Leral.net | S'informer en temps réel

Le "Grand débat" présidentiel sur TF1: Benoît Hamon, François Fillon, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen s'affrontent, ce que chaque candidat a à perdre et à gagner

Rédigé par Massene Diop le 20 Mars 2017 à 21:01 | Lu 1061 fois

Le "Grand débat" présidentiel sur TF1: ce que chaque candidat a à perdre et à gagner. Benoît Hamon, François Fillon, Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen s'affrontent à partir de 21 heures (heure française).


PRÉSIDENTIELLE - "Aujourd'hui tout commence", a espéré [Benoît Hamon]urlblank:http://www.huffingtonpost.fr/news/benoit-hamon/  dimanche [à Bercy]urlblank:http://www.huffingtonpost.fr/2017/03/19/a-bercy-hamon-lance-sa-remontada-resolument-a-gauche_a_21902704/?utm_hp_ref=fr-presidentielle-2017 . Pour beaucoup d'électeurs qui sont encore très indécis à 34 jours du premier tour de [la présidentielle]urlblank:http://www.huffingtonpost.fr/news/presidentielle-2017/ , c'est plutôt ce lundi 20 mars que débute véritablement la campagne. C'est TF1 qui donne le coup d'envoi médiatique avec [un débat inédit qui mettra aux prises les cinq candidats]urlblank:http://www.huffingtonpost.fr/2017/03/19/pourquoi-le-debat-presidentiel-sur-tf1-est-une-premiere-et-pour_a_21902826/?utm_hp_ref=fr-presidentielle-2017  qui dépassent [la barre des 10% dans les sondages]urlblank:http://www.huffingtonpost.fr/2017/03/19/lection-presidentielle-2017-retrouvez-tous-les-sondages-grace_a_21902832/?utm_hp_ref=fr-presidentielle-2017 .

 

Pendant près de trois heures, ceux qui rêvent de succéder à [François Hollande]urlblank:http://www.huffingtonpost.fr/news/francois-hollande/  (lequel ne suivra pas l'émission en raison d'un "dîner de travail" avec le premier ministre japonais Shinzo Abe) s'affronteront dans un format millimétré qui s'annonce très regardé.

 

Avec deux favoris, un challenger et deux outsiders, ce débat ne manque pas d'enjeux. Le HuffPost vous les présente, prétendant par prétendant, (selon l'ordre du tirage au sort réalisé par TF1).

 
Benoît Hamon en dernière chance

 

PHILIPPE WOJAZER / REUTERS

 

 

Après le sans faute du meeting de Bercy, le candidat socialiste abat sa deuxième carte maîtresse en vue de sa "remontada". Très à l'aise dans l'exercice lors de la primaire de gauche, Benoît Hamon était parvenu à faire tourner les débats autour de son projet. Mais il était alors porté par une dynamique qui se fait désespérément attendre. Pour renverser la vapeur, l'ancien ministre de l'Education entend développer le discours testé lors de sa démonstration de force: contrecarrer le vote utile qui profite à Emmanuel Macron (en martelant les différences entre la gauche et la droite) tout en marquant ses différences de gauche avec Jean-Luc Mélenchon. "On a fait tester par des instituts ses propositions et à chaque fois elles sont très bien accueillies. Maintenant, il faut vraiment qu'il soit entendu par les Français", dit un proche. Le constat est simple, résumé par un autre lieutenant: "Il est aujourd'hui à 13-14 dans les sondages. Le but est de faire revenir les indécis vers lui en piquant quatre-cinq points à Macron et deux ou trois à Mélenchon."

Son atout: l'expérience de la primaire
Sa faiblesse: un espace politique incertain

François Fillon pour sortir des affaires

 

POOL NEW / REUTERS

 

Va-t-il pouvoir sortir du cadre des affaires? Englué dans le Penelope Gate depuis bientôt deux mois, le candidat de droite est inaudible ou presque sur son programme. Les trois heures offertes par TF1 (en attendant L'Émission politique de France2 ce jeudi) sont le moyen idéal pour l'ancien premier ministre de refaire parler de lui sur ses propositions, à condition que ses rivaux ne viennent pas le chercher sur le terrain des affaires. À l'automne, c'est son projet qui lui avait permis de sortir vainqueur de la primaire; il avait d'ailleurs marqué des points lors des trois débats avec sa ligne claire libérale-conservatrice. Obligé de composer depuis avec les sarkozystes et les juppéistes, il a perdu un peu en lisibilité. Mais il espère que les autres concurrents seront eux aussi renvoyés à leurs contradictions. "Ça va faire tomber un certain nombre de masques", veut croire son porte-parole Luc Chatel.

Son atout: une maîtrise de l'exercice
Sa faiblesse: une image entachée par les affaires

Emmanuel Macron seul contre tous

 

AFP

 

C'est, en quelque sorte, la rançon de la gloire. Désormais campé dans la posture du favori de cette élection, l'ancien ministre de l'Economie est devenu la cible de tous ses rivaux (ce qu'il regrette): Marine Le Pen qui veut l'affronter au second tour, François Fillon veut le doubler pour y accéder, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon en font le candidat des forces de l'argent. Le candidat d'En Marche devra donc leur répondre avec calme pour afficher un visage présidentiel. Autre enjeu pour lui: réussir à synthétiser sa pensée (de gauche et de droite) alors qu'il lui est souvent reproché de faire des trop longues réponses. Pour une personnalité que l'on n'a jamais vu débattre avec des rivaux à la télévision, la soirée est cruciale. C'est sans doute lui qui a le plus à perdre.

Son atout: une dynamique dans l'opinion
Sa faiblesse: ce débat est une première pour lui

Jean-Luc Mélenchon, place au fond

 

AFP

 

Voilà un mois qu'il piétine. Bousculé par la victoire de Benoît Hamon à la primaire et éclipsé par l'affaire Fillon, le candidat de la France insoumise attend beaucoup de ce débat télévisé dans lequel il espère briller sur le fond. S'imposer comme le seul vote utile à gauche pour doubler son rival socialiste et renvoyer dos à dos les candidats "de l'ethnie" et de "l'argent roi" (comprenez Marine Le Pen, Macron et Fillon)... Voici les deux objectifs du plus âgé des cinq débatteurs. Plus âgé mais pas forcément le plus aguerri à l'exercice corseté du débat télé, contrairement à certains rivaux passés par des primaires. Celui qui peut passer plusieurs heures à discourir sur YouTube saura-t-il résumer ses propositions à une minute trente? "Jean-Luc sait faire en terme de pédagogie. Le Parlement européen l'a bien aidé à synthétiser ses idées en une minute", glisse un membre de son équipe. Habitué des studios, Jean-Luc Mélenchon devrait s'accommoder du dispositif millimétré de l'émission. Confiant, un proche se rassure: "Ce ne sont pas forcément nos thèmes de prédilection. Mais Jean-Luc n'est pas du genre à se laisser enfermer dans un format".

Son atout: Rien à perdre
Sa faiblesse: Une capacité de synthèse à démontrer

Marine Le Pen en quête de crédibilité

 

AFP

 

Donnée au second tour par tous les sondages depuis des mois, la leader du Front national est aussi celle qui a l'électorat le plus stabilisé. La candidate d'extrême droite a donc en théorie toutes les cartes en main avant ce débat et pourrait être tentée d'assurer le coup et de gérer son avantage à la manière de ce que les favoris des primaires de droite et de gauche avaient fait pendant les débats. Sauf qu'elle doit aussi convaincre qu'elle peut gagner au second tour et doit pour cela aller à la conquête de ceux qui ne voient pas en elle une potentielle présidente de la République. En recherche de crédibilité, elle a déjà mis de l'eau dans son vin sur certains sujets régaliens (finie la peine de mort) mais pas sur les sujets économiques. C'est d'ailleurs sur ce sujet, et particulièrement l'euro, que ses rivaux vont l'attaquer avec force.

Son atout: la nouvelle cible c'est Macron
Sa faiblesse: le risque des affaires



Plus de Télé
< >

Mercredi 26 Juillet 2017 - 17:42 Mali: Chute d'un hélicoptère de l'ONU