Leral.net | S'informer en temps réel



La victoire de François Hollande vue d’Afrique

le 9 Mai 2012 à 19:52 | Lu 436 fois

Les Africains ont été nombreux à suivre l’élection présidentielle française remportée par le socialiste François Hollande. Désormais beaucoup se demandent quelle sera sa politique envers le continent ? Mettra-t-il fin à la Françafrique ? La presse africaine n’a pas manqué de commenter les résultats du scrutin. Elle n’a aussi pas mâché ses mots à l’encontre de Nicolas Sarkozy, le président sortant. Morceaux choisis.


La victoire de François Hollande vue d’Afrique
« Les Français ont "dégagé" Sarkozy ! », s’exclame GuinéeConakryinfo.com. « François Hollande, le tout nouveau président de la France doit ressentir l’immense joie d’un sportif », imagine le journal en ligne qui estime « que celui dont les chances étaient maigres au départ, et qui, au fil des joutes, au rythme des foules, à l’aune de son courage, a fini par triompher ! » Le journal a tout de même tenu à « rappeler qu’avant les événements du Sofitel New York, Dominique Strauss-Kahn était "l’atout absolu" du PS aux élections présidentielles qui se profilaient. Avec ce scandale, beaucoup de militants avaient cru que leurs espoirs de voir un des leurs occuper le palais de l’Elysée, étaient définitivement ruinés ».

« La marche tranquille d’Hollande vers l’Elysée », titre le journal AufaitMaroc. François Hollande cet homme « normal » met fin aux espoirs de Nicolas Sarkozy de garder son mandat pour cinq nouvelles années. Le quotidien pointe du doigt le « bilan très critiqué » de Nicolas Sarkozy « et une campagne électorale des plus controversées où il a radicalisé comme jamais auparavant son discours sur l’immigration, la sécurité, les frontières ». Et AufaitMaroc d’ajouter : « Si la campagne électorale n’a évité aucun sujet scabreux, y compris la mixité dans les piscines et l’étiquetage de la viande halal, cela s’est fait au détriment des dossiers les plus cruciaux pour le pays, plongé dans un contexte de crise de la zone euro, de chômage, et de croissance économique plate ».

« Sarkozy a même osé "poignarder" les Africains »

Le journal tunisien Kapitalis met aussi l’accent sur le « bilan négatif » du président sortant. Le quotidien qui ne mâche pas ses mots à l’égard de Nicolas Sarkozy estime que « la défaite de l’ami et protecteur des dictateurs du monde arabe est méritée ». Mais pour le journal, « là où Sarkozy fut sans conteste numéro un, c’est dans l’art de manier la peur du "loup islamiste". Dans ce domaine, il a eu un "modèle" en la personne de son "ami" et "obligé", l’ex-président tunisien Zine El-Abidine Ben Ali. « Jamais autant de Français n’ont été autant ouvertement islamophobes que sous sa présidence ». Selon le journal, Sarkozy est un président « qui n’a cessé de stigmatiser et d’insulter l’islam et les musulmans. Qui n’a cessé de faire des lois sur le voile. Qui n’a cessé de taper médiatiquement sur des Français musulmans qui n’ont fait, pourtant, que pratiquer pacifiquement leur religion ».

Kapitalis va même plus loin, faisant référence au discours de Dakar du 26 juillet 2007. Le journal indique que « Sarkozy a même osé venir "poignarder" en direct les Africains subsahariens, alors qu’il était leur invité, en leur assénant un terrible : "Vous n’êtes pas assez entrés dans l’Histoire". Une phrase qui rappelle les périodes sombres de la colonisation française. C’est bien connu, Nicolas Sarkozy est un grand poète des mots. Il manie bien la langue française. Petit florilège : "Casse-toi pov’con", ou encore "On va nettoyer tout ça [la racaille de banlieue] au Kärcher ».

« Quel Hollande pour l’Afrique ? »

L’intelligent d’Abidjan s’est intéressé quant à lui aux « secrets et enjeux d’une victoire très très très serrée ». Le quotidien s’interroge sur la manière dont vont désormais se dérouler les relations entre la France et la Côte d’Ivoire. « Hollande a gagné et après pour…Ouattara, Gbagbo, les Ivoiriens et l’Afrique », écrit le journal.

« Quel Hollande pour l’Afrique ? » s’interroge également L’Observateur Paalga. « Saura-t-il répondre aux nombreuses attentes de ses concitoyens, lui dont le slogan de campagne a été : "Le changement, c’est maintenant" ? Et parlant de changement, que peut bien attendre l’Afrique de cette victoire socialiste ? », se demande le quotidien burkinabè. « Faut-il s’attendre à mieux avec François Hollande ? Certes ce dernier se propose de créer une Francophonie économique qui trancherait avec les pratiques officieuses et obscures de la Françafrique », écrit le journal. « Certes l’homme du "Changement maintenant" a affirmé que les relations entre la France et l’Afrique ne reposeraient plus sur des usages inacceptables, comme le soutien aux dictatures africaines et le silence coupable face aux violations des droits humains dans le pré-carré. Mais le président pourra-t-il tenir les promesses du candidat ? », s’interroge à nouveau le quotidien. « Rien n’incite à l’optimisme », estime L’Observateur Paalga.


SOURCE:Afrik.com


Plus de Télé
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 19:54 Fidel Castro : la fin du voyage