psychiquement déséquilibrées. Elles sont toujours très dangereuses, car n’acceptent pas la défaite. Il ne s’agit plus d’amour, mais d’obsession et de défi à relever devant l’impossible. A bout d’efforts et de schémas toujours désastreux, elles perdent toute lucidité et sont capables d’assassiner purement et simplement l’homme ciblé pour que la perte soit partagée.

C’est pourquoi, messieurs, la polygamie est une affaire à prendre très au sérieux. Il s’agit d’une décision qui doit être mûrement réfléchie et analysée à tous points de vue, car beaucoup de vies en dépendent. Elle peut être un grand bonheur pour tout le monde comme elle peut être un désastre pour tous, car en réalité, une femme, ça ne se choisit pas seulement par sa beauté, mais aussi par la pureté de son cœur.

C’est pourquoi mesdames, parfois il est bon de savoir raison garder, quand cette "surprise" arrive. Autant la coépouse peut être une sœur, une amie, une confidente autant elle peut être une vipère mystiquement introduite ou non. La seule façon de gérer la situation, c’est de se dire que c’est la volonté divine ou de se convaincre que sa venue n’est pas une trahison de l’être aimé, mais une perte de contrôle provisoire. Donc : Patience !

La tricherie c’est comme un car rapide qui passe ; il a beau rouler sa malle pleine d’expérience, il s’arrêtera un jour, souvent d’une manière catastrophique et finira aux fourrières !!!

ybodian3@gmail.com






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image