leral.net | S'informer en temps réel

La gestion du Sénégal après Wade

Le peuple sénégalais vient de se débarrasser de Monsieur Abdoulaye Wade après douze ans d’un règne sans partage ! Le Législatif et, dans une certaine mesure, le Judiciaire, ont été durant cette longue période des caisses de résonnance de l’Exécutif. Ce qui a largement contribué à l’émergence d’une autocratie jamais vue dans l’histoire du Sénégal indépendant. Mais, patient et intelligent, le peuple a sorti son mignon petit gourdin plat et rectangulaire et balayé, comme un ouragan, le régime du PDS qui nous avait promis en 2000 une alternance pour la majorité qui s’est muée en une véritable alter-noce pour une minorité.


Rédigé par leral.net le Vendredi 30 Mars 2012 à 03:36 | | 3 commentaire(s)|

Notre conviction est que la plupart des Sénégalais qui ont voté massivement pour Macky Sall l’ont d’abord fait pour eux-mêmes, pour le Sénégal, pour l’Afrique, en un mot, contre le président sortant. Cependant, cela ne signifie nullement que l’élu n’est pas méritant ! Loin s’en faut ! Il y avait bien quatorze candidats et il sorti deuxième au premier tour avec 26,57% des suffrages pour sa première participation à une présidentielle. Ce n’est pas négligeable comme performance politique. Et comme l’ont reconnu beaucoup d’acteurs politiques que ne sont pas de son parti, Macky a ‘mouillé le maillot’ et parcouru tout le pays pendant plus de trois ans et tissé des rapports étroits avec le peuple profond qui lui a rendu la monnaie de sa pièce.
Le Pape du sopi acculé jusque dans ses derniers retranchements et défait sans appel, Il revient maintenant au(x) vainqueur(x) de gouverner. Mais comment et avec quelle équipe ? Il faut admettre qu’il y a eu plusieurs vainqueurs au deuxième tour, même si un seul homme a été élu. Le premier et grand vainqueur, c’est le peuple qui a su récupérer son bien confisqué pendant douze longues années ; viennent ensuite le président-élu, tous les candidats malheureux qui l’ont soutenu avec dignité et hauteur, la société civile et toutes les forces vives de la Nation. C’est justement cette configuration complexe du tableau victorieux qui peut rendre la gestion de l’après-Wade très difficile !
A part le grand vainqueur, le peuple, qui ne peut pas gouverner, mais qui a besoin de respect et de considération – son petit gourdin est toujours là, à portée de main !-, tous les constituants du tableau peuvent légitimement prétendre à une parcelle du pouvoir reconquis. Et Macky Sall, soucieux de respecter la parole donnée, et compte tenu de l’apport indéniable des vaincus du premier tour, doit nécessairement partager ce pouvoir avec ses alliés de Bennoo Bokk Yaakaar. Mais ce ne sera pas chose aisée ! Le pouvoir étant ce qu’il est, les jours qui viennent risquent de nous réserver bien des surprises. Car certaines parties pourraient être tentées de réclamer une part démesurée du ‘butin’ électoral alors que le nouveau locataire du Palais a fixé le nombre des ministres de son gouvernement à 25.
A notre humble avis, les résultats du premier tour sont là pour aider le nouveau président à former un gouvernement de consensus avec ses alliés de la Coalition Bennoo Bokk Yaakaar. Mais pour plus de cohérence dans l’action gouvernementale, nous estimons que le Premier ministre devra venir du parti du Président, l’Apr. Ensuite le reste ne consistera qu’à résoudre le petit problème du niveau du Cours Moyen ci-dessous#.
La résolution de cette petite équation donne 10 postes à la coalition de Macky-2012, 5 à Bennoo Siggil Senegaal de Niasse, 4 à Bennoo ak Tanor, 3 à Idy4President, 1 (par excès) à Bamba Dièye, 1 (par excès) à Tàxaw-temm, 1 (par respect pour son passé) à Gadio. Mais si le Premier ministre sort des rangs de l’APR, Macky pourra bien enlever de son quota de dix ministères deux ou trois postes ministériels à donner aux autres alliés avec ou sans parti politique mais dont le soutien a été actif et constant.

De toute façon, le gouvernement de consensus ne devra avoir pour tâche exclusive que le redressement du pays sur tous les plans, en particulier la mise en œuvre des conclusions des Assises Nationales pour l’émergence d’un véritable Etat de droit dans notre pays. Il devra aussi être de courte durée : un an au maximum (Il appartiendra au nouveau Président de procéder aux réglages techniques le permettant). Ce ne serait pas une bonne chose pour le peuple que tous les partis de l’ancienne opposition se retrouvent pendant une longue période au sein d’un même gouvernement. Ils doivent allez aux législatives en rangs dispersés et les résultats issus de ces joutes détermineront la configuration de l’attelage gouvernemental qui dirigera le pays stabilisé, ainsi que la nouvelle carte politique. La Coalition Bennoo Bokk Yaakaar ne devrait pas commettre l’erreur historique et monumentale d’aller aux élections législatives ensemble ! Comment le PS de Tanor, l’AFP de Niasse, l’APR de Macky, REWMI de Idrissa Seck, le FRDBJ de Bamba Dièye, entre autres partis et mouvements politiques, peuvent-ils se retrouver sur une seule liste contre le PDS agonisant? Une telle démarche serait une bonne bouffée d’oxygène, une aubaine inespérée pour ce parti et ses militants actuellement dans le désarroi. Ce serait véritablement, de la part des partis de Bennoo, un terrible avis de faiblesse et de peur bleue face au parti libéral et à son leader qu’ils viennent pourtant de terrasser, la tête la première ! Ce dernier deviendrait avec ses alliés, de facto, l’opposition légitime et en même temps la deuxième force politique du pays. Et beaucoup de Sénégalais seraient alors tentés de se ranger derrière lui pour éviter l’établissement dans le pays d’une nouvelle alter-noce version Bennoo.

Pr. Gorgui DIENG
Université Cheikh Anta DIOP de Dakar



1.Posté par schwarzeraal le 30/03/2012 09:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

25 ministres c´est trop pour un des plus pauvres pays de la planéte. nous voulons de la qualité et non de la quantité ancrée dans leurs bureaux, bouffant 80% de leur budjet de fonctionement. une region, un ministre selon leurs compétences et poids politique. pas de kimoma nékhe.

2.Posté par EL HADJI NDIAYE le 30/03/2012 13:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LE peuple senegalais a dit OUFF le 25 MARS en se debarrassant du regime DE WADE .MACKY SALL doit tout faire pour que l'histoire ne se repete .Apres l'euphorie il faut commencer le travail en mettant en place un Gouvernement de qualite et republicain . Savoir raison garder car le SENEGAL n'est pas un pays riche donc faire la poilitique de ses moyens .Adieu la plethore de ministres et conseillers qui sont un fardeau pour le contribuable senegalais. La gabegie et le gaspillage doivent cesser . Pour cela il nous faut des gouvernants serviteurs de la Nation entiere et non ce que l'on a connu avec le regime vaincu. De grace qu'ils mettent en priorite les interets du peuple qui est du reste souverain sinon la sanction est toujours la pour les prochaines echeances electorales. Les institutions demeurent toujours mais les gouvernants vivent et disparaissent naturellement.

3.Posté par Famille de victime du Naufrage du Joola le 30/03/2012 16:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

CES FANTOMES QUI HANTENT...LES NAUFRAGES DU JOOLA...ATTENDENT BEAUCOUP DU NOUVEAU PRESIDENT MACKY SALL.
Pour le respect de toutes les victimes du naufrage du Joola 13 nationalités. La PLUS GRANDE CATASTROPHE MARITIME CIVILE MONDIALE A CE JOUR 2000 victimes soit plus que le Titanic qui fêtera ses 100 ans cette année et le JOOLA 10 ans d'attente et de souffrance. Beaucoup de victimes étaient originaires de la Casamance.
LES FAMILLES DE VICTIMES DU JOOLA VOUDRAIENT CROIRE A UNE JUSTICE INDEPENDANTE en FRANCE.... ET A UN PRESIDENT qui ne MEPRISERA PAS LES FAMILLES ET HONORERA LA MEMOIRE DES DISPARUS.
UNE AFFAIRE CLASSEE AU SENEGAL EN 2003 et DES PRESSIONS EN FRANCE POUR FAIRE ANNULER LA PROCEDURE JUDICIAIRE. LA FRANCE DOIT RESPECTER LES DROITS DE L'HOMME CONCERNANT LE NAUFRAGE DU JOOLA. Les familles de victimes françaises ont porté plainte en France après que le Sénégal est classée l'affaire en 2003 "circuler il n'y a rien à voir".... Les familles de victimes françaises se battent pour toutes les familles de victimes pour que la vérité et la justice répondent à l'attente des familles meurtries depuis près de 10 ans. 2002 - 2012 soit 10 ans que ce drame est méprisé et bafoué par les autorités ! des familles de victimes unies et déterminées.........
LE NAUFRAGE DU JOOLA 26 SEPTEMBRE 2002 AU SENEGAL, près de 2000 victimes mortes dans d'atroces souffrances ........ FAMILLES DE VICTIMES : NOS ENFANTS ONT BESOIN DE NOUS, DE LA VERITE....ET D'UNE JUSTICE INDEPENDANTE.... Ils sont partis dans la plus grande catastrophe maritime civile mondiale à ce jour et nous nous devons de refuser la fatalité.... refuser que l'on dise "c'est l'afrique". Il n'y a pas de couleur de peau dans la souffrance, dans le coeur d'une mère, d'un père, d'un proche, d'un ami.... soyons unis pour que la vérité surgisse... soyons unis pour une justice indépendante....soyons responsables afin que nos enfants soient fiers de leurs parents.
DIEU EST GRAND ET IL SAURA APPORTER VERITE ET JUSTICE
MERCI D'HONORER LA MEMOIRE DES DISPARUS RECHERCHER sur Youtube des vidéos sur le naufrage du Joola au LENDEMAIN DU DRAME, des images douloureuses et des témoignages très forts dont certains qui confirment que l'état était au courant très tôt.... et des témoignages qui accusent le pouvoir sénégalais.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image