leral.net | S'informer en temps réel

Le Sénégal, 161e pays au monde le plus « Business friendly » - Par Alioune Badara Sy


Rédigé par leral.net le Jeudi 30 Octobre 2014 à 05:57 | | 21 commentaire(s)|

Le  Sénégal, 161e pays au monde le plus « Business friendly » - Par Alioune Badara Sy
Le classement annuel de la Banque mondiale sur les pays où il est plus facile de réaliser des affaires a de quoi donner le sourire au président Macky Sall, qui lors du conseil des ministres du 7 mai 2014, évoquant le prochain classement du « Doing Business », avait demandé au gouvernement dirigé à l’époque par madame Aminata Touré de finaliser tous les textes législatifs et réglementaires requis, pour l’amélioration significative et visible de l’environnement des affaires au Sénégal et in fine d’améliorer le classement du Sénégal dans le rapport Doing Business 2015.

Le Sénégal a gagné 10 places dans le classement Doing Business de la Banque mondiale édition 2015 et gagne le Top 10 mondial des meilleurs pays réformateurs qui ont mis en œuvre un total de 40 réformes facilitant la pratique des affaires. Mieux le Sénégal a initié six réformes des 10 indicateurs suivis par Doing Business soit le plus grand total tout pays de cette année

En une année, le Sénégal est passé de la 171e place à la 161e pour se rapprocher de l’Ouganda et s’est placé devant la Guinée Equatoriale. Même si la comparaison par rapport à l’année précédente est moins évidente puisque la méthodologie de l’enquête a changé. « Après dix ans d'étude, grâce aux conseils d'un panel d'experts, nous avons décidé d'améliorer la qualité de 8 indicateurs sur 10. Le processus va s'étaler sur deux ans » avertit la Banque Mondiale au préambule de son rapport.

Evolution dans la méthodologie

Face aux nombreuses critiques sur la méthodologie et la démarche, mises en lumières par un rapport interne de la banque mondiale qui pointait de sérieux et réels écueils méthodologiques, des réformes ont été opérées. Cette année, outre un changement de logique dans le classement des 189 pays - ceux-ci sont désormais évalués par rapport aux meilleures pratiques dans le monde -, l'analyse du processus de la résolution des faillites d'entreprise a été affinée. Et pour chaque pays de plus de 100 millions d'habitants, deux villes sont désormais prises en compte.

Si le Sénégal a fait un bond il le doit au progrès réalisé dans la durée de création d’une entreprise (90e), il faut seulement 5 jours pour créer une entreprise au Sénégal, autant qu’au Canada et moins qu’en France. De même les réformes initiées par le gouvernement ont réduit en moyenne les coûts nécessaires pour créer une entreprise de 59% du revenu moyen par habitant et la durée moyenne pour enregistrer un titre de propriété a également été réduite de 32%.

Néanmoins, au sein de l’institution, on observe que le vent global de réformes qui souffle sur la planète économie touche la plupart des pays et des continents. Sur les 189 pays analysés, 123 d'entre eux ont entrepris 260 réformes améliorant l'environnement des affaires.

Le Sénégal, si il est bien classé, n’est pas parmi les plus actifs. En Afrique des pays comme la Cote d’ivoire, Ghana sont plus dynamiques.

Des efforts doivent être poursuivis, en particulier en matière : de raccordement à l’électricité (183e), d’accès aux prêts (131e), de fiscalité des entreprises (183e)et du règlement de l’insolvabilité de celles-ci.
Le chef de l’état a bien raison d’accorder tout son intérêt à l’indicateur "Doing business" car celui-ci est désormais inclus dans le faisceau des indices retenus par les agences de notation financières internationales, pour apprécier l’opportunité d’investir dans des entreprises à travers le monde.

Alioune Badara SY

Elu municipal APR et Adjoint au Maire de Kaolack







Hebergeur d'image





Hebergeur d'image