Leral.net | S'informer en temps réel



Le débat sur les réfugiés syriens s’enflamme en Amérique, après les attentats de Paris

le 20 Novembre 2015 à 11:30 | Lu 402 fois

Le Congrès américain devrait voter aujourd’hui une loi pour interrompre l’admission des réfugiés de Syrie et d’Irak. Certains républicains jugent même nécessaire d’admettre surtout des chrétiens. Barack Obama, outré, promet d’user de son veto


Le débat sur les réfugiés syriens s’enflamme en Amérique, après les attentats de Paris

 

Jeudi, la Maison-Blanche a dépêché le chef de cabinet de Barack Obama Denis McDonough et le secrétaire à la Sécurité intérieure Jeh Johnson au Congrès. Objectif: tenter une dernière fois de convaincre les démocrates de la Chambre des représentants de refuser un projet de loi visant à quasiment interdire l’arrivée de tout réfugié syrien ou irakien sur sol américain. Le nom de la loi est explicite: «La sécurité américaine contre les ennemis étrangers». Elle exige que l’admission d’un réfugié soit garantie, en termes de sécurité, par le directeur des renseignements américain, celui du FBI et la direction du ministère de la Sécurité intérieure.

Depuis les attentats de Paris du 13 novembre, le débat sur l’immigration et sur les réfugiés est devenu explosif aux Etats-Unis qui sont déjà en pleine campagne électorale pour la présidentielle de 2016. Les élus républicains du Congrès et les candidats républicains à la Maison-Blanche ont fortement haussé le ton. De nombreux démocrates de la Chambre basse semblent également convaincus par la nécessité de «marquer une pause» en matière d’admission des réfugiés syriens.

Changement d’attitude envers les réfugiés

Mais de quoi parle-t-on? L’an dernier, les Etats-Unis ont accepté 1800 réfugiés syriens. Les procédures d’admission sont draconiennes et durent parfois jusqu’à dix-huit mois. L’administration démocrate a annoncé il y a quelques semaines sa volonté d’en admettre jusqu’à 10 000. Il n’en fallait pas plus pour enflammer le débat outre-Atlantique. Trente-et-un gouverneurs sur cinquante mettent les pieds au mur et refusent d’accueillir des réfugiés syriens. La Maison-Blanche leur rétorque qu’il est question ici d’une compétence fédérale.

« Notre pays a toujours été accueillant. Mais nous ne pouvons pas laisser des terroristes profiter de notre compassion. »

A Washington, le président républicain de la Chambre des représentants Paul Ryan exprime le changement d’attitude d’une partie de l’Amérique envers l’accueil de réfugiés: «Notre pays a toujours été accueillant. Mais nous ne pouvons pas laisser des terroristes profiter de notre compassion. C’est un moment où mieux vaut être en sécurité que devoir s’excuser. C’est pourquoi nous pensons qu’il est prudent et responsable d’interrompre momentanément le programme» d’admission des réfugiés.

Donald Trump fait dans la surenchère

Le candidat et milliardaire Donald Trump, qui a fait du discours anti-immigration son fonds de commerce en promettant de construire un mur entre les Etats-Unis et le Mexique, n’a pas manqué l’occasion de faire dans la surenchère. Ne se souciant pas des faits, il a fustigé le fait que le président américain veuille accueillir «250 000 réfugiés syriens». Le New-Yorkais a tenu des propos virulents à l’encontre de Barack Obama, estimant qu’il allait miner la sécurité des citoyens américains en laissant les réfugiés syriens agir en «cheval de Troyes» du djihadisme.

« Jeb Bush, le frère de l’ancien président George W. Bush, convoite lui aussi la Maison-Blanche. Après être resté relativement réservé, il a embouché les trompettes des faucons quant à la réponse à donner aux attentats de Paris. Il appelle l’Amérique à déclarer la guerre à l’Etat islamique (EI). Il se montre lui aussi critique du programme d’admission de réfugiés syriens. «Nous devrions admettre au minimum des orphelins ou des gens qui ne vont clairement pas être des terroristes, des chrétiens par exemple. […] Il n’y a pas de chrétiens terroristes au Moyen-Orient, ils sont persécutés. »

Obama critique l’attitude des républicains

Les propos de Jeb Bush ont suscité des réactions outrées de l’administration Obama. Alors que les musulmans aux Etats-Unis sont relativement bien intégrés et d’un niveau d’éducation supérieur en comparaison à l’Europe, l’ex-gouverneur de Floride introduit dans le débat un aspect qui était resté marginal aux Etats-Unis même si l’islamophobie avait été manifeste au lendemain des attentats du 11 septembre 2001 à New York et à Washington.

D’Asie où il est en tournée, Barack Obama n’a pas manqué de vertement critiquer l’attitude des républicains, soulignant que celle-ci ne reflète pas la tradition et les valeurs des Etats-Unis. Si le Congrès vote la loi ce jeudi, il promet d’opposer son veto. Pour le vice-président Joe Biden, bloquer le programme d’admission des réfugiés syriens, c’est donner raison aux terroristes de l’Etat islamique.

times24.info



Plus de Télé
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 19:54 Fidel Castro : la fin du voyage