Leral.net | S'informer en temps réel



Le droit de vote des étrangers en France, pas pour tout de suite

le 19 Septembre 2012 à 11:23 | Lu 496 fois

Le Parti Socialiste au pouvoir en France fera-t-il machine arrière?


Le droit de vote des étrangers en France, pas pour tout de suite
La campagne présidentielle française de 2012 avait fait du droit de vote des étrangers aux élections locales un sujet de clivage fort entre la gauche PS l’ayant inscrit dans ses propositions de campagne, et la droite UMP s’y opposant fermement.

Le ministre de l’Intérieur, socialiste, Manuel Valls a jeté un pavé dans la marre le 17 septembre, en prenant ses distances avec cette proposition, par le biais d'une interview parue dans Le Monde.

75 députés PS ont quant à eux lancé un appel dans le même journal, exhortant le Président de la République à s’emparer du dossier et remplir sa promesse:

«Le droit de vote des étrangers aux élections, c’est maintenant», est intitulé l’appel.

Reprenant à leur compte un sondage paru l’an passé, et selon lequel 61% des Français seraient favorables à cette mesure, les députés entendent démontrer qu’aucun obstacle n’empêche aujourd’hui la loi d’être modifiée.

Selon La Croix, François Hollande n’aurait pas décidé de faire marche arrière. Mais, déjà fort occupé avec les réformes économiques, le Président aurait décidé de privilégier la réforme sur le mariage homosexuel sur le terrain social.

Cette dernière proposition, moins complexe à mettre en place, car ne nécessitant pas de modification de la Constitution comme l’exigerait l’instauration du droit de vote des étrangers, pourra aboutir plus rapidement, indique le site.

D'après Le Figaro, François Fillon, ancien Premier ministre UMP, a demandé «solennellement» à François Hollande de renoncer.

Le site marocain Yabiladi, qui rappelle que nombre d’étrangers en France ont célébré la victoire de François Hollande à la présidentielle, en brandissant notamment des drapeaux, note que le discours de Manuel Valls se rapproche de trés près de celui de l’UMP, comme l’a d’ailleurs souligné l’ancienne garde des Sceaux Rachida Dati.

Lu sur Le Monde, Yabiladi, La Croix, Le Figaro