Leral.net | S'informer en temps réel



La fin annoncée des records sportifs

le 31 Juillet 2012 à 10:11 | Lu 749 fois

Dans sa quête d'exploits athlétiques, l'homme atteindra bientôt les limites de ses capacités physiques, prédisent des chercheurs.


La fin annoncée des records sportifs
Après les 43 nouveaux records du monde aux Jeux olympiques de Pékin en 2008, le monde attend encore de nombreux exploits les 13 jours prochains à Londres. Il sera temps d'en profiter, car la fin des records mondiaux approche, d'après les prédictions mathématiques de chercheurs français. Et ils ne sont pas les seuls experts à prévoir une telle évolution des performances sportives.
Après avoir connu des phases d'accélération grâce à la compétition sportive entre Américains et Russes au moment de la guerre froide et à l'élévation du niveau de vie assurant de meilleures ressources nutritionnelles, le nombre de records a diminué ces dernières années, expliquent Geoffroy Berthelot et ses collègues de l'Institut de recherche biomédicale et d'épidémiologie du sport à Paris. Les chercheurs français ont passé en revue, à l'aide d'un modèle statistique, les 3263 records mondiaux depuis les premiers Jeux olympiques modernes en 1896 dans cinq disciplines (athlétisme, cyclisme, haltérophilie, natation et patinage de vitesse).
Leur conclusion a de quoi décevoir les amateurs d'exploits sportifs: en 2068, 90% de tous les records du monde seront atteints et dès 2027, la moitié d'entre eux ne pourront être dépassés de plus de 0,05%, l'équivalent de centièmes de seconde au marathon ou de millimètres au saut en longueur. «Les performances sportives sont en train d'atteindre un plateau physiologique», résume Geoffroy Berthelot, pour qui les limites du corps humain ne peuvent être davantage repoussées.
Pas moins de 9,44 secondes pour le 100 mètres
Ces résultats sont confirmés par d'autres équipes de chercheurs internationaux. La limite serait même déjà atteinte pour le 1500 mètres féminin, d'après l'étude statistique du Pr Alan Nevill de l'université de Wolverhampton (Angleterre). Et selon l'analyse du Dr Reza Noubary, professeur de mathématiques à l'université de Pennsylvanie (États-Unis), le record du saut en longueur datant de 1991 ne devrait pas être dépassé avant les années 2040. Quant au 100 mètres masculin, aucun sprinter ne pourra descendre en dessous de 9,44 secondes.
Même pour Usain Bolt, l'homme le plus rapide du monde (9,58 secondes aux Championnats du monde de Berlin en 2009), trois conditions lui seront nécessaires pour espérer atteindre les 9,44 secondes, selon les calculs du Pr John Barrow de l'université de Cambridge. Non seulement le sprinter jamaïquain devra démarrer plus rapidement au pistolet de starter - son temps de réaction est encore améliorable. Mais il lui faudra aussi courir à plus de 1000 mètres d'altitude dans une ville comme Mexico (où les JO se sont déroulés en 1968), où l'air moins dense pourrait diminuer sa résistance au vent et donc augmenter sa vitesse. Il lui faudra enfin bénéficier d'un vent plus favorable (2 mètres par seconde au lieu de 0,9 aux JO de Pékin).
Toutefois, avec la croissance de la population mondiale, les chances statistiques de voir apparaître de nouveaux champions physiologiquement prédisposés à battre - même de peu - les exploits de leurs aînés devraient augmenter. Surtout, de l'avis du Pr Giuseppe Lippi de l'université de Vérone (Italie), de nouveaux records pourraient être atteints grâce aux avancées technologiques (comme les chaussures ultralégères en fibre de carbone) et aux progrès scientifiques, incluant le dopage génétique.