Leral.net | S'informer en temps réel



La première dame de Kim Jong-un sort de l'ombre

le 26 Juillet 2012 à 12:13 | Lu 738 fois

Pour la première fois depuis son accession au pouvoir, le régime a évoqué mercredi le mariage du jeune leader nord-coréen avec « la camarade Ri Sol-ju ». Une révélation qui vise à asseoir son autorité face à l'armée.


La première dame de Kim Jong-un sort de l'ombre

En Corée du Nord, on a beau jouer de l'atome et du missile, c'est dans un parc d'attractions que l'on dévoile les grandes nouvelles dynastiques. L'air de rien, mercredi, la télévision officielle a annoncé que Kim Jong-un avait inauguré un de ces jolis lieux de loisirs de Pyongyang «avec sa femme, la camarade Ri Sol-ju». Voilà donc comment l'on apprend que le jeune et nouveau dirigeant nord-coréen est marié.



Ri Sol-ju est apparue aux côtés de Kim Jong-un lors d'un spectacle mettant en scène des personnages de... Disney.

Cette annonce met fin à des semaines de spéculations. Une mystérieuse jeune femme avait été vue à plusieurs reprises aux côtés de Kim ces derniers temps. Âgée d'une vingtaine d'années, les cheveux courts, vêtue avec élégance, elle était apparue lors d'un spectacle peu orthodoxe mettant en scène Mickey, puis d'une visite au mausolée du grand-père Kim Il-sung et cette semaine en visitant un jardin d'enfants. On ne sait pas depuis combien de temps le couple a convolé. Ni qui est l'heureuse élue. Selon des observateurs sud-coréens, il pourrait s'agir d'une chanteuse avec laquelle le jeune homme avait eu une idylle il y a quelques années, avant que son père Kim Jong-il n'y mette fin.


Ri Sol-ju, chanteuse, avait été remarquée pour le concert du nouvel an, en Corée du Nord.

Sept mois après son intronisation, Kim Jong-un s'évertuerait donc à consolider son image et sa position, rompant avec le secret absolu de rigueur sous les dix-sept ans de règne de son père. Au-delà de ce changement de style, le jeune Kim va-t-il enfin mettre la Corée du Nord sur le chemin des réformes économiques? Ces derniers jours, les spéculations vont bon train, alimentées par les changements dans l'appareil opérés par le nouveau dirigeant.

L'éviction du puissant vice-maréchal Ri Yong-ho, la semaine dernière, aurait ouvert la voie à un tel mouvement. L'homme, considéré comme une figure clé du régime, a été démis de toutes ses fonctions - dont celle de chef des armées - officiellement «pour raison de santé». Ce qui ressemble à une «purge» donnerait les coudées plus franches à Kim et à son oncle Jang Song-thaek, ce dernier étant considéré comme celui qui tient réellement les rênes du pouvoir. Ri Yonh-ho était considéré comme un fervent défenseur de la doctrine de Kim Jong-il, donnant priorité absolue à l'armée. Le lendemain de sa mise à l'écart, on apprenait que Kim Jong-un avait été fait «maréchal», un titre que seuls son père et son grand-père avaient porté jusqu'à présent.

Éviter un effondrement brutal du régime
Selon une source citée par Reuters, le gouvernement aurait mis en place un bureau spécial, chargé de reprendre à l'armée le contrôle de l'économie déliquescente. Kim Jong-un aurait aussi mis sur pied un «groupe de réformes économiques» au sein du Parti des travailleurs. Quelle forme pourrait prendre cet aggiornamento? À Séoul, plusieurs experts estiment que les premiers pas pourraient passer par des coentreprises montées avec des Chinois. Pékin mettrait en effet une forte pression pour des réformes, afin d'éviter un effondrement brutal du régime nord-coréen.


La réforme agricole pourrait être la rupture la plus importante, estime Paik Hak Soon, directeur du Center for north korean studies du Sejong institute à Séoul. La Corée du Nord est régulièrement en proie à de graves pénuries alimentaires et un enfant sur trois souffre de malnutrition chronique. «Il semble qu'ils étudient la possibilité de réduire la taille des fermes collectives, avec des unités de production passant d'une trentaine de personnes à quatre ou cinq, explique-t-il, voire de passer à un type d'exploitations familiales.» Un mouvement similaire à celui qu'avait initié Deng Xiaoping en Chine à la fin des années 1970.

Un changement sur la forme sans le fond?
Ces velléités réformatrices restent sujettes à caution. «Il est difficile d'avoir confirmation des changements évoqués, mais ils sont fort possibles car logiques, poursuit Paik Hak Soon. Pour ouvrir une nouvelle ère, le jeune dirigeant doit absolument réduire le pouvoir des militaires, notamment sur l'économie, et il doit aller plus loin que les réformes esquissées en juillet 2002. Je suis persuadé que l'on va voir plus de réformes et d'ouverture.»

En poste à Séoul pour l'International crisis group (ICG), Daniel Pinkston est «plus sceptique» sur cette ardeur réformatrice. Selon lui, transférer des pouvoirs d'un pôle à l'autre n'annonce pas forcément de souffle nouveau. «Il peut ne s'agir que d'ajustements mécaniques dans l'appareil, explique-t-il, et les choses bougeront vraiment quand on verra des changements dans l'idéologie, les lois, etc. Pour le moment, ce n'est pas le cas.»

Le sujet est délicat. Les dernières tentatives d'ouvrir un peu l'économie nord-coréenne aux mécanismes du marché avaient fait long feu, et une réforme monétaire esquissée en 2009 s'était mal terminée. Le haut responsable chargé de la mener aurait finalement été exécuté.


Par Arnaud de La Grange


Plus de Télé
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 19:54 Fidel Castro : la fin du voyage