Leral.net | S'informer en temps réel



"Le FN a soutenu la collaboration avec les nazis"

le 24 Septembre 2012 à 16:34 | Lu 454 fois

Le Front national a annoncé des poursuites judiciaires contre la première adjointe du maire de Paris, Anne Hidalgo (PS), qui a déclaré un peu plus tôt que le FN, fondé en 1972, "a soutenu pendant la guerre la collaboration avec les nazis". L'élue parisienne a depuis maintenu ses propos.


"Le FN a soutenu la collaboration avec les nazis"
"L'histoire a du sens, le Front national n'est pas un parti qui s'est constitué dans le cadre républicain, c'est un parti qui a lutté contre la République, qui a soutenu pendant la guerre la collaboration avec les nazis", a lancé, aujourd'hui sur i-Télé, la futur candidate à la succession de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris.

"Anne Hidalgo s'est couverte de ridicule", a répliqué le secrétaire général du FN, Steeve Briois, qui "rappelle" que le parti a été fondé en 1972, "soit juste plus de 27 ans après la fin de la seconde guerre mondiale". Le FN annonce du coup des poursuites judiciaires contre l'élue socialiste.

"Aucune leçon à recevoir d'une élue élevée dans le culte de Mitterrand"
"Par ailleurs, comptant parmi ses membres fondateurs quelques unes des figures les plus éminentes et honorables de la lutte contre la barbarie nazie, le Front national n'a aucune leçon à recevoir d'une élue bobo, élevée dans le culte de François Mitterrand, illustre décoré de la Francisque et ami fidèle du déporteur zélé René Bousquet", écrit Steeve Briois.

Le FN fait régulièrement référence à Georges Bidault, successeur de Jean Moulin à la tête du Conseil national de la Résistance (CNR), rallié ensuite à la cause de l'Algérie française et de l'OAS. Mais dans l'une des biographies de référence de Jean-Marie Le Pen ("Le Pen", 1994) les auteurs Gilles Bresson et Christian Lionet écrivent que si Bidault avait bien été approché pour fonder le parti d'extrême droite, il "déclare finalement forfait le 12 octobre, une semaine après le lancement officiel du Front national". Dans un récent entretien à l'AFP, Jean-Marie Le Pen lui-même avait tenu cette version. Certaines sources indiquent pour leur part que Georges Bidault avait renoncé avant la fondation du parti.

"J'ai dit cela parce que je pense que l'on perd le sens de l'histoire"
Devant des journalistes, en marge du conseil de Paris, Anne Hidalgo a réaffirmé ses propos lundi après-midi. "J'ai dit cela parce que je pense que l'on perd le sens de l'histoire", a-t-elle souligné.

"Je crois qu'en consultant les ouvrages consacrés au FN, on trouve les éléments qui justifient mon propos de manière scientifique", a poursuivi la candidate à la succession de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris.

"Je me battrai toute ma vie contre les idées extrêmes maniées par le Front national", a-t-elle dit. "Je fais partie de ces gens qui se sont engagés comme beaucoup de ma génération parce qu'il y avait une montée du Front national et que je sais que la démocratie est un joyau", a-t-elle souligné. "La laïcité, ce n'est pas non plus l'idée que s'en fait Marine Le Pen", a-t-elle ajouté.

Le Front national a été fondé le 5 octobre 1972 et réunissait plusieurs mouvements, dont les néo-fascistes d'Ordre nouveau. Son premier bureau politique était notamment composé de François Brigneau, qui s'engagea dans la Milice du gouvernement de Vichy le 6 juin 1944, ou de Pierre Bousquet, engagé volontaire dans la division Charlemagne, qui regroupait des Waffen SS français.

Contacté par l'AFP, Steeve Briois a, de son côté, fait valoir que le FN comptait parmi ses députés européens élus en 1984 un ancien Compagnon de la Libération, Michel de Camaret, mort en 1987.