leral.net | S'informer en temps réel

Le dégraissage de l’OM jugé encore insuffisant

Auteur d'un excellent début de saison, l'Olympique de Marseille ne veut pas s'enflammer. Mieux, en coulisses, la direction travaille déjà aux prochains mercatos. Toujours dans le sens des départs...


Rédigé par leral.net le Mardi 25 Septembre 2012 à 15:18 | | 0 commentaire(s)|

Le dégraissage de l’OM jugé encore insuffisant
Six victoires en six matches en Ligue 1. Invincibilité toutes compétitions confondues. Joueurs retrouvés. Public enchanté. Tous les voyants sont au vert pour l’Olympique de Marseille en ce début de saison. Pourtant, la volonté affichée est claire : ne pas s’enflammer. D’ailleurs, si elle est sans doute ravie des bonnes performances de ses hommes, Margarita Louis-Dreyfus refuse de s’attarder sur le sportif. L’actionnaire principale du club phocéen est toujours obnubilée par la question économique.

« Pour Margarita Louis-Dreyfus, les résultats financiers priment sur les résultats sportifs », confie même un connaisseur de la formation olympienne dans les colonnes du Parisien. D’après le quotidien, la direction planche même déjà sur les prochains mercatos avec toujours pour objectif de dégraisser, diminuer la masse salariale et faire des économies. Il faut dire qu’avec les départs de Stéphane M’Bia, Cesar Azpilicueta, Brandão et Alou Diarra, les pensionnaires du Vélodrome n’a pas encaissé énormément au final.

L’OM a reçu au total 17,3 M€ en transferts secs (si l’on excepte les économies réalisées sur les salaires des joueurs vendus et ceux partis libres tels que Brandão ou Jean-Philippe Sabo). Cette somme n’a visiblement pas contenté les décideurs olympiens. Elle ne couvre pas le manque à gagner que constitue la qualification ratée pour la Ligue des Champions et les dépenses courantes. Du coup, même si la formation d’Élie Baup brille et accroche un billet pour la prochaine C1, elle sera sans doute encore obligée de se séparer de belles valeurs marchandes (Loïc Rémy ? Nicolas N’Koulou ?). On comprend mieux pourquoi l’OM refuse de s’enflammer.

Alexis Pereira






Hebergeur d'image