Leral.net | S'informer en temps réel



Le Président tahitien Oscar Temaru: «Sarkozy a les mains pleines de sang»

le 30 Mars 2012 à 18:45 | Lu 717 fois

«J’espère que Monsieur François Hollande sera élu Président de la République, parce qu’en tant que chrétiens, ce n’est pas possible que nous puissions voter pour Monsieur Sarkozy, qui a les mains pleines de sang.»


Le Président tahitien Oscar Temaru: «Sarkozy a les mains pleines de sang»
Ce sont là les déclarations, en direct, du président polynésien sur le plateau de Tahiti Nui Télévision (TNTV) le vendredi 23 mars 2012, rapporte Tahiti Infos. Le même jour, il réitérait les mêmes propos pendant le journal télévisé de la chaîne Polynésie Première:

«C'est quand même quelqu’un qui a les mains pleines de sang, qui a tué des enfants, des mamans», a-t-il insisté devant son interlocutrice visiblement gênée cherchant à éluder le sujet.

Tout ça, selon Oscar Temaru «pour tuer une personne qu’ils recherchaient parce que cette personne a fait savoir qu’en 2007, c’est Monsieur Kadhafi qui a financé cette campagne», a-t-il poursuivi.

Le leader indépendantiste de la collectivité d’outre-mer est connu pour être un proche du Parti Socialiste et ne cache pas son soutien à François Hollande.

En «métropole», la sortie du leader indépendantiste polynésien à faire réagir la secrétaire d'Etat à l'Outre-mer et conseillère politique de l'UMP, Marie-Luce Penchard qui dénonce «un scandale» d’après France TV Infos.

En ces temps de campagne, la conseillère politique de l’UMP estime que ces accusations créent la polémique:

«M. Temaru ne peut pas ainsi insulter la France, sans que M. Hollande en tire toutes les conséquences», s’indigne-t-elle.

Très critique sur le président polynésien, La Dépêche de Tahiti rappelle que le fils de Kadhafi, Seïf al Islam, avait été reçu par Oscar Temaru, simple maire à l’époque, en décembre 1999.

Le fils Kadhafi s’était, en effet, rendu à la mairie de Faa’a afin d’obtenir la permission de la municipalité pour la construction sur la commune d’un centre culturel libyen.

La Dépêche de Tahiti rappelle aussi que dans les années 80, Kadhafi père, désireux de nouer des liens étroits avec les mouvements indépendantistes du Pacifique Sud.

En 85 et 86, il avait invité des séparatistes polynésiens pour des réunions de travail. Et le journal de s’interroger sur l’identité de ces indépendantistes.

«J’espère que la Cour pénale internationale, qui aura à juger le fils de Kadhafi, fera une enquête également, (pour savoir) comment il a fait pour financer la campagne de Nicolas Sarkozy», a conclu pour sa part Oscar Temaru sur TNTV.

Source: Slate Afrique


Plus de Télé
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 19:54 Fidel Castro : la fin du voyage