leral.net | S'informer en temps réel

Le juge Souleymane Teliko convoqué devant le conseil de discipline du CSM, la magistrature sur le pied de guerre (Mis à jour)

Pour avoir adressé à ses collègues une lettre privée dans laquelle il fustige les consultations à domicile, le juge Souleymane Teliko, élu par ses pairs pour les représenter au Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) a été convoqué le 19 avril prochain par le Conseil de discipline dudit conseil. Et les juges sont sur le pied de guerre.


Rédigé par leral.net le Vendredi 14 Avril 2017 à 12:42 | | 0 commentaire(s)|

Le juge Souleymane Teliko convoqué devant le conseil de discipline du CSM, la magistrature sur le pied de guerre (Mis à jour)
Sans détour, le magistrat connu pour son franc-parler, avertit ceux qui pensent pouvoir l'intimider ou le réduire en silence par cette procédure, qu'ils ont frappé à la mauvaise porte. Le bureau de l'UMS (Union des magistrats du Sénégal) tient aujourd'hui même, une réunion de même que le comité de ressort de Thiès. La crise que traverse la magistrature allant crescendo, c'est le juge Souleymane Téliko, conseiller à la Cour d'Appel de Thiès, qui est dans le collimateur de l'Exécutif et ses collègues entendent manifester leur solidarité au juge Teliko qui est convoqué le 19 courant par le Conseil de discipline du CSM.

Il lui est reproché selon la hiérarchie, d'avoir violé des délibérations du CSM, de jeter le discrédit sur cette instance, d'instiguer à une réunion de l'assemblée générale de l'UMS.

Tout est parti des mesures d'affectation intervenues le 17 mars dernier. En sa qualité de membre élu du CSM, Souleymane Téliko a rendu compte à ses collègues des jeux de chaise musicale intervenus par consultation à domicile. Il a profité de la correspondance pour donner son point de vue sur la procédure de consultation à domicile qui a été utilisée. Il n'a pas manqué de souligner dans ses observations, que le recours à la consultation à domicile ne lui paraît pas justifiable et ce, pour une raison simple, "cette procédure ne peut être utilisée qu'en cas d'urgence. Or dans le projet qui nous a été soumis, il n'a été mention d'aucun élément de nature à caractériser cette urgence.

Je suis au regret de constater qu'en dépit de toutes les protestations, la carrière des magistrats continue à être gérée avec beaucoup de désinvolture. Apparemment, il faudra plus que de simples rejets motivés des membres élus pour remédier à cette situation
". Et d'appeler alors à la tenue d'une assemblée générale de l'UMS pour que des pistes de solution puissent être envisagées.

Pour avoir fait part de cette opinion à ses collègues le mardi 11 avril 2017, il lui a été notifié l'ouverture d'une procédure disciplinaire à son encontre. Souleymane Teliko qui a saisi l'UMS par courrier officiel, n' pas pu s'empêcher de constater qu'un courrier privé adressé à des collègues, puisse atterrir sur la table du ministre de la Justice. "Je reste persuadé qu'au-delà des motifs ci-dessus indiqués et qui me paraissent pour le moins légers, il existe d'autres raisons, non avouées, qui ont déterminé l'ouverture de cette enquête. Mais en tout état de cause, que ceux qui pensent pouvoir, à travers cette procédure me réduire en silence ou m'intimider, sachent que qu'ils ont tapé à la mauvaise porte . Car je continuerais à exercer pleinement le rôle de représentant élu des magistrats au sein du CSM", maintient-il.

source: l'AS