leral.net | S'informer en temps réel

Le Pds lance une plateforme de guerre

Après l’arrestation de leur coordonnateur national adjoint Oumar Sarr, les responsables du Pds ont battu le rappel des troupes hier à la permanence Oumar Lamine Badji. ils comptent mener la vie dure à Macky Sall qui est en train de bâillonner l’opposition avec cet énième acte. ils ont mis en place une plateforme de combat regroupant toutes les structures du Pds. Le Pds réclame aussi l’ouverture d’une information judicaire pour éclairer cette affaire Lamine Diack.


Rédigé par leral.net le Mercredi 23 Décembre 2015 à 22:01 | | 2 commentaire(s)|

Le Parti démocratique sénégalais (Pds), bien que décimé par le régime en place avec des arrestations tous azimuts (Toussaint Manga, responsable de l’Ujtl, Victor Diouf, responsable du Meel, Karim Wade, candidat du parti, Oumar Sarr, coordonnateur du Pds), ne compte pas décélérer dans sa lutte contre Macky Sall. Avec l’arrestation de Oumar Sarr, accusé de faux et usage de faux et diffusion de fausses nouvelles, après avoir commenté un article du journal ‘’le Monde’’ dans lequel Lamine Diack aurait avoué avoir financé une partie de l’opposition sénégalaise en 2012, Me El-Hadj Amadou Sall et compagnie ont sonné la mobilisation. Les libéraux se sont retrouvés hier à la permanence Oumar Lamine Badji pour déterminer les modalités du combat face à cet énième affront. Les responsables de toutes les structures du parti se sont réunis pour lancer une plateforme de guerre qui va mutualiser les forces pour apporter les réponses politiques qu’il faut. La rencontre a réuni, entre autres Pape Samba Diouf, responsable par intérim de l’Ujtl, Elhadji Diaw du Mouvement des élèves et étudiants libéraux (Meel) Me El-Hadj Amadou Sall assurant la coordination du parti pour le moment, Ndèye Gaye Cissé, Mayoro Faye, Docteur Cheikh Tidiane Seck, pour la Fédération nationale des cadres libéraux (Fncl). Ces derniers veulent concocter un cocktail de taille pour la bataille en vue de la libération de leurs «otages politiques», même si pour le moment les points d’actions restent à divulguer.

Cependant d’après le communiqué officiel de la rencontre, il est dit que «dans un souci de coordination et de cohérence des activités politiques face au contexte actuel, La Fncl, l’Ujtl et le Meel décident la mise en place de la plateforme des structures interne du Pds». «Pour une meilleure satisfaction des besoins du peuple sénégalais, cette plateforme des structures estime que la prise en charge effective des luttes démocratiques et du projet de société proposé par le candidat Karim Meissa Wade pour 2017 se pose avec acuité surtout après la séquestration inhumaine du secrétaire général national adjoint, Oumar Sarr, par ce régime liberticide et incapable de Macky Sall», lit-on dans le communiqué conjoint signé par les responsables du Meel, de l’Ujtl et de la Fncl.

EXIGE UNE INFORMATION JUDICAIRE CONTRE BENNO BOKK YAKKAR

En outre, la plateforme des structures internes du Pds demande à toutes les forces vives du parti de se lever, dans l’unité et la solidarité, sur l’étendue du territoire national, afin de mener les batailles démocratiques qui s’imposent à l’heure actuelle. Concernant l’affaire Lamine Diack, la plateforme exige aussi «l’ouverture d’une information Judiciaire sur les affirmations, devant le Juge, de l’ancien président de l’Iaaf, à propos de l’utilisation de l’argent sale du dopage et de la corruption dans l’espace démocratique du Sénégal par l’opposition sénégalaise de 2012, Benno Bokk Yaakar». Elle estime que «la confiscation de la souveraineté du peuple, à travers des fonds illicites et occultes, constitue un haut fait de trahison à la nation sénégalaise».

Très en colère, les libéraux assènent que «cette affaire démontre que le Sénégal est en danger face aux prédateurs avides de pouvoir et que le droit inaliénable du peuple sénégalais de choisir librement ses dirigeants a été gravement violé». La plateforme exige dans ce sens la libération immédiate et sans condition de Oumar Sarr, vu son statut de député qui lui confère une immunité parlementaire en période de cession (article 61 de la constitution) qui dispose que la levée est limitée, n’est jamais générale et doit être renouvelée à chaque fois qu’il y a de nouvelles poursuites.

Par ailleurs, les libéraux demandent aussi la libération immédiate du candidat du Pds, Karim Wade, du Dr. Toussaint Manga, de Victor Sadio Diouf et de tous les autres détenus politiques de même que le rétablissement du groupe parlementaire de l’opposition à l’Assemblée nationale.

EnQuete






Hebergeur d'image