leral.net | S'informer en temps réel

La grande supercherie politique - Par Ibrahima Mbodji

Maître Wade s’est approprié la célèbre maxime de Machiavel : « la fin justifie les moyens ». Celle-ci version Wade donne : « la libération de Karim Wade à n’importe quel prix ». Tout citoyen a le droit de revenir dans son propre pays, fût-il un ancien président de la République.


Rédigé par leral.net le Vendredi 2 Mai 2014 à 15:10 | | 2 commentaire(s)|

La grande supercherie politique - Par Ibrahima Mbodji
Le Sénégal ne mérite pas ça ! Maître

Au nom de quelle démocratie vous arrogez-vous le droit d’agir comme une voiture qui roule en pleine nuit tous feux éteints, le droit de vilipender le Président élu par 65% de la population un soir de 25 Mars 2012. Réfléchissez un tant soit peu, votre salut en dépend.

Par vos actions indignes de votre âge, de votre statut d’ancien chef d’Etat, Maître vous êtes en train d’entacher devant l’histoire et aux yeux de l’opinion Internationale votre sortie honorable à l’issu des dernières élections de 2012.

La République est orpheline, elle se défendra toute seule contre tout affront de quelque nature que ce soit. Il ne faudra pas mêler la politique à cela car il ne s’agit pas de politiser l’affaire Karim Wade. Il y a un temps pour toute chose et toute chose doit avoir un sens.

Je vous ai entendu dire récemment que « le procès de Votre fils est purement politique et qu’en Afrique de tels procès se gagnent par une bataille d’opinion ».

A supposer que cela soit vrai pour vous, j’aimerai vous rétorquer, premièrement que nous ne parlons peut-être pas du même procès. Deuxièmement que nos époques diffèrent. En cela que le Sénégal de 2014 a changé et les pratiques que votre génération voulait perpétuer sont aujourd’hui absoutes par la génération post indépendance.

N’est-ce pas vous-même qui disiez à qui veut l’entendre : « Karim est un sénégalais comme tous les autres. Si tel est le cas Maître, laissez la justice de votre pays, de son pays faire son travail.

En tout état de cause, nous serons tous édifiés, vous-même et tout le peuple sénégalais. Il ne sert à rien alors de vouloir blanchir votre fils tant que la justice de notre pays ne s’est pas prononcée.

Nous autres sénégalais nés après les indépendances sommes préoccupés par une seule chose : comment faire sortir le Sénégal du gouffre économique dans lequel vous l’ avez précipité par votre gestion de Cour encourageant le larbinisme à outrance, dilapidation des deniers publics et satisfaction des intérêts crypto personnels d’une minorité au détriment de la grande majorité des sénégalais.

Que votre accueil du 25 avril dernier ne vous trompe guère, ne soyez pas pleins de vous au crépuscule de votre engagement politique, au point de penser que vous êtes un messie.

Il n’y aura pas de troisième tour des élections. Mais il y’aura bel et bien un procès Karim Wade jadis puissant ministre incontournable dans les différents gouvernements de votre magistère.

Ressaisissez-vous Maître comme vous l’ont conseillé les différents chefs religieux, car la Paix sociale est une denrée rare de nos jours et en Afrique.

La République vous considère par votre statut d’ancien chef d’Etat, le peuple vous respecte et le monde entier nous observe. Mais dites-vous que la stabilité et l’intégrité nationale du Sénégal ne sont pas négociables ; et la libération de Karim Wade, de votre fils ne sera soumise à aucun type de chantage car il est sénégalais au même titre que nous autres.

Alors pour la postérité soyez un sage et ne ratez pas l’occasion de rester un modèle pour vos fils et petits-fils.

Ibrahima MBODJI
Membre APR de Lyon






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image