leral.net | S'informer en temps réel

Le PSG plus que jamais sous pression !

Auteur d'un troisième match nul consécutif, le Paris Saint-Germain déçoit en ce début de saison aussi sur le plan comptable qu'en termes de jeu proposé. Et la pression ne fait que monter.


Rédigé par leral.net le Lundi 27 Août 2012 à 09:42 | | 0 commentaire(s)|

Le PSG plus que jamais sous pression !
Ce PSG-Bordeaux avait pourtant bien débuté pour le public du Parc des Princes. Venus en nombre pour assister au premier choc de la saison de leurs protégés, les supporters rouge-et-bleu voyaient leur soirée démarrer par la présentation du Brésilien Thiago Silva à son nouveau public. Le Parc s’est alors déchaîné pour accueillir celui qui sera le patron de la défense parisienne. Quatre-vingt-dix minutes plus tard, le public francilien donnait encore de la voix… mais pour siffler les siens cette fois-ci.

Tenu en échec par Bordeaux (0-0), le PSG vient d’enchaîner un troisième match nul consécutif en autant de rencontres. Un résultat plus que décevant pour les partenaires d’Ibrahimovic qui ont eu globalement la maîtrise du ballon, mais qui ont affiché d’inquiétantes lacunes en attaque. Ce matin, la presse ne s’est d’ailleurs pas privée de pointer du doigt un « Paris qui inspire surtout de l’ennui » (Le Parisien) ou carrément d’annoncer « A Paris, la crise couve » (L’Équipe). Des titres montants en gravité, mais justifiés ? Interrogé en conférence de presse à l’issue de la rencontre, Carlo Ancelotti expliquait : « Il s’agit seulement d’un problème technique et tactique. Il faut améliorer l’identité de l’équipe sur le terrain. Nous savons que nous devons gagner le Championnat, c’est normal. Les bons mouvements sont absents. La solution arrivera j’en suis sûr. Mais on a besoin de vite gagner un match. »

Entre un jeu trop latéral, un manque de profondeur, l’absence de percussion sur les côtés et une composition de départ avec pas moins de trois milieux défensifs alignés (Rabiot, Matuidi, Motta), il est clair que tactiquement Paris n’était pas au point et peu armé pour mettre le feu offensivement. Sans parler des prestations individuelles. Si la charnière centrale Alex-Sakho a été performante, des éléments tels que Maxwell, Motta, Pastore et même Ibrahimovic sont apparus imprécis, voire empruntés. « Il n’a pas joué à son niveau, mais comme beaucoup de joueurs. En ce moment, nous ne jouons pas un bon football, sans vitesse. Tous les joueurs rencontrent un peu de difficultés, mais nous ne devons pas perdre confiance », a d’ailleurs déclaré Ancelotti au sujet de l’Argentin. Avec une seule action franche au compteur, le Suédois a également vécu une triste soirée, même si l’’excuse de sa blessure au pied joue en sa faveur. « Il n’était pas à 100%. Il n’a pas travaillé beaucoup cette semaine mais il a bien joué parce qu’il n’a pas été gêné à son problème au pied. Il sera meilleur au prochain match. »

Si les statistiques de ce début de saison (2 buts en 3 rencontres) sont maigres, il faut tout de même rappeler que l’an passé, au même stade de la compétition, le PSG n’affichait guère un visage plus rayonnant (3 buts en 3 matches et 1 point de plus). Néanmoins, avec un onze de départ où seuls deux joueurs nouveaux (Rabiot, Ibrahimovic) étaient alignés et un schéma tactique identique par rapport à la saison dernière, il est difficile de comprendre un tel manque d’automatisme et de solutions. Obligé de remporter rapidement un premier succès pour lancer sa saison, le PSG va donc devoir revoir sa copie au plus vite, d’autant que le recrutement cinq étoiles de cet été a rendu les autres équipes encore plus méfiantes. Une réponse est donc attendue, mais la mission s’annonce compliquée, car la prochaine rencontre se jouera à Lille. Un second choc consécutif qu’il ne faudra pas rater.

Matthieu Margueritte






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image