leral.net | S'informer en temps réel

Le drame des talibés de la Médina: le point de départ pour une solution définitive à l’errance des enfants

Rédigé le Mardi 5 Mars 2013 à 10:46 | | 1 commentaire(s)

Le drame des talibés de la médina a ému plus d’un dans ce pays. Il pose le problème de la responsabilité de l’ETAT, dans son rôle de protecteur de tous les citoyens, mais en même temps, cette tragédie interroge la responsabilité collective devant le sort des enfants de la rue.



Le drame des talibés de la Médina: le point de départ pour une solution définitive à l’errance des enfants
Son excellence, Monsieur le Président de la République a esquissé quelques pistes solutions dans son intervention d’hier. Il s’agit de restaurer l’autorité de l’Etat dans la délivrance des permis d’installation de ces daaras.

A coté, de cette solution, nous faisons ici, une autre proposition qui s’inscrit dans la résolution durable de ce fléau, en interpellant la conscience de tous.

Les premiers musulmans ont eu à livrer plusieurs batailles, sous la conduite du prophète Mouhamed (Psl). Mais parmi, celles-ci y’en a une, qui doit marquer la conscience de tout musulman : c’est celle de Badr. Elle fût longue, difficile mais victorieuse. Le symbole n’est pas ici, dans la victoire obtenue par les musulmans à cette occasion, mais dans ce qui suit. Après la victoire, les combattants de l’islam ont été ébranlés par la faiblesse humaine face aux choses de ce bas monde. Ils se disputaient atrocement le butin, devant le regard du plus Saint des hommes.
Dieu dans sa miséricorde a fait descendre la sourate sur le butin : «Ils t’interrogent au sujet du butin : Le butin est à Allah et à Son messager, craignez Allah, maintenez la concorde entre vous et obéissez à Allah et à son messager si vous êtes croyants. Le butin va aux pauvres, aux orphelins et aux voyageurs en détresse.» Ce moment fort de la conscience musulmane pourrait-nous servir de prétexte à une analyse et à la résolution du fléau des enfants talibés.

Il y a deux ans les libéraux avaient initié une application de la loi sur la mendicité. C’était une absurdité dans un pays comme le Sénégal de vouloir réprimer la mendicité. Le mal est connu de tous, il nous toise au quotidien à chaque coin de rue. Il ne s’agit pas de cacher la laideur de nos villes, qui étalent la misère aux yeux sensibles des petits bourgeois de passage. Et, comme on le sait, le riche n’aime pas qu’on lui rappel sa condition, d’ancien pauvre. Cette loi colonialiste et absurde cherchait à éloigner les loques humaines et autres petits talibés de nos avenues, nos ports et aéroports. D’ailleurs, Sembene Ousmane le soulignait fort justement dans son célèbre film « khala » où l’un des héros de cette production s’offusquait de la présence de « Ces déchets humains devant ses bureaux » Soyons, plus sérieux et créatifs.

Nous proposons ici, un système de mutualisation de l’aumône pour éradiquer totalement ce phénomène. Partant du postulat qu’au Sénégal nous sommes au bas mot dix millions de musulmans. Et notre religion nous recommande le partage. Allons y donc dans cette direction.
Nous pensons qu’il est possible de mettre en place l’agence nationale de la mutualisation de l’aumône on l’appellera ainsi ou autrement, mais il s’agira de mettre en place un organe exécutif chapeauté par un conseil de surveillance.

Le rôle de cette agence en concert avec les familles religieuses sera de collecter chaque vendredi dans toutes les mosquées du Sénégal une pièce de 25 francs CFA, par fidèle. Chaque semaine, il est donc possible d’obtenir 250 millions de francs CFA, c’est-à-dire un milliard par mois.

Avec cette masse d’argent, on pourrait construire chaque mois 30 daaras modernes équipés. A l’échelle d’une année, nous serions à 360 daaras.
En plus, de ce système d’auto financement des daaras, il faudra qu’entre musulmans sénégalais que l’on revienne aux fondamentaux. Imaginez que lors des gamous, et autres magals ; si on parvenait à taxer les organisateurs de ces événements qui génèrent des sommes importantes, dont on ignore la destination. Nous connaissons la peur et les tabous qui entourent ce phénomène social. Le but n’est point de légiférer ou de contraindre quiconque, mais d’interpeller la conscience de chacun d’entre nous.

A la suite du Président de la République, il convient de noter que la présence des nombreux talibés venus de la sous-région pose un sérieux problème de planification économique. De là, notre proposition ne pourrait être efficace que dans la maitrise des flux de talibés à travers nos frontières.

Il est donc erroné de penser que la responsabilité est uniquement celle des gouvernants. Nous sommes tous responsables, donc nous devons participer collectivement à la résolution de ce fléau.




Dr Bassirou NIANG, drbassirou@gmail.com
Docteur en Sciences de gestion





1.Posté par mbaye diouf le 05/03/2013 10:59 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ils ont besoin d'etr pri en charge puisque ce qui les arrive est malheureux

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site

Dans la même rubrique »
< >


Hebergeur d'image