leral.net | S'informer en temps réel

Lampedusa: une honte Européenne? une Méga Honte africaine? ou les deux ?

Le monde vient d'assister impuissant à la tragédie qui s'est produit au large de l'île de Lampédusa en Italie où l'immigration clandestine a fait encore une fois de plus près de 350 morts, dont la plupart étaient des somaliens et des érythréens.


Rédigé par leral.net le Jeudi 10 Octobre 2013 à 09:50 | | 0 commentaire(s)|

Lampedusa:  une honte Européenne? une Méga Honte africaine? ou les deux ?
Le pape François 1er, attristé, évoque une honte européenne en accusant les occidentaux de ne pas faire assez pour aider les africains qui vivent dans la pauvreté.

En tout cas, la question est posée et des solutions devront vite être trouvées car aujourd'hui, les africains ne font qu'un milliard de la population mondiale, mais d'ici 2100, ils atteindront quatre milliards.

Le continent africain verra sa population augmenter de 300% là où celle de l'Europe va baisser de 13%, donc c'est inutile de penser à stopper l'immigration en fermant les frontières.

Tant que nous vivrons dans la misère et que l'avenir s'assombrira de plus en plus, nous, africains, nous continuerons à braver la mer dans l'espoir d'avoir des lendemains meilleurs.

Quelle est la nature des relations entre les Etats européens et les Etats africains? Peut-on oser parler de recolonisation africaine? non. De pillage néocolonial? Pouquoi pas. Mais de colonisation économique? Certainement oui.
Aujourd'hui, un demi siècle après l'indépendance des pays africains, tous les grands secteurs-clés sont entre les mains des firmes européennes. Le Pétrole, le diamant, l'or, le bois, les banques, la télécommunication, l'eau, l'énergie, les transports, l'agroalimentaire, le ciment, l'alcool, l'hotellerie, la téléphonie mobile, le coton, les assurances, les équipements informatiques, les ports, tous ces domaines sont exploités par Total, Orange, le groupe Bolloré, la Société Générale, BNP, Aréva, Bouygues, Air France, Castel, Accor et j'en passe. La ruée vers les énergies renouvelables se passe aussi en Afrique et après la société Sun Biofuels qui s'est implantée en Tanzanie, le groupe britannique Crest Global Green Energy détiendrait 900 000 hectares de terres cultivables en afrique de l'Ouest pour préparer le marché des biocarburants.
A l'heure de la globalisation, l'Afrique ne peut pas se replier sur elle-même car elle n'a ni les moyens, ni les capacités de négocier. Elle n'est pas en position de force.

Fort de ce constat, nous sommes d'accord avec le Pape François 1er, quand il parle de la honte occidentale, car l'afrique ne reçoit en retour que des "clopinettes". Que fait-on des bénéfices de ces entreprises qui se chiffrent en millions d'euros? A part les sommes d'argent très bien gardées dans les paradis fiscaux, nos états ont-ils négocié des investissements dans l'éducation, la formation de médecins, d'ingénieurs ou d'autres corps de métier, la construction d'hôpitaux, de laboratoires de recherche, d'infrastructures routières et sportives; est-ce que réellement "la détérioration des termes de l'échange" que le président SENGHOR condamnait, est encore d'actualité. Bref ces firmes participent t-elles réellement au développement et au bien être des populations africaines?

N'est-il pas vrai que la main qui donne est au-dessus de celle qui reçoit, donc pourquoi les institutions financières internationales ne contrôlent pas l'utilisation à bon escient de l'argent? Pourquoi François Hollande n'aurait-il pas le droit de demander par exemple des comptes au président du Sénégal sur les 130 millions d'euros ( 85 milliards de Francs cfa ) que la France lui a accordé dès son accession au pouvoir (pour information, depuis son indépendance, le Sénégal est le pays le plus assisté du monde par tête d'habitant)? Nous pouvons multiplier autant de fois ces types de questions et les réponses nous prouvent que oui l'Europe devrait avoir honte ou du moins se sentir coupable.

Qu'en est-il alors de la Méga Honte des dirigeants africains

Quand on parle de l'Afrique, on pense tout de suite à des mots qui hantent son quotidien: la faim, la soif, la pauvreté, le chômage, la corruption, les guerres civiles, les maladies, l'insalubrité, l'instabilité, etc. Alors que le continent africain est immensément riche et une population extrêmement pauvre.
L'Afrique regorge de richesses telles que le pétrole qui représente 70% du PIB du Gabon, 70% du PIB du Congo, 60% du PIB de l'Angola, 46% du PIB du Nigéria. La Côte d'Ivoire avec plus de 40% de l'offre mondiale est le premier producteur de cacao au monde, le Mali aux cotés de l'Afrique du Sud fait partie des premiers producteurs d'or dans le monde. Le Maroc, le Sénégal,le Togo sont les fers de lance de la production de phosphates en Afrique et le géant nucléaire français AREVA exploite depuis 50 ans l'uranium du Niger.
Les ressources halieutiques sont pillées par des européens et des asiatiques avec la complicités de certains de nos états qui distribuent honteusement les licences de pêche afin de s'enrichir encore et encore pendant que le peuple, bouche bée, crève de faim. D'ailleurs certains pêcheurs sénégalais qui ne trouvent plus de poisson sur les côtes Atlantiques du pays, se disent obligés d'aller clandestinement dans les eaux mauritaniennes où la plupart sont arrêtés et même souvent torturés, tandis que les autres tentent de regagner les Iles Canaries à la recherche d'une vie meilleure.

La jeunesse sénégalaise ne trouvant plus l'espoir de sortir la tête de l'eau préfère alors affronter les eaux de l'océan Atlantique avec, comme slogan: Barça ( diminutif de Barcelone ) ou Barsac ( la mort ), c'est à dire atteindre Barcelone ou périr et malheureusement beaucoup y laisseront leur vie.
Cette jeunesse qui n'a pas peur de mourir, ne va certainement pas avoir peur de la crise européenne, donc penser que la crise qui sévit en Europe peut être un argument pour freiner ces jeunes, relève tout simplement d'une utopie car en Afrique nous naissons dans la crise, grandissons dans la crise et mourrons certainement dans la crise sauf si on est fils de président, de ministre, de directeur qui, sans vergogne, pillent les deniers publics.
Les matières premières constituent près de 90% des recettes d'exportation des états africains et la manne financière que cela représente, reste pour la plupart entre les mains des politiciens et dirigeants verreux qui ne se préoccupent guère de sortir leurs populations du marasme économique.
Le cynisme, c'est que l'argent amassé par les sociétés occidentales et les voleurs des différentes républiques africaines accentue la pauvreté des populations, finance les guerres civiles et renforce les dicateurs au pouvoir.

L'auteur René DUMONT, déjà deux ans après l'indépendance des pays africains, écrivait en 1962: " L'Afrique Noire est mal partie". En 1991, l'écrivaine Axèle KABOU se demandait " Et si l'Afrique refusait le développement?". Et en 2013, l'ancien président de l'Olympique de Marseille Pape DIOUF affirmait que " le seul développement qui existe en Afrique, c'est le sous développement". Vous comprendrez donc aisément qu'à travers ces inquiètudes, l'heure est grave et il est vraiment temps que l'Afrique se réveille.

En conclusion nous sommes tentés d'élargir l'assertion du président Omar BONGO à toute l'Europe quand il disait de la France " l'Afrique sans la France, c'est une voiture sans chauffeur, la France sans l'Afrique, c'est une voiture sans carburant".


Lamine DIAKHATE, un africain à Marseille.









Hebergeur d'image





Hebergeur d'image