Leral.net | S'informer en temps réel



La présence de la chine dans le secteur minier guinéen inquiète: Alpha Condé a-t-il compris ?

Rédigé par (Plus d'informations demain sur leral .net) le 8 Mars 2011 à 13:39 | Lu 872 fois

La mondialisation est aussi un échange libre entre les États. Ce qui veut- dire que la chine étant la deuxième puissance économique mondiale, elle est la bienvenue sur le territoire guinéen. Il est aussi vrai que pour la reconstruction du pays dans un bref délai, il faut des investisseurs qui respectent le mot d’ordre du Président de la République qui se résume à une coopération gagnant-gagnant.


La présence de la chine dans le secteur minier guinéen inquiète: Alpha Condé a-t-il compris ?
Nous savons que la Chine est une puissance économique mondiale, qui a besoin de 60 millions de femmes, sa consommation journalière en pétrole correspond à la production de l´Arabie Saoudite par jour. Le pays le plus masculin au monde arrive difficilement à nourrir son peuple par sa production locale, disposant 7 % de terre cultivable avec une pollution nuageuse et plus de 80% de ses cours d’eau en phase de disparition. Cela veut-dire que le géant chinois ne vient pas en Guinée pour nous faire plaisir. Bien au contraire, elle est également là pour s’enrichir et nourrir sa population.

Un ouvrier chinois actif avec une qualification, touche 60 euros par mois en Chine. Par contre, s’il trouve du travail en Guinée, il pourrait toucher plus de 400 euros par mois. Cela s’explique par de nombreuses pressions du gouvernement chinois à obtenir autant de visas de séjour en Guinée, et que le Président de la République doit constamment surveiller. L’ouvrier chinois qui préfère creuser à la main la terre en Afrique plutôt que de se trouver comme plongeur à Paris, ne représente qu’un exemple de la vie d’un haut cadre guinéen qui se trouve en Europe avec un diplôme non consommable.

Si les Africains n’arrêtent pas a contempler par émotion les gratte-ciels européens, et l´avancée de la technologie de l’Occident, le Chinois quant à lui trouve la nature africaine, le vent et le soleil comme une vie de paradis sur une terre pauvre avec une population paresseuse ou fainéante. Historiquement, Pékin reste un excellent partenaire de la Guinée. Mais, parfois, il faut savoir dire NON à la Chine dans certains domaines économiques. Car chaque contrat signé entre la Chine et un pays africain, cela s’accompagne immédiatement par une immigration massive des Chinois dans ce pays. Entraînant ipso-facto certaines pratiques douteuses et malsaines pour ce pays. La prostitution, l’ouverture des boutiques et de petit commerce, double job pour les femmes chinoises (le commerce le jour - la prostitution la nuit) l’ouverture des restaurants chinois et autres activités dans le domaine de la santé etc. Bref, tous ce qui peut générer l´argent et leur isolement constant face à la population, le tout contrôlé et coordonné par le gouvernement chinois.

En conclusion, "entre pays, il n’y a pas d’amis, il n’y a que des intérêts". Cela n’est qu’une allusion à la lettre du Président sénégalais Abdoulaye Wade, à son homologue Taïwanais après sa décision de faire allégeance à Pékin en Octobre 2005. Cependant, le lion noir qui est le gardien d’une corde suspendue sur la mer tendue entre les pays riches et pays pauvres, pour permettre l´équilibre sera t-il en mesure de dire NON à temps comme l’Angola ? Attendons voir.

En tous les cas, dans une causerie très amusante entre un député français et le ministre des finances congolais qui acclamait le mérite chinois dans la construction, le député français dira que son pays n’est pas pressé. Et d’ajouté ‘’vous pouvez continuer votre promenade avec Pékin, ensuite tu viendras nous voir après avoir payé vos dettes envers mon pays".

Rédaction de la Radio-Kankan.com