leral.net | S'informer en temps réel

La dépigmentation, une mode chez les femmes sénéglaises

La dépigmentation plus précisément la décoloration de la peau reste un phénomène difficile à extirper du subconscient des femmes. Appelée "Xéssal", la dépigmentation s'est transformée en une obligation et fait l'objet de concurrence chez les femmes et surtout chez les jeunes filles.


Rédigé par leral.net le Jeudi 27 Octobre 2016 à 10:52 | | 0 commentaire(s)|

La dépigmentation, une mode chez les femmes sénéglaises
La dépigmentation au Sénégal

Toutes blanches, peau à deux tons, la majorité des femmes sénégalaises n'accepte plus d' être des femmes naturellement noires. La seule finalité, c'est de devenir une femme au teint clair. Malgré les problèmes de santé qu'elle cause ce phénomène continu à séduire les femmes sénégalaises qui bénéficient parfois du soutien de leurs copains ou leurs maris.

Cette pratique touche de nos jours les femmes de tout âge et le phénomène évolue avec son lot de conséquences les unes aussi désastreuses que les autres. La dépigmentation artificielle est devenue un véritable phénomène de société. Dans certains pays la dépigmentation est considérée comme un critère de beauté et le signe d'une certaine aisance sociale.

De nombreuses femmes noires cherchent à se dépigmenter, ainsi des femmes analphabètes à celles lettrées, toutes semblent ne pas pouvoir résister au désir de changer la couleur de leur peau. Complexes d'infériorités, effet de mode, choix esthétique, quelle que soit la justification, la dépigmentation est transformée en une obligation et fait l'objet de concurrence chez les femmes.

Les causes de ce phénomène

Certaines femmes optent pour la dépigmentation parce qu’elles ne s'acceptent pas, elles envient la peau claire des autres alors que chez d'autres, la pratique est liée à la pensée selon laquelle seules les femmes au teint clair ont de la valeur.

Les conséquences de la dépigmentation

Exit des crèmes, savons ou autres à composants chimique. De nos jours la dépigmentation se met dans l'air du temps et se veut résolument moderne. Désormais, les adeptes du "Xessal" voient plus loin, plus rapide et efficace. Ils ou elles optent maintenant pour la méthode radicale qu'est l'injection, une nouvelle forme pour se procurer un teint clair en un temps records. Et cela qu'importe le coût.

Selon le Docteur Hadi Hakim Dermatologue Praticien Hospitalier "une personne sur quatre meurt quinze jours après une piqûre, parfois on reçoit des patients qui ont ces complications à la polyclinique et le plus souvent, c'est la peau qui s’enlève comme si on épluchait une pomme de terre, quasiment tout le corps. Les malades n'ont plus aucune peau. C'est la maladie de lyell, d'aucuns viennent trop tard et meurent chez eux en peu de temps. D'autres qui ont plus de chance sont hospitalisés entre la polyclinique et l’hôpital le Dantec. La tranche d’âge de ces victimes se situe entre 18 ans et 30 ans. Le produit qui est à l'origine de ces dégâts est le glutathion."

Conséquences par injection

Avec les injections, une personne sur quatre meurt au bout de quinze jours, ce qui est énorme, c'est un vrai problème de santé publique. Cette forme de dépigmentation peut causer le diabète, l’hypertension artérielle et autres. L'autre injection qui cause les dégâts s'appelle Kenacort. Un produit utilisé pour traiter certaines maladies, par exemple les allergies. C'est un médicament très puissant contre l'allergie mais cela entraîne l’obésité, l'hypertension. Un médecin peut vous faire 20 injections et cela n’entraînera ni hypertension ni diabète parce qu'ils connaissent les antidotes, par contre les femmes ne le comprennent pas ainsi, elles l'utilisent comme elles le sentent.

Conséquences sanitaires

Selon certaines personnes:"on doit s'atteler à soigner des maladies qui sont entrain de tuer. Si tout le monde s'amuse à pratiquer le "Xessal" , surtout que ces jeûnes refusent de travailler, c'est l'Etat du Sénégal qui va tomber malade vu que c'est un pays pauvre".


Influence sur la dépigmentation

Même si ce fléau existe depuis de nombreuses années, il faut savoir qu'il ne fait que s’accroître en Afrique, en Europe et même aux USA. Il ne touche pas seulement les jeunes filles mais également les garçons. Beaucoup de personnes s'identifient aux icônes des magazines de mode, aux modèles de produits cosmétiques aux stars de foot de cinéma.



Ndéye Safietou Nam leral.net (stagiaire)







Hebergeur d'image