leral.net | S'informer en temps réel

La médaille de la Grande Royale de l’éducation Par Mathiam Thiam


Rédigé par leral.net le Lundi 18 Mai 2015 à 20:03 | | 5 commentaire(s)|

La médaille de la Grande Royale de l’éducation Par Mathiam Thiam
Chère Andrée-Marie,
La médaille que tu reçois aujourd’hui est singulière. Ce n’est pas une médaille décrétée par l’autorité, mais une médaille décernée par une communauté. C’est une médaille dont la charge affective ne peut être contenue par une poitrine, fût-elle bombée de dignité et de vanité institutionnelle. Cette médaille, elle te porte dans le cœur de tous ceux qui te sont chers.
A la veille de sa retraite, mon épouse a reçu une médaille pour, comme le veut la formule rituelle, récompenser ses fidèles et loyaux services. Mais ayant constaté l’oubli dans lequel le Grand Chancelier nous a confinés, nous les enseignants, militants de l’école, vaillants chevaliers, vaillantes chevalières de l’ordre de la craie, de l’éponge et du tableau vermoulu, mon épouse s’exclama toute embarrassée et pressée de décharger sa conscience:
«Xanaa yeen kenn du leen décorer?»
(Pourquoi ne vous décore-t-on jamais ?)
Mesdames Messieurs, chers collègues, la cérémonie d’aujourd’hui nous apporte  la réponse à la troublante question de mon épouse! La vraie médaille, la voici Andrée-Marie: c’est la reconnaissance de tes pairs, la reconnaissance de tes anciens élèves et étudiants! La vraie médaille, c’est cet hommage unanime, une médaille dont les reflets éclipsent la prestigieuse Légion d’Honneur décernée en toute solennité à la Grande Chancellerie à des citoyens certes méritants, mais pas plus dévoués, pas plus loyaux que toi, ni plus compétents que le grand penseur, le grand intellectuel qui toute une vie t’a accompagnée et dont la contribution à la formation de nos élites est incontestable, je veux citer ton époux, le professeur Mame Moussé Diagne! C’est pourquoi je peux dire, Andrée Marie, que tu n’es point Lady Macbeth, ce personnage acariâtre de Shakespeare qui reprochait à son mari d’être « imbu de lait d’humaine bonté » car tu es la bonté incarnée, parce que tu as appris toute ta vie  à partager ce qui n’a pas de prix : le savoir! En cela tu es comme cette Grande Royale de Cheikh Hamidou Kane qui a perçu avant les Diallobés la« vertu apaisante de l’école » car tu es la bonté qui materne l’apprenant, la bonté qui couve son esprit pour que jaillisse de son visage crispé par l’angoisse de l’échec, ce sourire étincelant, comme pour dire, Madame, maintenant j’ai compris! C’est cette altérité, ce culte de l’autre qui rappelle cette pensée d’Auguste Comte et à laquelle tu as su donner une réalité pédagogique durant toute ta carrière:
« Toute éducation humaine doit préparer chacun à vivre pour autrui afin de revivre en autrui.»
Revivre en autrui, c’est renaitre dans le cœur et l’esprit de ceux que tu as formés dont certains sont ici aujourd’hui, ceux à qui tu as donné plus que tu n’avais et qui sont devenus plus que tu n’es; comme dirait Victor Hugo,
« Plus qu’une transformation, c’est une transfiguration»!
Andrée-Marie tu as compris que les enseignants produisent plus que de la  richesse: ils créent de la valeur qui dépasse la leur par la magie de la pédagogie. La valeur que l’enseignant crée, c’est la joie mêlée de déférence et de reconnaissance de ces anciens élèves et étudiants devenus qui médecin, qui ingénieur,  qui professeur d’université.   C’est l’élan spontané de cet autre élève devenu un citoyen, une citoyenne respectable et honorable qui se précipite pour payer votre note de restaurant à votre insu. C’est pourquoi cette valeur transcende les grilles indiciaires étriqués de la Fonction Publique C’est plus éloquemment tout ce monde venu te rendre hommage et t’honorer  devant ta famille!
Permettez-moi de conclure par une prière, un cri du cœur. Que cette cérémonie soit l’occasion pour une prise de conscience de la nécessité de réhabiliter le savoir et ceux qui, comme Andrée Marie, le construisent
Loin de la clameur assourdissante des arènes où l’irrationnel est loi,
Loin des couloirs lambrissés  où les laudateurs sont rois,
Loin des média assiégés par des politiciens sans  foi! 
Félicitations Andrée-Marie, que Dieu te garde longtemps parmi nous ! Je vous remercie !
Mathiam Thiam
Département de Didactique de l’Anglais, FASTEF
Inspecteur Général de l’Education Nationale
Le 16 mai 2015






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image