Leral.net | S'informer en temps réel



La défense du tireur d'Aurora pourrait plaider la folie

le 10 Août 2012 à 12:42 | Lu 185 fois

L'avocat de James Holmes, l'auteur présumé de la tuerie qui a fait 12 morts le 20 juillet, a évoqué plusieurs fois sa «maladie mentale» lors d'une audience .


La défense du tireur d'Aurora pourrait plaider la folie
L'avocat du tueur d'Aurora va-t-il plaider la folie pour son client? C'est ce qu'il laissait supposer jeudi, évoquant à deux reprises devant un tribunal fédéral la «maladie mentale» de James Holmes, l'auteur présumé de la fusillade ayant fait 12 morts dans un cinéma le 20 juillet.

Daniel King, son avocat commis d'office, participait à une audience consacrée à l'examen d'une requête de vingt organisations de presse demandant la divulgation de documents liés à l'affaire. Le bureau du procureur souhaite le maintien de leur confidentialité, décidée par le juge William Sylvester lors d'une précédente audience, tandis que Daniel King réclame leur divulgation. «Nous ne pouvons pas commencer à évaluer la maladie mentale de M. Holmes tant que nous n'avons pas toutes ces informations», a-t-il déclaré. «Il a essayé de chercher de l'aide face à sa maladie mentale», a-t-il également rappelé.

James Eagan Holmes suivait en effet une thérapie chez le docteur Lynne Fenton, une psychiatre spécialiste de la schizophrénie. Selon la presse, elle aurait signalé à ses collègues la dangerosité potentielle du jeune homme de 24 ans, un mois avant le massacre.

Il est accusé d'avoir ouvert le feu lors d'une projection du dernier film de la série Batman, The Dark Knight Rises, dans une salle bondée d'un multiplexe dans une banlieue de Denver. Il doit répondre de 142 chefs d'accusation, dont 24 de meurtre, puisque pour chacune des personnes décédées, il est poursuivi à la fois pour «meurtre prémédité» et pour «meurtre commis avec la plus extrême indifférence».

«Il semble se désintéresser des débats»
Pour cette troisième apparition devant la justice, Holmes n'avait pas l'air absent mais a semblé se désintéresser des débats. Il a regardé droit devant lui la plupart du temps sans parler à ses avocats. Il est apparu à l'audience non rasé, les mains et les chevilles entravées, avec toujours les cheveux teints en rouge-orangé.

«La maladie mentale est la seule défense possible dans cette affaire», commente Craig Silverman, un ancien membre du parquet de Denver. «En le répétant en plein tribunal, les avocats de Holmes fournissent ce qui sera la base de leur défense. Ce n'est pas seulement pour que la cour l'entende, mais c'était aussi pour les personnes présentes dans la salle d'audience et pour les gens de la presse, pour qu'ils le fassent savoir.»

L'étudiant, originaire de Californie, est actuellement détenu à l'isolement et il encourt la peine de mort. Il doit subir très prochainement une évaluation psychiatrique.



Par lefigaro.fr


Plus de Télé
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 19:54 Fidel Castro : la fin du voyage