leral.net | S'informer en temps réel

Le Sénégal en « croisade » contre l’exploitation des filles

A l’instar des pays qui ont ratifié la convention n°182 de l’Organisation Internationale du Travail (Oit) magnifiant un engagement immédiat pour interdire et éliminer les Pires formes de travail des enfants, le Sénégal a tenu à organiser une journée d’information pour sensibiliser la presse sur la question. Cette rencontre s’est tenue hier mercredi dans les locaux du Ministère de l’Emploi et du Travail.


Rédigé par leral.net le Jeudi 11 Juin 2009 à 04:38 | | 0 commentaire(s)|

Le Sénégal en « croisade » contre l’exploitation des filles
La Journée Mondiale contre le travail des enfants sera célébrée lé 12 juin par la communauté internationale. Les autorités Sénégalaises par le biais du Ministère de l’Emploi et de celui de la famille, ont organisé une journée d’information pour informer la presse sur la célébration de cette journée consacrée à la lutte contre le travail des enfants. Il s’agit pour les autorités d’informer l’opinion , à travers la presse, des objectifs de cette prochaine journée à savoir : élever la conscience globale sur le travail des enfants et donner des réponses politiques adéquates.

La journée a, en outre, pour but d’accorder une attention à la situation des filles victimes du travail des enfants. Et enfin commémorer les dixièmes anniversaires de la Convention n°182 de l’Oit qui vise à éliminer les Pires formes de travail des enfants. Tout en célébrant les progrès réalisés au cours des dix dernières années, la journée mondiale va mettre l’accent sur les défis actuels en insistant sur l’exploitation des filles dans le travail d’où le thème de cette année : « Donnons une chance aux filles, éliminons le travail des enfants ».

Selon Momar Fatim Aw, chargé de Projet au Bureau sous-régional régional de l’Oit pour le Sahel, « les filles sont discriminées dans beaucoup de cultures. Elles effectuent des travaux domestiques plus que les garçons. Souvent, les filles concilient des tâches ménagères avec des activités économiques hors de la maison. Ce qui représente pour elles un double fardeau », a t-il martelé. À l’en croire, les filles sont désavantagées en matière d’éducation car « presque deux tiers de la population illettrée dans le monde sont des femmes, les filles des zones rurales sont les plus désavantagées. », s’est-il désolé.

Parlant des moyens nécessaires, M Aw a déclaré que : « pour faire avancer cette lutte contre le travail des enfants, il faut identifier et prendre en compte les besoins spécifiques des enfants travailleurs et ceux de leurs familles. Il faut aussi une attention particulière pour les filles dans l’élaboration de programme d’information et de sensibilisation ».

Le coordonnateur du projet de lutte contre la traite et les pires formes de travail des enfants, Bassirou Kébé, a déclaré que : « ce projet s’inscrit dans le cadre de la lutte contre la vulnérabilité des enfants. Notre objectif est d’appuyer les familles et les enfants vulnérables ». Il a ajouté que : « ce projet qui est en sa deuxième phase consiste à prendre en compte les actions directes de lutte en faisant des transferts directs en faveur des familles vulnérables”.

(stagiaire) Le Quotidien






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image