Leral.net | S'informer en temps réel

Le Caire est la mégapole la plus dangereuse au monde pour les femmes

Rédigé par La redaction le 18 Octobre 2017 à 22:26 | Lu 396 fois

Le Caire est la mégapole la plus dangereuse au monde pour les femmes

La capitale et la plus grande ville de l’Egypte, Le Caire, a été désignée lundi comme la mégapole la plus dangereuse pour les femmes, selon un rapport de la fondation Thomson Reuters

Les experts des droits des femmes ont déclaré que le traitement infligé aux femmes dans la capitale égyptienne s’est aggravé depuis le soulèvement de 2011, visant un changement social, avec notamment des agressions sexuelles qui se sont succédé place Tahrir, et dont la presse s’est largement fait écho à l’époque. Des actes qui avaient fortement écorné la réputation de la capitale égyptienne.

Selon nos confrères de France 24, l’étude, qui a désigné Londres, Tokyo et Paris comme les villes les plus favorables pour les femmes (parmi les 19 villes de plus de 10 millions d’habitants étudiées), s’est appuyée sur quatre critères pour établir son classement : les violences sexuelles, l’accès à la santé, les opportunités au niveau économique ainsi que les pratiques culturelles. Le Caire termine en dernière position, derrière New Dehli, Karachi et Kinshasa.

Les militantes des droits des femmes et les commentateurs ont déclaré que les femmes au Caire étaient confrontées au harcèlement quotidien alors qu’une économie affaiblie et un chômage élevé depuis le soulèvement, avaient érodé les opportunités économiques pour les femmes et les services de santé se sont détériorés également.

« Tout est difficile en ville pour les femmes. On les voit lutter dans tous les domaines. Une simple balade dans la rue peut les exposer au harcèlement, verbal ou physique”, estime la journaliste égyptienne défenseuse des droits des femmes Shahira Amin.

« L’économie est devenue si mauvaise au cours des deux, trois dernières années que la condition des femmes s’est fortement dégradée et ne fait plus partie des priorités », a constaté pour la fondation Thomson Reuters, Omaima Abou-Bakr, co-fondatrice du Women and Memory Forum, organisation non-gouvernementale créée pour combattre les idées fausses sur les femmes arabes.

Le Caire est suivi de Karachi au Pakistan, Kinshasa en République Démocratique du Congo, puis de la capitale indienne, New Delhi.

L’étude de la Fondation Thomson Reuters n’est pas la première à identifier l’Égypte comme un lieu hostile aux femmes. Le pays était déjà arrivé en tête de liste des endroits les plus dangereux pour les femmes à l’issue d’un sondage Trip.com publié en août.