Leral.net | S'informer en temps réel



Le "logiciel" de Manuel Valls est "périmé", juge Cécile Duflot

le 31 Mars 2015 à 16:24 | Lu 328 fois

Le "logiciel" de Manuel Valls est "périmé", juge Cécile Duflot
L'ancienne ministre écologiste du Logement Cécile Duflot estime que Manuel Valls, avec lequel elle a refusé de travailler il y a un an, se trompe d'objectifs et accentue les divisions de la gauche par sa manière de gouverner. La députée de Paris, qui avait quitté le gouvernement lors de la nomination du Premier ministre en mars 2014, maintient le contact avec le président François Hollande, avec qui elle a dialogué en marge d'un déplacement à Tunis dimanche.
Elle reste en revanche très critique à l'encontre de Manuel Valls et souligne dans un entretien au Monde publié mardi, alors que le Premier ministre a imputé la défaite aux départementales à la division de la gauche et que le PS cherche à rassembler autour de lui, que le rassemblement "ne se décrète pas".
"Un an après la claque des municipales, la même politique a été accélérée. Elle est de nouveau sanctionnée. Le cap qui a été choisi par le gouvernement et la manière d'exercer l'autorité sont les deux facteurs de cet échec", dit-elle.
"La détermination est une qualité, mais l'entêtement peut être une faute (...) Aujourd'hui, on ne demande pas aux partenaires de se rassembler, mais de s'aligner", ajoute-t-elle en évoquant Manuel Valls, qui a dû engager la responsabilité de son gouvernement pour faire adopter la loi Macron à l'Assemblée, où le texte ne trouvait pas de majorité.
CAMBADÉLIS "NE COMPREND PAS"
Interrogée sur la capacité du Premier ministre à rassembler son camp, l'ancienne numéro un d'Europe Ecologie-Les Verts dit douter même de sa volonté.
"Le veut-il ?", s'interroge-t-elle. "L'accentuation des inégalités, territoriales et sociales ainsi que la crise écologique semblent être des points aveugles de sa pensée. Il a le verbe haut, mais où sont les résultats ? Ses objectifs, à savoir faire baisser le Front national, améliorer le score de la gauche et résorber le chômage, ne sont pas atteints aujourd'hui. Son logiciel est périmé."
"Je ne crois pas à la guerre des gauches, et je suis prête au rassemblement, mais je ne crois pas non plus que la modernité, ce soit d'abdiquer sur chacun des acquis sociaux et d'avoir un projet conservateur", lance-t-elle.
Invité mardi de BFM TV et RMC, Manuel Valls a dit souhaiter le retour des écologistes au gouvernement, ce que certains membres d'EELV, dont le sénateur Jean-Vincent Placé, évoquent régulièrement.
Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a pour sa part dit son incompréhension à propos des déclarations de l'ex-ministre, au lendemain d'une réunion jugée positive entre les états-majors du PS et des écologistes.
"Mme Duflot a peut-être peur que le dialogue recommence entre le Parti socialiste et les écologistes. Je ne comprends absolument pas ces déclarations", a-t-il dit mardi à son arrivée à l'Assemblée pour la réunion du groupe PS.
La veille, après s'être entretenu avec son homologue d'EELV, Emmanuelle Cosse, il avait déclaré que "le dialogue (était) renoué" et que "des pistes (avaient) été dégagées pour faire en sorte que l'unité se construise", au sein notamment de quatre groupes de travail.
(Gregory Blachier, avec Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)