leral.net | S'informer en temps réel

La suprême insulte de Maître Wade

Le Sénégal traverse encore une fois un moment décisif de son histoire. Le président sortant, Maître Abdoulaye Wade, avec un score de 34,81 % au premier tour des élections du 26 février 2012, est mis en ballotage. Il est ainsi obligé d’affronter au second tour de l’élection présidentielle, prévu le 25 mars 2012, son ancien premier ministre Macky Sall, arrivé deuxième avec 26,58 %. Il ressort des résultats du premier tour un rejet de la vision et de la politique du président sortant par 65,19% des électeurs votants. Le président Abdou Diouf, avec 41,30 % au premier tour des élections du 27 février 2000, avait fait mieux qu’Abdoulaye Wade. Monsieur Laurent Gbagbo, avec 38,3 % des voix au premier tour des élections du 31 octobre 2010 en Côte d’ivoire, a réalisé un meilleur score qu’Abdoulaye Wade !


Rédigé par leral.net le Jeudi 22 Mars 2012 à 19:38 | | 2 commentaire(s)|

Le bon sens devrait animer le président sortant à tirer toutes les conséquences du rejet par la majorité des sénégalais de son régime, caractérisé par des scandales financiers sans précédent et une insolence honteuse de certains de ses collaborateurs, devenus subitement riches. A cela, il convient d’ajouter l’impunité et la corruption érigées en règle et le traitement préférentiel accordé à quelques groupes de personnes dont le dénominateur commun est d’obéir aveuglément et sans aucun discernement à tous les désidérata du chef. Il en résulte des disparités répugnantes observées dans les conditions de vie des populations. La pauvreté quasi absolue de beaucoup personnes confrontées à l’équation du repas quotidien coexiste avec un train de vie dispendieux, insolent et méprisant des « nouveaux riches » du régime de l’alternance. Ce sont là autant de faits qui ont favorisé un profond désamour entre le président sortant et les sénégalais. Les élections locales de 2009 remportées, dans la plupart des grandes villes par l’opposition, annonçaient la descente aux enfers du camp présidentiel. Mais une approche plutôt politicienne n’a pas permis de cerner objectivement les facteurs explicatifs de ce recul et de prendre les dispositions idoines pour y remédier.

L’argument brandi par le président sortant et ses alliés, à savoir le taux d’abstention de 48,42 %, pour justifier son bas score au premier tour, est fallacieux, grotesque et incite à rire aux éclats. Rien ne permet d’affirmer que les abstentionnistes allaient voter pour le président sortant. On est plus en droit de penser que les abstentionnistes allaient surtout voter pour les candidats de l’opposition, dont certains n’ont pas battu campagne en raison de leur engagement contre la candidature du président sortant. En ce moment là, le camp du président sortant a déployé toutes ses énergies, utilisé d’importantes sommes d’argent et sillonné le Sénégal des profondeurs pour mobiliser ses militants. Aucun effort n’a été ménagé par la coalition des parties qui soutiennent le président sortant pour mobiliser les militants et obtenir la victoire au premier tour.

C’est pourquoi, il est puéril d’entendre les valets du président candidat sortant ressasser le taux d’abstention pour justifier la mise en ballotage de leur candidat. Le seul et dernier espoir de cette coalition devrait résider plutôt dans le ralliement des militants de l’opposition ayant voté au premier tour que dans le vote des abstentionnistes. Wade et son clan ne devraient, non plus, rien espérer de la consigne de vote donnée par Béthio Thioune et qui n’a pas permis à Wade de remporter les élections au premier tour.

Il est bien dommage que Maître Wade n’ait pas eu une lecture plus affinée et plus objective du rejet de sa politique par la majorité des sénégalais et en tirer toutes les conséquences. Il se priverait ainsi d’une sortie par la petite porte - ou même par la fenêtre - après avoir aidé, par le passé, à asseoir la démocratie sénégalaise.

L’entêtement odieux du président sortant à rester au pouvoir pour, entre autres, effacer les traces de la gestion gabégique, clientéliste et patrimoniale de son régime l’amène à affirmer des stupidités que le bon sens refuse d’admettre. C’est à la fois dégoutant et révoltant pour chaque sénégalais d’entendre le président affirmer, sans gêne, qu’il n’existe aucune personne capable de terminer les chantiers qu’il a initiés. Cette déclaration est très dangereuse et renseigne à suffisance sur la personnalité et les méthodes pernicieuses de son auteur qui se considère à tort comme le Jules César des temps modernes. Elle est une insulte inacceptable à l’expertise sénégalaise reconnue à travers le monde et fortement sollicitée au-delà de nos frontières. Elle est une atteinte grave à l’honneur des sénégalais et au principe de la continuité du service public.

Maître Wade nous révèle à travers sa déclaration son attitude de condescendance vis-à-vis des sénégalais qui, à ses yeux, ne sont que des moins que rien ! L’hypertrophie de son moi l’a toujours empêché de reconnaître et d’exalter, en dehors des considérations électoralistes, l’intelligence et l’expertise des sénégalais. Il en est de même de son complexe vis-à-vis de Nelson Mandela ou de Cheikh Anta Diop qu’il ne cite presque jamais, en dépit de son semblant d’engagement pour le panafricanisme. Le président sortant, se prenant pour un surdoué, n’a jamais arrêté d’avoir l’insulte à la bouche en déclarant avec fierté et arrogance, l’impossibilité pour un être humain normal de lui succéder à la tête de l’Etat. Sacré Wade, il n’y avait pas de Sénégal avant lui et il n’y en aura plus après lui !

Les élections du 25 mars offrent aux sénégalais l’occasion unique de laver leur honneur en retirant de façon massive, pacifique et définitive leur confiance à Maître Wade et à son clan. Nous devons absolument opposer un niet catégorique à Maître Wade et lui montrer, en dépit de sa vaste opération d’achat de conscience, que notre dignité n’est pas une marchandise à échanger contre des mallettes remplies d’argent. Nous avons l’impératif catégorique de prouver à Maître Wade notre maturité et notre sens élevé de dépassement, en dépit des nombreuses tentatives pour nous diviser à des fins électoralistes. Il nous revient également de faire comprendre à Maître Wade que ses tentatives pour semer la zizanie entre les confréries religieuses resteront vaines en raison des liens qui unissent les sénégalais malgré la diversité de nos convictions religieuses.

Il est grand temps de tourner la page du régime de Maître Wade pour en ouvrir une autre où les fondements et les valeurs de la république seront restaurés et renforcés. Maître Wade, nous en avons assez de vos insultes!


Moussa Amadou Sy
Burkina Faso



1.Posté par mousa le 23/03/2012 01:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LE PCR DE LA COMMUNAUTE RURALE DE BOUROUCO ,departement de MEDINA YORO FOULA,region de KOLDA,BIEN QUE SE RECLAMANT DU PDS ,LAISSE LE CHAMP LIBRE A BENNO BOK YAKAR GAGNER LA FUTURE ELECTION PRESIDENTIELLE ET RESTE DANS DANS LA COMMUNE DE KOLDA FAIRE LA DOLCE VITA AVEC LES FONDS DE CAMPAGNE.Il a fait un deal avec les dirigeants de l’opposition.
Baabili balde.

2.Posté par joob gey le 23/03/2012 09:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

WADE N’A PAS L’ELEGANCE DE ABDOU DIOUF, LOIN DE LA, IL VA VOULOIR S’ACCROCHER.

MAIS QU’IL SACHE QU'UNE FOIS QU'IL SERA CLAIR QU'IL AURA PERDU LES ELECTIONS, CE SERA UN GRAND DANGER POUR LUI DE FAIRE UN FORCING.

PARCE QUE NOS FORCES DE SECURITE DANS LEUR ENSEMBLE (ARMEE, GENDARMERIE, POLICE), NE VONT PAS LE SUIVRE DANS SA FOLIE.

ILS SONT TOUS DES LEGALISTES, DES PATRIOTES ET DES REPUBLICAINS ET IL NE PEUT PAS TOUS LES CORROMPRE. S'IL N'ACCEPTE PAS SA DEFAITE IL SE METTRA EN DANGER LUI ET SON ENTOURAGE.

CELA ETAIT POSSIBLE A UN MOMENT, MAIS LA DONNE NATIONALE ET INTERNATIONALE A CHANGE, CE N'EST PLUS POSSIBLE.

S'IL S'ENTETE, IL RISQUERA LA PRISON AUSSI VIEUX SOIT IL. ET SI CETTE ENTETEMENT AURA ENTRAINE DES MORTS LE PEUPLE SERA SANS PITIÉ.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image