leral.net | S'informer en temps réel

Lancement Semaine nationale de l’Ecole de Base : Discours du maire de la commune de Bandegne Ouolof


Rédigé par leral.net le Mercredi 3 Juin 2015 à 20:50 | | 0 commentaire(s)|

Lancement Semaine nationale de l’Ecole de Base : Discours du maire de la commune de Bandegne Ouolof
Ainsi, je voudrais tout d’abord vous exprimer toute notre satisfaction pour avoir bien voulu accepté spontanément ma proposition d'organiser la cérémonie de lancement de la 19e édition de la Semaine nationale de l’Ecole de Base à Bandegne.

Ce faisant, Bandègne, est aujourd’hui le coeur de l'école du département de Kébemer comme en témoigne la présence de toutes les autorités académique.

Comme vous le savez sans aucun doute, l’école revêt une importance capitale pour le développement d’un pays. Mais malheureusement, il y a encore dans nos communes rurales des manquements qui handicapent son émergence :
Scolarisation tardive, abandon précoce des classes, insuffisance de l’encadrement des enseignants par déficit de moyens logistiques et j’en passe.

Il apparaît plus que jamais si non impératif du moins nécessaire de changer de paradigme pour jeter les bases nouvelles d'une école porteuse de germes d'un développement durable. A cet égard, la détection précoce des talents me paraît un prélude nécessaire à cette ambition.

Un accompagnement pédagogique susceptible de leur ouvrir les portes des prestigieuses écoles comme Mariama Ba pour les filles et le Prytanée militaire pour les garçons pourrait être mis en place à cette fin.

Pour notre part, nous vous réitérons encore toute notre disponibilité et tout notre engagement à vos côtés à œuvrer pour une émergence irréversible d'une école de qualité, une école de référence dans le département de Kébémer.

Les distinctions d’honneur que nous venons de vous décerner, les prix donnés aux deux meilleurs élèves de chacune des 29 écoles que compte la commune de Bandegne sont pour nous un signe d'encouragement de la promotion de l'excellence

C'est aussi dans ce sens que, dès l'entame de la rentrée scolaire, nous avons donné gratuitement les fournitures scolaires à tous les élèves des écoles de la commune pour près de 5 millions. Nous avons aussi réhabilité les écoles de Ndiarno et de Messere qui n'offrait plus les mesures de sécurité nécessaire, des latrines ont été également construites à Parba pour améliorer les conditions d'étude et d'hygiène. Cela va sens dire, nous allons poursuivre ces efforts.

Monsieur l’Inspecteur, la cérémonie qui nous réunit aujourd'hui devra marquer le début d'une nouvelle ère de management du système éducatif à la base avec des objectifs de performance clairement définis et bien partagés, vu que l’éducation fait aussi partie des compétences transférées aux communes.J'en appelle de tous mes voeux,

Au demeurant, nous vous saurions gré monsieur l’inspecteur de réserver aussi une place de choix à l’Alphabétisation des femmes, facteur d'inclusion sociale et levier de développement économiques et d'autonomisation.

S’agissant du thème de cette année, je voudrais rappeler que l’état civil est Une compétence communale mais surtout dire le rôle prépondérant qu’il joue pour la démocratie et la gestion publique.

Une compétence communale car avec l’avènement de l’Acte 3 de la Décentralisation, la gestion de l'état civil est devenue une compétence déléguée aux communes par l'Etat.

Un devoir pour les parents, car beaucoup d'autres acteurs que les communes interviennent dans le système d'état civil. Ainsi, le personnel hospitalier joue le rôle d'intermédiaire dans le processus d'enregistrement des actes de naissance et de décès, de même que les autorités religieuses et traditionnelles.

En apportant la preuve de son identité, l'état civil justifie tout d'abord les droits qui font d'un homme un citoyen, en lui permettant de participer pleinement à la vie politique et sociale de son pays : accès au système d'éducation, au système de santé, nous rappelons ici avec enthousiasme et plaisir que la pièce d’état civil est le socle de la politique d'inclusion sociale du Président (BSF, CMU…).

Sur le plan citoyen et démocratique, la fiabilité des états civils conditionne celle des listes électorales et contribue ainsi à la légitimité des résultats des élections. Les états civils constituent enfin une source d'information statistique sur la population qui permet une vision prospective du développement urbain, et par suite des investissements et services à mettre en place : campagnes de vaccination à prévoir, établissements scolaires ou postes ou case de santé à créer, etc.
Mais en définitive, les résultats de l'audience foraine du 07 mai qui a été un moment fort d'expression de leur volonté inexorable de remplir enfin leur devoir (902 inscription).

Dans ce sillage, je lance un appel aux populations pour une inscription encore plus massive sur les listes électorales pour atteindre au moins 5000 inscriptions et occuper ainsi les toutes premières places dans le département de Kébémer.

Je vous remercie de votre attention.

Bandègne Ouolof, le 1er juin 2015






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image