leral.net | S'informer en temps réel

Le festival de Kobilo dispersé par des "nervis", Amadou Thimbo accuse Farba Ngom et le ministre Yaya Abdoul Kane

Le moins que l'on puisse dire est que la frustration des "Apéristes" de Matam n'est pas près de se calmer. Car, à peine des cadres du même patelin, toutes tendances confondues, sont montés au créneau pour poser l’ensemble des problèmes qui gangrènent le fonctionnement du parti au pouvoir dans la région de Matam que surgit cette autre esclandre. Explications !


Rédigé par leral.net le Samedi 23 Juillet 2016 à 18:12 | | 5 commentaire(s)|

Le festival de Kobilo dispersé par des "nervis", Amadou Thimbo accuse Farba Ngom et le ministre Yaya Abdoul Kane
Pas plus tard qu'avant-hier, devait se tenir la troisième édition du festival de Kobilo dans le département de Matam. Seulement, la fête initialement prévue n'a pu se tenir du fait de violences provenant de soi-disant nervis qui seraient envoyés par le député apériste Farba Ngom et le ministre des postes et télécommunications Yaya Abdoul Kane, d’après les organisateurs de la manifestation.

Une des pièces maitresses de l'APR habitant la commune de Dabia ne mâche pas ses mots. Sans ménagement, El Haj Amadou Thimbo, puisqu'il s'agit de lui, pointera un doit accusateur sur le ministre Yaya Abdoul Kane et sur celui qui se vante d’être le "griot patenté du Pr Macky Sall" (Farba Ngom).

A l'en croire, à peine la manifestation a-t-elle commencé qu'une pluie de pierres s'est déversée sur l'assistance. Ce qui a occasionné des blessés. "Ce n'est pas une invention; il vous est loisible d'ailleurs de vérifier au niveau de la brigade de gendarmerie de Matam. D'ailleurs, c'est l'adjoint au commandant qui a du escorter le parrain du festival, en l'occurence l'ambassadeur itinérant Almamy Bocoum jusqu'à son domicile de Thilogne. Et n'eussent été les gendarmes appelés en renfort, l'irréparable allait se produire. Et pour votre information, deux jeunes ont été mis aux arrêts avant d'être libérés. Cela dit, je profite de l'opportunité pour lancer un appel solennel à notre leader, Monsieur le Président de la République, Macky Sall. De grâce, qu'il remonte les bretelles à Farba et au ministre Yaya Abdoul Kane. Trop c'est trop. L'époque majoritaire a jusqu'ici prospéré, mais à force d'accumuler les bourdes de Farba, de frustrer les militants et responsables, on risque de subir un effet boomerang, des dommages collatéraux. Quoi que nous nous obstinons de jour comme de nuit à oeuvrer pour la massification du parti, des gens de l'acabit de Farba et Yaya Kane desservent le parti. Si ces deux individus pensent qu'ils peuvent nous décourager avec leurs manoeuvres de bas étage, c'est peine perdue car rien ni personne ne peut freiner notre élan militant, je veux dire notre attachement au Président de la République Macky Sall et à ses idéaux. Tous ceux qui ont été là durant notre traversée du désert peuvent en témoigner. Je suis le premier militant de l'APR de la commune de Dabia et j'ai du sillonner tout le Diéry, le Dandé Maayo etc. rien que pour prêcher la bonne parole pour le compte de mon parti et ce, depuis ses premiers balbutiements à l'époque du fameux "Dekkal Ngor". Je vous dis, si Yaya Abdoul Kane est venu à l'APR, c'est grâce à moi. Sans prétention, j'ai réussi à le convaincre à rejoindre les "rangs marrons" au même titre, à titre illustratif que l'ancien PCR Yaya Oumar Diallo".

Dans la foulée, ce gestionnaire des services de santé de son état dénonce le mépris total que ces responsables (Farba Ngom et Yaya Abdoul Kane) manifestent à l’encontre de la population en général et des jeunes de la région en particulier. "Ils ont peur des intellectuels, ils font des pieds et des mains pour isoler les Matamois. Nous ne sommes pas informés de ce qui se passe, je veux dire que nous sommes déconnectés des activités du directoire de notre parti. Par exemple, nous n'avons aucune idée de la présente distribution des billets et pécules pour le pèlerinage à la Mecque... Encore une fois, M. le Président de la République, intervenez avant qu'il ne soit trop tard".


Thimbo tentant de sauver un blessé lors du fameux 23 JUIN durant les manifestations devant l'Assemblée nationale
Thimbo tentant de sauver un blessé lors du fameux 23 JUIN durant les manifestations devant l'Assemblée nationale






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image