Leral.net | S'informer en temps réel



Le Gabon ne veut plus de la langue française

le 9 Octobre 2012 à 13:36 | Lu 757 fois

Le Gabon ne souhaite plus parler français, mais préfèrerait que dorénavant l'Etat fonctionne avec la langue anglaise, bien plus attrayante économiquement parlant.


Le Gabon ne veut plus de la langue française
Le président Ali Bongo Ondimba, qui revient d'un voyage au Rwanda où un mouvement similaire a été couronné de succès en 2009 et qui fait désormais partie à la fois de la Francophonie et de la communauté du Commonwealth, voit l'anglais comme la "langue indispensable à l'économie".

Si le Gabon est l'un des plus proches alliés de la France en Afrique et un canal essentiel à l'influence française sur le continent, il n'en reste pas moins que le "Gabon veut se développer et se donner les meilleures opportunités. Or, quand vous vous exprimez en langue française et que vous ne maîtrisez pas l'anglais, vous êtes presque handicapé. Nous avons besoin de diversifier nos partenariats, faire en sorte que le peuple du Gabon soit mieux armé face à la concurrence".

Il ajoute que même le président français François Hollande utilise l'anglais dans certaines circonstances. "Des chercheurs français publient en anglais et, dans les conférences internationales, les experts français s'expriment aussi en anglais, tandis que les Africains sont devenus pratiquement les seuls à le faire en français".

La grande majorité de la population gabonaise parle français. Depuis son indépendance de la France, le 17 août 1960, le Gabon a été dirigé par seulement trois présidents. Il est l'un des pays les plus prospères d'Afrique sub-saharienne, grâce notamment à sa faible densité démographique, au pétrole et aux investissements privés étrangers, mais apparemment, il en faut désormais plus pour se rendre attractif et la langue française est perçue comme un handicap...