leral.net | S'informer en temps réel

La « sainteté » usurpée, mdr !!! - Par Alioune Badara Niang


Rédigé par leral.net le Mardi 16 Décembre 2014 à 11:44 | | 1 commentaire(s)|

La « sainteté » usurpée, mdr !!! - Par Alioune Badara Niang
Voici le temps des imprécateurs, celui de tous les manichéismes : Crei, Cicad, Arcelor Mittal, Pétrotim…, bref la basse propagande pour salir le Président Macky Sall ne désarme pas et est même devenue une ritournelle qui nous est chantée tous les jours, par ses submergés détracteurs. Au-delà de la fonction, c’est son image personnelle qui est ciblée. C’est connu, entre polémiques stériles et rumeurs infondées, comme un prurit d’agacement maximum, leur lynchage joue sur un effet de volume : Répéter des informations orientées. Refuser de prendre en compte certaines informations clés. Mais peut-il en être autrement lorsqu’on juge à l’aune de ses propres pratiques ? Bonne question de comptoir de cafétéria. Réponse : Absolument non !

Dans les faits, ces hurluberlus nous tiennent le décompte des dossiers cités plus haut, dans lesquels ils évoquent l’absence de transparence. Ils mettent en exergue ce qu’ils assimilent à une gestion scandaleuse de l’Etat tenant de «la cavalerie» sous le régime actuel, sans manquer de se réjouir à l'idée que le Président de la République, ne soit irréprochable dans ces « affaires ». Il va «s'autopeluredebananiser», prédisent-ils, paraphrasant la fameuse expression qui décrit la chute inopinée sur une pelure de banane. La belle occasion pour les chiens de se déchaîner sur leur os sur lequel ils bavent depuis des mois ?
Ah la politique ! Si on en dit du mal, on est dans les stéréotypes. Si on en dit du bien, on est dans l’angélisme. En vérité, il est aisé de constater que sous nos cieux, il ne fait aucun doute que le monde politique n’est régi, au vu de cette atmosphère aux relents méphitiques qui a atteint son comble, que par une seule loi – celle du chaos ! Quel aplomb !
Néanmoins, face à ce psychodrame à la base de cette agitation politicienne qui enfle, il importe de garder à l'esprit tous ces vrais scandales politico-financiers, les pratiques clientélistes et les méthodes peu orthodoxes, qui ont occupé le haut des débats sous le magistère des libéraux et qui aujourd’hui, leur enlèvent toute virginité car suscitant toujours l’indignation des sénégalais. Loin de moi, toute idée de mettre en parallèle les situations mais plutôt de démontrer la formidable confusion qui illustre à merveille le « Sall » jeu de ces imposteurs.
Le monument de la renaissance
Rappelons-nous d’abord de son obscur financement pour lequel des hectares de terrains domaniaux ont fait l’objet d’une « dation en paiement » (c’est une opération juridique par laquelle, en paiement de tout ou partie du montant de sa dette, un débiteur cède la propriété d'un bien ou d'un ensemble de biens lui appartenant) entre un particulier et l’Etat, sans qu’aucune trace ne soit trouvée dans les comptes de ce même Etat. Effarant aussi, initialement prévu pour 12 milliards de nos francs, son coût final a été porté à 20 milliards pour raisons de travaux supplémentaires estimés à 8 milliards ??? Plus sidérant, l’architecte-Conseil du Président Wade, également entré en relations d’affaires avec le cocontractant de son employeur, a été rémunéré par ce dernier à hauteur de 920 millions. Suffisant pour qu’il se place dans une situation manifeste de conflit d’intérêts, suffisant également pour constater les multiples violations de la loi et une absence totale du souci de préserver les intérêts de la Collectivité !
Le foncier de bambilor
Un autre scandale, c’est celui dit du «Domaine du Général Chevance Bertin» à Bambilor. L’opération foncière consistant en l’acquisition par l’Etat des terres du Général Chevance Bertin à Bambilor, au motif déclaré de sécuriser les villages situés à l’intérieur de ces terres ont comporté, sur un fond de détournement d’objectif, des manœuvres manifestes de contournement de la loi. Résultat sans surprise : Enrichissement de particuliers au détriment de la collectivité nationale et du Trésor public. Presque 30.533.456 milliards ont été perdu par l’Etat. C’est un euphémisme que de dire que l’objectif qui était déclaré n’était qu’un prétexte et que le soubassement véritable était un projet planifié d’enrichissement de particuliers comme une bamboula.
Le MCA (Millennium Challenge Account)
Pour comprendre l'affaire, reprenons les bases. Qu'est-ce-que le MCA? Le MCA est un fonds de développement mis en place par les Etats-Unis sous l’administration Bush (fils). Il est octroyé sous forme de dons à plusieurs pays en voie de développement, dans le monde, en suivant un critère de sélection très rigoureux : Bonne gouvernance, investissements sociaux, opportunité économique, entre autres.
Notre pays a eu l'ingénieuse idée de développer un projet de nouvelle ville autour de Diamniadio, pour capter ce financement Américain d’un montant d'un milliard de dollars (500 millions CFA). Le but recherché dans ce projet, était de mettre à la disposition des investisseurs un foncier aménagé et équipé pour y redéployer leurs activités ou y implanter de nouvelles industries. Une véritable stratégie de réduction de la pauvreté par l'augmentation de la croissance économique qui serait la conséquence logique de l'accroissement des investissements industriels et commerciaux réalisés dans cette plateforme.
Alors que les deux parties étaient très avancées dans les discussions et à la surprise générale, le gouvernement de l’époque opta pour un financement hypothétique de privés arabes avec Jafza, à la place du don de 500 milliards de FCFA, que les autorités américaines étaient disposées à mettre à la disposition du Sénégal. Qui peut m’expliquer ce choix de renoncer à un don aussi important pour aller emprunter moins de la moitié pour réaliser le même projet ? Quelle performance !
La mallette d’Alex Segura
Du nom de ce représentant du Fonds monétaire international à Dakar, parti de notre pays avec une mallette remplie de devises (130.000 euros au total) et offerte par le président Wade. Pour rappel, c’est à l’issue d’un diner d’adieu donné en l’honneur de l’ancien représentant du FMI, que l’aide de camp aurait demandé au président Wade, s’il fallait lui donner quelque chose comme de coutume. La suite, on la connait. Faut –il en déduire une pratique ou c’est juste la magie de la téranga Sénégalaise ? L’un dans l’autre, c’est simplement horripilant !
A la lecture de ces quelques exemples explosifs, on comprend aisément que pour dissimuler leurs propres turpitudes, la stratégie que ces détracteurs du Président Sall ont mise en place, est aujourd’hui notamment construite autour de faux-nez, de postiches qui dissimulent leur aspiration véritable qui est de faire dans la confusion de genres, renchérir et surenchérir pour mieux se victimiser. Ils veulent entretenir l’amalgame et la confusion dans l’esprit des sénégalais pour des raisons purement politiciennes. Eh oui, tout y est mis cul par-dessus tête, au prétexte de plaider la cause de Karim Wade, qui est certainement la joie de la vieillesse de son père Abdoulaye. Comme disait la Rochefoucauld : « Peu de gens savent être vieux », c’est le cas malheureusement de Wade ! Mais tout de même, n’est-il pas grand temps que le peuple le ramène définitivement dans le monde des humains ?
Se vautrer dans des accusations dénudées de sens contre le Président de la République et sa famille (son épouse, son frère, son fils, ses beaux- frères), indique que de l'enfumage se prépare à l'horizon. Ce qui montre bien le peu de considération que ces évaporés, ont pour le peuple Sénégalais dans lequel ils ne voient que des électeurs manipulables. Des pions qu’ils jouent aux dés ou au poker menteur !

Justement, c’est en vrais spécialistes de Poker menteur, qu’ils ont joué concernant le dossier d’Arcelor Mittal jusqu’à condamner notre pays à payer des millions de dollars à la multinationale Indienne. Quand Macky Sall est venu, il a repris le dossier en main, en ouvrant des discussions au sortir d’un arbitrage qui a débouché sur le résultat que tout le monde connait : Le Sénégal reçoit de l’argent en lieu et place de l’argent qu’il aurait dû payer. Le Ministre des finances a apporté devant les élus du peuple, toutes les explications idoines, qui prouvent que l’Etat du Sénégal s’est comporté en bon père de famille, ne privilégiant, du début à la fin, que l’intérêt national. Un bon arrangement vaut mieux qu’un procès long et périlleux et dont l’issue est incertaine. What else ? Donc, je considère que tout ce qui se dit depuis plusieurs jours est à cet égard inadmissible et nous éloigne des vrais sujets qui structurent notre vie et qui sont déterminants pour notre avenir.

Idem, pour l’affaire dite Pétrotim, le stratagème vise uniquement à mettre en mal l’opinion et le frère du Président. Les affirmations tranchées sur Aliou Sall sont truffées d'inexactitudes et son auteur doit apporter ses preuves au lieu de faire de la spéculation intellectuelle. Cela vous paraît-il possible qu’Aliou Sall puisse détenir 30% de la Société Pétro Tim au profit de laquelle Me Abdoulaye Wade himself, avait donné la licence pour chercher du pétrole sur le site Saint- Louis Off Shore et Cayar Off shore? OUI ? Vous avez tort car ce que veut Wade, c’est créer un cas similaire à celui de Karim. Rien de plus.
Les Sénégalais sensés, sont conscients que jamais le fonctionnement de la République n’a été aussi transparent, et ceci, à la demande de Macky Sall. Jamais les contraintes pesant sur les ministres et leurs cabinets n’ont été aussi étroites, jamais le financement d’infrastructures n’a été aussi encadré, et voilà que c’est lui qui est la cible des faiseurs de scandales. Et voilà qu’il suffit de quelques allégations sous l’ambition démesurée, au service d'un ego boursouflé, sur-gonflé d’un vieillard, pour essayer de balayer tout cela.

Tout pouvoir rencontre un jour ce cortège de coups bas et de calomnies. L’exercice du pouvoir n’est pas un privilège mais une épreuve, une charge et pour l’accomplir, il faut de la détermination et il faut du sang froid. Le président Macky Sall a une caractéristique parmi d'autres: il est d'une formidable résilience, d'une égalité d'humeur constante et il a beaucoup de courage. Mieux, c’est un homme de projets, de rassemblement et non de discorde. C’est pourquoi face à ses adversaires qui tirent à hue et à dia, il se montre responsable, adopte une posture de retenue et démontre sa capacité (ou plus précisément acceptant) de prendre la hauteur nécessaire à l’ampleur de leurs attaques. Ce qui signifie à l’inverse qu’il ne cédera nullement à l’agitation.
D’ailleurs en arrivant au pouvoir, le Président Macky Sall savait qu’il ne bénéficierait pas d’une sinécure car le Sénégal est un pays où les intrigues politiciennes sont vives. Et aujourd’hui qu’il est face à un adversaire insaisissable et sournois qui a pour nom la rumeur, le soupçon, le procès d’intention, il oppose merveilleusement un bilan sur des orientations politiques progressistes et humanistes.
Certes, tout est loin d’être parfait mais il faut lui reconnaitre sa réelle volonté et surtout sa détermination à faire bouger les choses, autrement dit de développer ce pays. C’est cela la stricte vérité. Il s’inscrit dans le nécessaire et pas dans le superflu. Et les quelques convaincantes réalisations à l’actif de son gouvernement, l’illustrent fort bien.
C’est peu de dire donc qu’aucun sénégalais ne doute de l’Ethique toc des adversaires du Président Sall. Surtout, de quelle sainteté peuvent-ils se prévaloir pour servir des demandes d’explications à ceux que les Sénégalais ont confié les rênes du pays ?
Je m’empresse de rire de tout de peur d’être obligé d’en pleurer ! C'est terrible, sans doute. Je suis probablement un monstre, mais je n'ai pas une once de confiance pour ces faiseurs de désordre. Aucun respect, rien. Je ne ressens rien. Effroyable constat mais c’est cela la réalité.
La problématique sur la transparence de l’action publique nous invite à un débat de valeurs mais par des attaques outrancières, par le mélange de la vie publique et de la vie privée, on le biaise. La publication des documents ordonnée par le Premier Ministre sur instruction du Président de la République prouvera à l’opinion (ce qu’elle sait déjà) que les dossiers d’Arcelor Mittal et de Petro Tim, demeurent de nouveaux jouets pour les mêmes enfants qui ne grandissent pas.
Très belle ironie, noël arrive dans quelques jours. Ceci explique-t- il cela ? En attendant, c'est eux qui font la courte échelle à Macky, il doit s'en réjouir !

badaraniangjunior@gmail.com






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image