Leral.net | S'informer en temps réel



Le Chef de l’Etat à Néma : "Dans la nouvelle Mauritanie, tous les citoyens jouissent de leurs droits légitimes"

Rédigé par leral .net le 6 Avril 2009 à 03:41 | Lu 560 fois

Le général Mohamed Ould Abdel Aziz, Président du Haut Conseil d’Etat, Chef de l’Etat a souligné que la nouvelle Mauritanie que nous voulons construire doit être celle de tous les mauritaniens et celle où chacun d’entre eux puisse bénéficier de la sécurité et de la liberté et jouir de ses droits légitimes à la santé, à l’enseignement et aux autres services.


Le Chef de l’Etat à Néma : "Dans la nouvelle Mauritanie, tous les citoyens jouissent de leurs droits légitimes"
Le Président du Haut Conseil d’Etat (HCE) a indiqué, au cours du meeting populaire qu’il a présidé à Néma samedi en début d’après midi que "l’ère des privations, de l’exclusion et de la marginalisation est révolue à jamais" que "nous aspirons qu’une ère de justice, de prospérité, d’égalité et de fraternité entre tous les citoyens puisse lui être substituée".

Le Chef de l’Etat a remercié les habitants de la ville de Néma pour ce grand accueil qui traduit leur attachement aux objectifs de réforme ajoutant qu’un rassemblement d’une telle importance en dépit de la chaleur et du climat difficile souligne le degré de prise de conscience des populations du Hodh Charghi de l’intérêt des réformes et du changement".

Il a exprimé sa satisfaction pour cela notant que la fatigue du voyage de Nouakchott dans ce climat de chaleur est insignifiante au regard de la joie qui l’habite en étant parmi les populations pour leur parler de la situation du pays et discuter avec eux des moyens de le faire transcender toutes les difficultés.

Le Chef de l’Etat a abordé ensuite le problème du chômage en disant que le laisser aller et l’insouciance par raport aux affaires du pays ont conduit à un système pédagogique inadapté au rythme du développement du pays et ne répondant pas aux exigences du marché du travail. C’est ainsi que notre Université forme des promotions de diplômés qui perdent l’espoir dès leur sortie et vivent le calvaire du désespoir à la fin de leur cursus universitaire alors qu’ils auraient dû trouver un poste de travail leur permettant de servir leur pays.

L’absence de formation professionnelle, le laisser aller des responsables dans le pays et leur ignorance de sa réalité économique et sociale, constituent, ajoute -t- il, d’autres facteurs directs favorisant le phénomène du chômage.

Il a encore relevé que les études des besoins du pays en matière de ressources humaines compétentes ont montré l’incapacité du département de la fonction publique d’avoir une vision d’avenir et d’élaborer des plans pour renouveler l’appareil de la fonction publique notant que cela a conduit à beaucoup de problèmes dans ce domaine.

Le Chef de l’Etat a précisé que pour dépasser cette réalité, l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) a fait un concours pour le recrutement de 500 cadres de différentes spécialités qui seront formés pour être insérés dans la vie active afin d’injecter un sang nouveau dans l’appareil administratif de l’Etat précisant que l’ENA, en dépit de son âge et de sa mission de formation des cadres, n’a pas assumé ses responsabilités depuis de nombreuses années.

Il a fait remarquer qu’en plus du recrutement de ce nombre de diplômés, quelque 1000 jeunes seront formés dans les centres de formation professionnelle ce qui ne manquera pas de contribuer à éradiquer le chômage.

Le Président du Haut Conseil d’Etat a mentionné en outre que "si la main d’oeuvre qualifiée est disponible, elle trouvera des opportunités d’emplois car notre pays dispose de ressources fabuleuses qui ont besoin de professionnels nationaux pour leur exploration et leur exploitation au service de la nation et du citoyen".

Le général Mohamed Ould Abdel Aziz a ensuite parlé des manifestations de la gabegie et des prévaricateurs et ses dangers pour le pays et pour les citoyens précisant que le mauritanien a vécu depuis l’indépendance toute sorte de privations, de marginalisation, d’exclusion et d’injustice. Les ressources de son pays sont restées le lot d’une poignée de prévaricateurs qui ne se préoccupent que de leurs intérêts personnels sectaires dl’heure nonobstant l’influence que cela porte sur la vie des populations.

Il a relevé que si toutes les ressources du pays étaient orientés au service du peuple, les gens ne seraient pas sur chaque point de la route entre Aioun et Nema demandant l’eau, l’enseignement et la santé et n’auront pas besoin de demander des prestations minima constituant leurs droits les plus élémentaires" précisant que les répercussions des agissements des auteurs de la gabegie sur notre vie sont visibles partout sur toute l’étendue du territoire.

Il a ajouté que le peuple mauritanien n’accepte plus cette réalité et que 99% des citoyens mauritaniens ont pour objectif la réforme et la disponibilisation des services de la santé de l’enseignement de l’eau de l’électricité et des télécommunications.

"Le Haut Conseil d’Etat dit-il, qui est intervenu par la volonté du peuple et de ses représentants n’a d’autre objectif que la construction d’une nouvelle Mauritanie où chaque citoyen jouit de son droit à l’enseignement, à la santé, dispose de tous les services et arrache ses droits des gouvernants" ajoutant que l’ère du despotisme, de l’exclusion et de la marginalisation est à jamais révolue pour donner place à celle de l’égalité et de la justice" disant que ce sont là des aspirations légitimes du peuple mauritanien qui mérite bien plus".

Il a précisé que la réforme ne peut réussir par une seule décision d’un Président ou d’un premier ministre ou d’un autre responsable gouvernemental mais doit l’être par la volonté du peuple qui refuse l’autorité et la mainmise des auteurs de la gabegie.

Et de souligner que l’ère de l’achat des consciences et de la corruption des responsables est révolue et le gouvernant de l’ère nouvelle doit désormais être modeste, au service du peuple et préoccupé de répondre à ses exigences et de se soumettre à sa volonté précisant que 8 mois de bonne gestion ont permis de faire de grandes réalisations, précisant dans ce cadre que les 16 milliards d’UM qui ont été mobilisés à partir des budgets sectoriels du l’Etat seront investis dans les services et infrastructures publics.

Le général Mohamed Ould Abdel Aziz a précisé que ces montants soustraits n’ont pas influencé le cours de la gestion des départements ni la situation de leurs employés, ajoutant que la principale caractéristique de la nouvelle ère est de servir et de défendre la nation.

Le Président du HCE, Chef de l’Etat a également ajouté : "Nous ne serons jamais de connivence avec l’étranger ni avec les prévaricateurs au détriment de notre peuple et si les prix diminuent sur le marché mondial nous nous emploierons à ce que cela se répercute sur le citoyens mauritanien", avant de préciser que "l’excédent dans les prix des hydrocarbures ne sera plus encaissé par les responsables, mais sera investi au service des populations".

Le Chef de l’Etat a aussi réaffirmé que l’isolement du responsable par rapport aux populations le rend indifférent de leurs soucis n’étant pas renseigné sur leurs préoccupations et aspirations, précisant que la stabilité du pays résulte de l’implication du responsable dans le quotidien du peuple qui n’accepte plus que ses biens soient détournés ou mal gérés.

Concernant la situation politique du pays, le Président du HCE a noté que les libertés publiques sont garanties, et que personne n’est dérangée du fait de son opinion ou de sa position politique, précisant dans ce cadre qu’un groupe d’individus connus pour leur mauvaise gestion et la gabegie qu’ils ont semé ont entamé pendant la semaine des agitations levant le slogan de la démocratie et tenté de porter atteinte à l’ordre public et malgré cela personne n’a été interpelée.

Il a ajouté que la démocratie que ceux-ci prônent n’est qu’un simple slogan, précisant qu’elle veut dire dans leur conception "affamer le peuple mauritanien, sa marginalisation, son exclusion et sa privation", avant de se demander si le peuple mauritanien accepte le retour de pareils responsables ou est-ce qu’il porte attention à leur discours ? "Depuis 8 mois ces personnes appellent à l’embargo contre le peuple mauritanien, après lui avoir imposé eux-mêmes un embargo et l’ont privé de ses ressources depuis plusieurs décennies", a-t-il dit en substance.

Il a aussi dévoilé des rencontres qu’il a eues avec des diplomates et des personnalités internationales et au cours desquelles, ces derniers lui ont exprimé leur indignation face à la tentative d’un citoyen pour imposer un embargo contre son peuple et son pays, précisant que pour sa part, il n’a pas été étonné puisqu’il connaît ces personnes et leurs agissements.

Le Président du HCE, Chef de l’Etat a enfin ajouté "vous aussi, vous les connaissez, et vous connaissez leurs agissements, car 4 parmi eux, étaient walis dans plusieurs régions du pays, d’autres étaient ministres et propriétaires de partis politiques qu’ils dirigent depuis leur création, et malgré ceci ils prônent la démocratie".

Source : ami.mr