leral.net | S'informer en temps réel

Le Parquet signe un ordre d’extraction, la Présidence de la République le “déchire” : Karim Wade, interdit de procès


Rédigé par leral.net le Jeudi 12 Février 2015 à 22:47 | | 19 commentaire(s)|

Le Parquet signe un ordre d’extraction, la Présidence de la République le “déchire” : Karim Wade, interdit de procès
Si c’est avéré, ce serait un précédent dangereux pour l’indépendance de la justice sénégalaise, et pour cause. Alors que Karim Wade, partie civile dans le procès l’opposant à l’expert-comptable Alboury Ndao, autour des 47 milliards F Cfa de Singapour devait se rendre au Tribunal correctionnel de Dakar, pour solder ses comptes avec son accusateur, la Présidence de la République serait intervenue pour déchirer l’ordre d’extraction de l’ancien ministre d’Etat qui pourtant “a été signée par le Procureur de la République”.

En d’autres termes, c’est le Palais de la République qui aurait tordu le bras au Parquet, afin d’empêcher la comparution du fils de l’ancien Président de la République, si l’on se fie à Me Ciré Clédor Ly.

“L’ordre d’extraction avait été signée par le Procureur de la République. Karim a été avisé. Il s’était préparé depuis hier nuit. Nous-mêmes nous avons été avisés.

Mais ce matin, nulle part on ne voit Karim Wade parce que simplement il y a eu un ordre qui serait venu de la Présidence de la République, pour demander que l’ordre soit rapporté et que Karim ne soit pas extrait », a révélé l’avocat de la partie civile.

Saisissant la balle au rebond, Me Demba Ciré Bathily en a rajouté cette couche ô combien inquiétante : «à la dernière minute, par un ordre venu de l’extérieur, Karim Wade a été bloqué à la prison pour être empêché d’assister à son procès. Et le Procureur de la République, qui ne s’est jamais mêlé de l’affaire, a demandé le renvoi ».

La robe noire d’embrayer : “cela nous permet de comprendre qu’il fallait tout faire pour empêcher que ce procès se tienne et qu’il fallait tout faire pour permettre à la Cour de répression de l’enrichissement illicite de terminer son procès, c’est pour cela qu’on a demandé ce renvoi aussi lointain parce que le procès risque de mettre à nu les mensonges de l’expert”.

Pour l’avocat, la vérité est plus prosaïque : “il y a encore des pratiques contre le droit. Nous savions les efforts que le Procureur de la République a faits pour l’extraction de Karim Wade”, a-t-il martelé.

Actusen.com






Hebergeur d'image