leral.net | S'informer en temps réel

Le Pm Mouhammed Dionne se fait l'avocat de la famille Diack : "On ne brûle pas ses stars…Macky n’est ni près ni de loin mêlé…"

Lors de son passage, ce jeudi, à l'Assemblée nationale, le Premier ministre Mouhammed Dionne a été interpellé par le député Modou Diagne Fada sur l'affaire Lamine Diack, mis en examen par Justice française pour corruption passive et de blanchiment aggravé. En répondant aux questions de son interlocuteur, le chef du gouvernement s'est fait l'avocat de l'ancien président de l'IAAF et de son fils Pape Massata Diack, qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt international.


Rédigé par leral.net le Jeudi 21 Janvier 2016 à 23:53 | | 63 commentaire(s)|

Le Pm Mouhammed Dionne se fait l'avocat de la famille Diack : "On ne brûle pas ses stars…Macky n’est ni près ni de loin mêlé…"
Aucune Nation qui se respecte n’a le droit de brûler ses stars. En France, il en existe des scandales. Il y’en a beaucoup, des stars et des scandales, et aucune presse n’en parle. Ces stars ont le soutien des médias français. Pourquoi brûlons-nous nos stars?? “ se demande le Premier ministre, avant de poursuivre : "Je pense qu’il y a quelque chose que nous devons revoir sur notre psychologie collective. Nous avons entendu dire : "Le Monde a dit", "Le Monde a écrit", "Le Monde a publié". Mais est ce que tout ce que Le Monde a publié est vrai ? Est-ce que tout ce que Le Monde a dit est vrai ? Non ! On a dit à un moment que "Le Monde a dit que le président Macky Sall était lié à cette opération". Faux ! Je peux dire ici sur la tribune de l’Assemblée nationale que le chef de l’Etat du Sénégal, le président Macky Sall n’est mêlé ni de près ni de loin à cette opération. Et, je mets mon honneur en jeu et l’honneur du gouvernement. Aucun kopeck, aucun sou du président Lamine Diack n’a été donné ou reçu par le président Macky Sall. Il faudrait que cela soit clair...". Quid du mandat d'arrêt international lancé contre Pape Massata, un des fils de Lamine Diack? Mouhammed Dionne déclare : "Nous n’extraderons aucun concitoyen. Il existe une convention judiciaire entre la France et le Sénégal. Pour notre part, nous sommes prêts à respecter les termes de cette convention. Mais je veux dire également que les Etats qui se respectent et dans le droit international n’extradent par leurs ressortissants. Il n’y a pas encore de cas prouvés. Mieux, aucun Etat qui se respecte, un Etat tout court n’extrade ses concitoyens. Cela n’existe pas. Donc, nous n’extraderons jamais un Sénégalais. Il faut que cela soit clair. En tout cas, ce sont les instructions que le président de la République a données au gouvernement de la République. Cela ne veut pas dire que c’est de l’impunité. Nous avons une coopération judiciaire, nous avons confiance à nos juges, aux juges français et aux juges de tous les pays avec lesquels nous avons signé des conventions de coopération judiciaire. Cette convention va jouer son rôle et le droit sera dit…"








Hebergeur d'image





Hebergeur d'image