Leral.net | S'informer en temps réel



La tension remonte après l'immolation d'un moine tibétain

Rédigé par leral .net le 28 Février 2009 à 14:41 | Lu 660 fois

Selon des témoins et des associations tibétaines, la police a tiré à trois reprises sur un moine qui venait de s'immoler par le feu. La scène a eu lieu vendredi à Aba, dans le Sichuan (sud-ouest du pays), et a provoqué de vives tensions.


La tension remonte après l'immolation d'un moine tibétain
AFP - La tension est montée dans une ville de la province du Sichuan (sud-ouest de la Chine) où la police a tiré sur un moine tibétain qui venait de s'immoler par le feu, à l'approche du 50e anniversaire du départ en exil du dalaï lama, ont rapporté samedi des témoins et des associations pro-tibétaines.

Selon l'association Free Tibet, basée à Londres, la police a tiré sur le moine qui s'était juste avant immolé par le feu, dans la ville de Aba, dans la province du Sichuan. L'incident s'est produit vendredi.

Selon l'autre association "Students for a Free Tibet" (Etudiants pour un Tibet libre), le drame s'est produit à proximité du monastère de Kirti, lorsque les autorités ont empêché un millier de moines de se rendre à l'intérieur du site.

Alors que la plupart des moines se dispersaient sur les conseils de leurs aînés, un de leurs coreligionnaires d'une vingtaine d'années qui portait un drapeau tibétain à l'effigie du dalaï lama s'est immolé par le feu, selon un communiqué vendredi à New York de l'association, qui dit avoir recueilli le récit d'un témoin. Les faits ont également été rapportés l'association International Campaign for Tibet (ICT), basée aux Etats-Unis.

La police a tiré à trois reprises sur le jeune homme du nom de Tape avant de rapidement emmener le corps, selon "Students for a Free Tibet" qui ne sait pas si la victime était toujours en vie.

Des résidents de Aba, joints au téléphone par l'AFP, ont confirmé que la police avait tiré, sans préciser vers qui les tirs étaient dirigés.

Interrogée pour savoir si un moine s'était immolé par le feu, une employée d'un hôtel de la ville a répondu sous couvert d'anonymat: "C'est vrai, mais je ne peux pas en dire plus. Mon téléphone est sur écoute".

D'autres résidents ont confirmé les tirs de la police, avant de rapidement raccrocher.

Certains témoins ont également fait état d'une importante présence policière. "Il y a de nombreux policiers qui patrouillent dans les rues et tous sont armés", a témoigné l'employé d'une maison de thé, également sous couvert d'anonymat.

Le gouvernement local et la police n'ont pas fait de commentaires.

Le dalaï lama, le chef spirituel tibétain, a mis en garde mardi contre une répression chinoise au Tibet à l'approche du 50è anniversaire du soulèvement contre Pékin.

Cette mise en garde survient alors que des agences de voyage ont annoncé que la Chine allait fermer le Tibet aux touristes étrangers avant le 10 mars, jour du 50è anniversaire de l'insurrection tibétaine, et que, selon des sources concordantes, la sécurité a éte renforcée dans la région himalayenne.

Jeudi, la Chine a démenti vouloir fermer le Tibet aux touristes étrangers avant le 10 mars.

Il y a un an, plus de 200 Tibétains ont été tués au cours des manifestations de mars 2008 qui coïncidaient avec le 49è anniversaire du soulèvement anti-chinois de 1959, selon des exilés tibétains. Pour sa part, Pékin a accusé des "émeutiers" tibétains d'avoir tué 21 personnes.