leral.net | S'informer en temps réel

La voisine repasse les habits de son mari, Fatou Diouf, folle de rage, lacère son visage avec une lame

Une affaire de coups et blessures volontaires sur fonde de jalousie s'est invité hier au rôle de l'audience du tribunal des flagrants délits. Il s'agit de la dame Fatou Diouf qui a lacéré à coups de lame une de ses voisines, Seynabou Bopp qui, selon elle, avait eu le toupet de repasser les habits de son mari.


Rédigé par leral.net le Jeudi 18 Décembre 2014 à 13:00 | | 0 commentaire(s)|

La voisine repasse les habits de son mari, Fatou Diouf, folle de rage, lacère son visage avec une lame
Tout a commencé lorsque Seynabou Bopp, qui passait devant la chambre de Fatou Diouf, a vu son mari qui repassait ses habits. C'est ainsi qu'elle lui a alors proposé son aide. Une chose qu'elle va regretter puisque lorsqu'elle a commencé à repasser les habits du sieur Boubacar Diagne, sa femme, qui est tombée sur la scène a commencé à se disputer avec elle. Et, en riposte, Seynabou lui a lancé à la figure que si elle ne pouvait pas bien s'occuper de son mari, une autre allait s'en charger. Le mot de trop qui a provoqué une vive colère de la femme du sieur Diagne qui a attendu le crépuscule pour aller se procurer une lame à la boutique. Et, c'est avec cette lame qu'elle a lacéré le visage, la tête et les bras de sa voisine Seynabou Bopp, lui occasionnant ainsi une incapacité temporaire de travail de 25 jours.

Interrogée à son tour, la mise en cause a noté qu'elle n'a pas vu d'inconvénient à ce que Seynabou repasse les habits de son mari, mais le hic, c'est que c'est en rentrant dans sa chambre que cette dernière l'a insultée de mère. C'est ainsi, dit-elle, qu'elle s'est procuré un bâton avec lequel elle l'a frappée à la tête. Soutenant qu'elle est tombée par la suite, elle confie que c'est en se relevant qu'elle a ramassé quelque chose pour se défendre, disant ignorer qu'il s'agissait d'une lame.

Le mari, qui a comparu à titre de témoin, soutient qu'il est venu pour les séparer et qu'il n'a pas remarqué de lame dans la main de son épouse. Ce dernier, qui a laissé la dame Seynabou repasser ses habits, a avoué qu'il a eu à faire la cour à la dame en question, en 2005. La dame Bopp a demandé pour sa constitution de partie civile la somme de 350.000 francs, là où le procureur a noté la constance des faits au motif que la prévenue a affirmé avoir lacéré le visage de Seynabou. Et comme Fatou Diouf avait soutenu avoir agi avec préméditation lors de l'enquête préliminaire, le procureur a requis à son encontre une peine de 2 ans dont 3 mois ferme.

Serigne Amadou Mbengue, qui assurait la défense de la prévenue, a noté que sa cliente a agi sous le coup de la jalousie. Il a aussi soutenu que les deux voisines devraient privilégier le dialogue, car habitant la même maison. Me Mbengue n'a pas manqué d'indexer le mari. Boubacar Diagne qui est à l'origine de la dispute, car ayant fait la cour dans le passé Seynabou Bopp. Il a ainsi demandé une application extrêmement bienveillante et magnanime de la loi pénale.

Finalement, le tribunal a reconnu Fatou Diouf coupable avant de la condamner à une peine de 2 ans dont 1 mois ferme à payer la somme de 350.000 francs à la partie civile.

Le Populaire






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image