leral.net | S'informer en temps réel

Le faux gendarme qui rackettait les motos jakarta déféré au parquet


Rédigé par leral.net le Mardi 25 Octobre 2016 à 14:08 | | 0 commentaire(s)|

Le faux gendarme qui rackettait les motos jakarta déféré au parquet
 
Le faux gendarme qui dictait sa loi aux conducteurs de motos Jakarta et autres propriétaires de Diamniadio a été mis hors d’état de nuire. Démasqué par les hommes en bleu, aux abords de la station essence de Diamniadio, M. D, âgé de 39ans, a été arrêté, puis déféré au parquet après sa durée légale de garde à vue, informe le Populaire du jour.
Une histoire d’usurpation de fonction continue d’alimenter les débats à Diamniadio et ses environs. Les populations de cette ville n’en reviennent toujours pas. L’homme, mécanicien de moto de son état, a roulé sa bosse dans différentes casernes de gendarmerie du pays. D’ailleurs, c’est grâce à cette proximité avec les pandores qu’il a réussi à voler tenues, insigne et chaussures, indique une source proche de l’enquête.
Ainsi pour mettre son plan en exécution, M. Diouf, a enfilé sa tenue correcte de gendarme, parée de tous les insignes pour rouler dans la farine ses victimes avec un jargon militaire. Il ferrait les propriétaires de motos Jakarta qui ne disposent pas de papiers. Après son forfait, il finit toujours par se fondre dans la nature avec la bécane.
Malheureusement pour lui, il a été démaqué, la semaine dernière à Diamniadio par les éléments du commandant Gningue qui étaient à ses trousses depuis un certain temps. C’est au niveau de la station d’essence de la localité qu’il est tombé sur un conducteur de Jakarta, à qui il refait le coup de l’agent de la circulation. Ce dernier, croyant avoir affaire à un gendarme, s’exécute.
As de la mise en scène et autres subterfuges, il demande au conducteur de l’engin de passer chez lui enfin de récupérer les papiers de la moto. C’est en cours de route qu’ils tombent nez à nez sur les pandores en fonction. Les hommes du commandant Gnigue ne le reconnaissant pas dans la zone, jugent nécessaire de l’envoyer quelques codes militaires. Un exercice auquel il échoue malgré sa connaissance du milieu.
Finalement, les hommes en bleu se rendent compte qu’il avait en face d’eux un usurpateur de fonction.
Cuisiné par les pandores, le faux agent passe aux aveux. C’est ainsi que M. Diouf a été embarqué, puis placé en garde à vue. Apres son face à face avec le délégué du procureur de la République, il a été envoyé à la citadelle du silence, en attendant son jugement.
Incroyable mais vrai. Une histoire qui commence bien mais M. Diouf risque de finir mal.
 
Source Le Populaire






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image