leral.net | S'informer en temps réel

Le chauffeur de Kader Mbacké devant la barre : Le tribunal rejette sa demande de liberté provisoire

Le procès du chauffeur du défunt milliardaire Kader Mbacké, prévu hier devant la barre du tribunal départemental de Dakar a été renvoyée jusqu’ à demain vendredi, à la demande d’un des avocats de la partie civile qui s’est nouvellement constitué. Toutefois, Abdou Khadre Seck dont les avocats ont tenté d’extraire de prison par une demande de mise en liberté provisoire se sont vu rejeté par le tribunal


Rédigé par leral.net le Jeudi 23 Septembre 2010 à 12:44 | | 0 commentaire(s)|

Le chauffeur de Kader Mbacké devant la barre : Le tribunal rejette sa demande de liberté provisoire
Le chauffeur du richissime homme d’affaires et conseiller du président de la République Me A. Wade, sera édifié sur son sort demain au tribunal départemental de Dakar. Abdou Khadre Seck est poursuivi pour le délit de vol de la somme 200 millions, au préjudice de son défunt employeur. Dès l’appel de son affaire, les avocats de la partie civile, Mes Abdou Djally Kane et Ouseynou Gaye ont suggéré au tribunal le renvoi du procès, parce qu’ont-ils avancé, l’un de leur confrère, Me El Hadji Diouf, devait plaider à leur coté et était absent.

Me Ouseynou Gaye a aussi laissé entendre qu’il s’est tardivement constitué et qu’il voulait s’imprégner du dossier. Mais si le président du tribunal a accepté une telle demande, il n’a pas manqué de leur faire des remarques. «Ce n’est pas à la justice d’être à la disposition de Me Hadji Diouf. Au contraire, c’est lui, qui devait être à la disposition de la justice», a-t-il souligné, confortant l’avocat de la défense pour qui c’est une manière pour la partie civile de maintenir son client en prison. D’après, Me Pape Sène, la constitution de partie civile d’Alamine Mbacké, frère cadet du défunt milliardaire, est irrecevable. Car, à l’en croire, c’est une véritable bataille qui s’annonce entre ce dernier et les deux veuves du défunt autour de l’héritage. Toutefois n’ayant pas obtenu gain de cause au profit de ses adversaires, Me Pape Sène a tenté d’introduire une demande de mise en liberté provisoire qui a aussitôt été rejetée. Dans sa plaidoirie, l’avocat, a indiqué que son client est régulièrement domicilié et qu’il ne va pas se soustraire de l’action de justice, pour se présenter devant la barre le jour de son procès.

Selon toujours lui, son client n’a pas volé la somme de 200 millions Cfa comme l‘a accusé la partie civile mais,’il voulait tout simplement la mettre à l’abri, pour ensuite la donner à la famille, après les funérailles. Pour lui « le frère du défunt qui prétend aujourd’hui être un héritier légitime, et certaines personnes qui rôdent autour du bureau du défunt depuis l’annonce du décès, n’essayent que de s’emparer de l’argent.

En revanche le parquet qui s’est vivement opposé à la mise en liberté provisoire de l’inculpé, a expliqué qu’il y a un risque de trouble à l’ordre public. Car il est hors de question de le laisser quelqu’un en liberté alors que les faits peuvent entrainer un trouble à l’ordre public. Le parquet obtiendra gain de cause. Car le tribunal, après délibération, a purement et simplement débouté la défense de sa demande.

LAMINE DIEDHIOU rewmi

MAIN BASSE DU FRERE DU DEFUNT SUR LES 200 MILLIONS DEROBÉS A DANGOTE GROUP Les héritiers de Kader Mbacké activent le Procureur

La nébuleuse autour des 400.000 dollars (200 millions de Fcfa) dérobés dans les bureaux de feu Kader Mbacké et présentement gardés par son frère Serigne Aramine Mbacké est sur la table du Procureur. Par lettre en date du 20 Septembre, Me Alassane Cissé, un des conseils des héritiers légaux, a demandé au Ministère public d’ordonner la restitution des fonds par le frère du défunt, non sans récuser sa constitution de partie civile et le fait qu’il s’auto proclame nouveau patron de Dangoté, alors qu’il n’était ni actionnaire, ni associé. L’avocat demande, aussi, au Parquet d’agir rapidement, puisque, selon lui, Serigne Aramine Mbacké s’apprête à retourner aux Etats-Unis ce 24 Septembre.

La nébuleuse sur les 200 millions de F Cfa dérobés à Dangoté Group et actuellement « gardés » par le frère de feu Kader Mbacké, Serigne Aramine Mbacké a finalement atterri sur la table du Procureur de la République. Selon des sources autorisées, un des conseils des héritiers, Me Alassane Cissé, a écrit, par lettre en date du 20 Septembre, une missive au Ministère public, pour demander au parquet d’ordonner la restitution des fonds aux héritiers. Dans ladite correspondance, l’avocat, qui a signalé s’être constitué pour les héritiers en même temps que Me Abdou Dialy Kane, demande au Parquet de s’activer rapidement, puisque, selon lui, Serigne Aramine Mbacké doit retourner aux Etats-Unis ce 24 Septembre.

Après être revenu sur les faits, notamment le contenu des procès-verbaux de la gendarmerie, publié par L’As, l’avocat récuse dans la même missive la constitution de partie civile du frère du défunt. D’autant que, selon lui, ce dernier n’a pas un certificat d’hérédité qui lui permette de s’auto-proclamer héritier. Mieux encore, Me Alassane Cissé qualifie d’illégal le fait que Serigne Aramine Mbacké s’auto-proclame « successeur » de son frère, alors qu’il n’est pas actionnaire dans la boîte, encore moins associé au défunt.
Comme nous l’annoncions, c’est hier que le dossier a été appelé devant le Tribunal départemental avant d’être renvoyé jusqu’à vendredi. Me Ousseynou Guèye s’est constitué pour la seconde épouse du défunt, ralliant ainsi les conseils des autres héritiers. La demande de liberté provisoire formulée par le conseil du prévenu a été rejetée par le Tribunal. Et les débats promettent d’être houleux du fait que, d’ores et déjà, les avocats ont commencé à soulever la question de la paternité de l’argent, comme nous l’annoncions du reste.

Alassane DRAME et C.M.G l'asquotidien






Hebergeur d'image