leral.net | S'informer en temps réel

Le Référendum des grands complots et l’enjeu de la mécanisation d’une majorité libérale ! Pourquoi Macky Sall, recrute marabouts et libéraux ?


Rédigé par leral.net le Jeudi 23 Avril 2015 à 00:38 | | 24 commentaire(s)|

Le Référendum des grands complots et l’enjeu de la mécanisation d’une majorité libérale ! Pourquoi Macky Sall, recrute marabouts et libéraux ?
Le Sénégal serait en butte à la tourmente politique et aux sérieux traumatismes d’un second « WAX WAXEET » qui soit facteur d’une crispation politique et d’agitation sans précédent.

Cette situation de confusion et d’impasse marquera le grand « tournant politique », qui va consacrer la grande recomposition des « clivages politiques sénégalais » et verra la retrouvaille libérale et l’éclatement de « BENNO BOKK YAAKAR ».

Une conclusion logique d’un cheminement circonstanciel, jalonné de palinodie et suspicion. Mais aussi, un aboutissement historique, d’une machination tout azimut, et d’une démarche croisée d’intense lobbying politique et réseaux maraboutiques.

Donc Macky Sall, en faisant l’apologie de la transhumance, il cherche à aiguillonner une tendance politique multicolore pro-libérale, au sein de la société politique et des milieux maraboutiques. Il cherche à forger une grande mouvance politique qui s’opposerait contre la réduction du mandat, avec en ligne de mire, la modification des rapports de force politique. Ce qui risquerait de voir le déplacement du centre de gravité politique de la coalition BENNO, à ladite mouvance. Une préfiguration de la future « majorité présidentielle » née sur les cendres de BENNO.

Ceci n’est point saugrenu, d’autant plus que, beaucoup parmi les libéraux capitulards, comme cinquième colonne, et à l’instar de certains marabouts, courent derrière soit : leur affranchissement judiciaire soit la restauration des fastes d’antan.

Deuxièmement, ce qu’on appelle la maladresse des plus habiles, qui consisterait à saisir à- tout-va le Conseil Constitutionnel, une chausse-trappe que M. Eric Zemmour évoque, je le cite : « l’histoire des décisions des hautes juridictions françaises, n’est pas avare de petit calcul et de grand service » et de renchéri r que, « le Conseil d’Etat, s’était empressé il ya quelques mois, d’abolir la jurisprudence la plus libérale et la plus ancienne, pour complaire à Manuel Valls, qui voulait à toute force interdire le spectacle de Dieudonné ». Et pour preuve – ici, sous nos tropiques -l’indigeste troisième mandat, de Wade, fut validé par le Conseil Constitutionnel.

Troisièmement, le président a besoin d’un grand épouvantail sociopolitique, construit autour d’influents marabouts, de musiciens et de sémillants jeunes communicateurs, pour dissuader toute contestation au cas où, le Conseil constitutionnel validerait la poursuite des sept ans, ou la non-applicabilité de la réduction sur le mandat courant.

Dans ce cas de figure, si le peuple chercherait à croire – à juste droit – que, la non-rétroactivité n’est qu’une « pellicule d’un formalisme juridique », qui se lézarderait facilement avec la pression populaire. C’est seulement là, que le jeu de Macky se révélera au grand jour, sous l’impulsion des grands Marabouts, architectes et planificateurs politiques.

Cette situation de deuil moral et de magouille politique vont torpiller et fausser les attentes de Macky Sall, qui en sera le grand perdant. Les détails viendront au moment venu.

Serigne Fallou Dieng

Cercle des intellectuels soufis











Hebergeur d'image