leral.net | S'informer en temps réel

Le juge d’instruction réclame Abdoul Mbaye : la convocation adressée à l’ex-Pm pour une affaire de faux, usage de faux et bigamie


Rédigé par leral.net le Mercredi 20 Juillet 2016 à 13:48 | | 8 commentaire(s)|

C’est Actusen.com qui vous le file dans le mille ! Et en exclusivité. En effet, selon des sources généralement bien informées, l’ancien Premier ministre, Abdoul Mbaye, est convoqué devant le juge d’instruction Samba Fall. Selon toujours les sources de Actusen.com, la convocation dans ce sens a été adressée, ce lundi, au chef de file de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act).

Même si, confie-t-on, la convocation envoyée à son domicile n’a pas, pour le moment, été réceptionnée par qui de droit. Motif invoqué : Abdoul Mbaye est absent du pays et se trouve en voyage. N’empêche, dès son retour, il devra se transporter devant le magistrat instructeur.

Cette convocation est liée, dit-on à Actusen.com, à une affaire de faux, usage de faux et bigamie. Dans laquelle Abdoul Mbaye, devenu farouche opposant au régime de Macky Sall, aurait trempé. Et pour laquelle il a été entendu, selon nos informations, par la Police, à la suite d’une action déclenchée contre lui par le Tribunal départemental de Dakar. Qui aurait découvert dans ses archives un faux acte d’état-civil le concernant.

Pour rappel, suite à son audience du 3 février 2016, le Tribunal hors classe de Dakar avait prononcé le divorce entre le désormais ancien couple Abdoul M’baye et Aminata Diack pour « injures graves rendant l’existence en commun impossible aux torts exclusifs du mari».

On se souvient, aussi, que selon un rapport que Dakaractu avait pu se procurer, le 20 mai 2016, au niveau de la très confidentielle « Confidentiel-La lettre quotidienne », le Tribunal avait condamné Abdoul M’baye à payer à son ex-épouse la somme de 50 millions de francs à titre de dommages et intérêts. Les juges ont décidé, par ailleurs, que le couple était marié sous la communauté des biens et ordonné la liquidation du patrimoine ayant existé entre les deux époux.

Reste maintenant à savoir ce que risque Abdoul Mbaye au détour de son prochain face-à-face avec le magistrat instructeur. Car l’ancien Premier ministre, qui ambitionne de succéder au Président de la République dont il fut le premier Chef du Gouvernement en 2012, pourrait avoir fort affaire. S’il devait être inquiété puis condamné pour faux et usage de faux et bigamie.

Retour sur ces morceaux choisis du réquisitoire de feu de son ex-épouse


La question sur le sort qui sera réservé à Abdoul Mbaye est d’autant plus pertinente que, selon le rapport d’audience qui a été rendu public, en mai dernier, par le site de Serigne Diagne, son épouse ne l’avait pas, alors pas du tout raté.

En attestent ces morceaux choisis du réquisitoire de feu d’Aminata Diack contre son ex-chocolat doré : « Abdoul M’baye était un mari infidèle et a commis plusieurs fois l’adultère. Le document judiciaire relatant les propos de l’ex épouse M’baye, écrit : «Le bonheur et l’harmonie du couple n’ont été qu’éphémères, puisque les actes de provocation et d’infidélités du mari ont été réguliers et insupportables».

Selon le Tribunal, «Aminata Diack, en dépit de ses importantes charges, s’est constamment évertuée à accomplir ses devoirs conjugaux et jouer pleinement son rôle de mère tout en sauvegardant l’équilibre et la stabilité de la famille, devenue pour elle une préoccupation constante; que tout le long du ménage, elle s’est sacrifiée en mettant tout en oeuvre pour y arriver malgré le comportement gravement irrespectueux de son époux».

Le document poursuit : « depuis plus de quinze ans, Monsieur Abdoul M’baye engagé dans une union monogamique irrévocable n’a pas hésité à prendre une seconde épouse dénommée Bilo Wane (…) Cet acte de Monsieur Abdoul M’baye a démontré le visage d’un homme irrespectueux, à la fois de son épouse, des valeurs qui fondent la famille, de ses propres options et engagements, mais aussi des lois et règlements de son pays. »

«La vie de ménage a été ponctuée par les comportements sus-décrits indignes d’un époux responsable, que le lien matrimonial antérieur résultant de son option monogamique indéniable est prohibitif d’une seconde union matrimoniale ; qu’il se glorifie d’une relation adultérine qui dure depuis septembre 1998 et se perpétue dans le temps (…) »

Aminata Diack estime que « les actes et comportements de Monsieur Abdoul M’baye sont blasphématoires pour une personne ayant occupé de surcroît, des responsabilités dans les plus hautes sphères privées et publiques, que pire celui-ci a cherché à l’atteindre au plus profond d’elle-même de par ses comportements sus-décrits, que toutes les turpitudes du (de son ) mari ne sauraient être décrites, ni étalées dans le cadre de la procédure tant elles sont insupportables pour elle. Que depuis longtemps, le sieur M’baye ne lui voue aucune affection, ni attention particulière, voulant la réduire au silence et à la résignation (…) ». Actusen.com vous suit cette affaire, qui, à coup sûr, va faire couler beaucoup de salive.

Actusen.com






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image