leral.net | S'informer en temps réel

Le faux-monnayage, un phénomène qui ne date pas d’aujourd’hui


Rédigé par leral.net le Vendredi 5 Juin 2015 à 22:24 | | 2 commentaire(s)|

Le faux-monnayage, un phénomène qui ne date pas d’aujourd’hui
L’expression « faux-monnayage » désigne la contrefaçon d’une monnaie. Sur le plan légal et judiciaire, il est défini comme le crime consistant à fabriquer, à détenir ou à utiliser de la fausse monnaie. Il faut noter que ce phénomène n’est pas nouveau, presque tous les pays ont connu ce phénomène.

Le faux-monnayage a parfois été utilisé par certains pays comme une arme économique pour affaiblir des pays ennemis. L’idée était de submerger l’économie concurrente avec de la fausse monnaie afin de faire baisser la valeur de sa monnaie.

La diffusion incontrôlée de ces billets de banque peut causer de sérieux dégâts à une économie comme la notre. La contrefaçon constitue une menace pour les pays en voie de développement. Les taux élevés de monnaie contrefaite enregistrés s’expliquent en partie par le fait que les organismes d’application de la loi n’accordaient qu’une faible priorité aux enquêtes sur la contrefaçon et par une méconnaissance du public à l’égard des répercussions économiques globales possibles de la contrefaçon sur l’économie sénégalaise.

Les conséquences de la monnaie contrefaite sont immédiates et se traduisent par des pertes subies par des particuliers et des entreprises qui ont reçu des billets contrefaits. À plus grande échelle, les conséquences se manifestent par une instabilité économique attribuable à la perte de confiance des investisseurs dans nos systèmes financiers.

La reproduction illégale des billets de banque et l'utilisation de leurs images à des fins commerciales peut engendrer des pertes pour la banque centrale à qui la création et la mise en circulation des billets incombe. Il pose un problème de confiance qui est la qualité principale sur laquelle la banque centrale fonde sa crédibilité.

Sur le plan monétaire et économique, les conséquences du faux monnayage sont très graves, car la monnaie est essentiellement basée sur la confiance. Alors lorsque vous avez des acteurs qui pour se procurer des billets de banque et des pièces sont obligés de se déporter dans les rues et qu'il ait un taux de change fictif et illicite. Cela peut porter atteinte à la valeur de la monnaie et à la crédibilité de l'institution monétaire qui est en charge de battre la monnaie et de la faire circuler.

D’ailleurs l’institution concernée qui est la BCEAO (Banque Centrale des Etats de L’Afrique de l’Ouest) demande au public à ne pas acquérir ces articles dont la fabrication et la distribution constituent des infractions punies par la loi.

Le gouvernement et la police sénégalaise doivent continuer sur cette lancée, de protéger l’économie nationale contre le risque que des faux-monnayeurs continuent de fabriquer et de distribuer de faux billets ou essaient de profiter du manque de connaissances des sénégalais à l’égard des billets de banque.

Cependant, les enquêtes ne sont pas forcement facile car les secteurs d’activité sont bien compartimentés, y’a ceux qui financent et organisent l’activité de production de faux billet puis il y’a les techniciens qui s’occupent matériellement de la duplication des faux billets et enfin quand les billets sont prêt y’a ceux qui s’occupent du stockage.

A partir de là, les billets sont destinés à inonder le marche local et ce sera une partie de la population innocente qui va en subir les conséquences.

Boye Papa Mamadou






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image