leral.net | S'informer en temps réel

Le loupé de Lamine Diack - Par Madiambal Diagne

De nombreux lecteurs m’avaient appelé pour demander pourquoi je m’étais abstenu d’écrire sur l’affaire Lamine Diack, ce gros scandale qui éclabousse l’athlétisme mondial. Ma réponse était que cela procédait d’une autocensure. Je ne pouvais pas défendre Lamine Diack et je ne voudrais pas non plus l’accabler, en quelque sorte brûler une icône. Je faisais partie de ceux qui avaient cherché à se convaincre que Lamine Diack était victime de ses enfants. On ne pouvait pas s’imaginer, le moindre instant, qu’il eût été à la baguette dans cette ignoble affaire de corruption pour effacer les preuves de dopages d’athlètes.


Rédigé par leral.net le Lundi 21 Décembre 2015 à 11:18 | | 36 commentaire(s)|

Le loupé de Lamine Diack - Par Madiambal Diagne
Mais les extraits des procès-verbaux d’audition publiés par le journal français Le Monde laissent pantois. Lamine Diack avoue avoir été le chef d’orchestre de cette affaire puante. Mais le plus renversant est que sa stratégie de défense est des plus absurdes, des plus nulles. Lamine Diack a cherché à en faire une affaire d’Etat pour sauver sa peau et n’a trouvé rien de mieux à dire qu’il avait demandé de l’argent aux Russes pour financer le départ de Abdoulaye Wade.

L’amalgame est vite fait, car les esprits penseraient naturellement à la campagne du tombeur de Abdoulaye Wade, en l’occurrence Macky Sall. Le journal Le Monde et d’autres publications ont franchi allègrement le pas. Pour sa part, Le Monde vient de s’excuser de sa méprise. Seulement, il n’est vraiment pas besoin d’être dans le secret des Dieux pour éventer cette argutie de Lamine Diack qui voudrait se donner une réputation d’Arsène Lupin politique. Il aurait triché et escroqué non pas pour lui-même ou ses proches, mais pour financer une campagne politique.

Le départ de Abdoulaye Wade serait si nécessaire pour sauver le Peuple sénégalais que la fin justifierait les moyens et qu’il aurait fallu recourir jusqu’à de l’argent sale, sorti des caniveaux de la Russie ! Quelqu’un d’autre pourrait emprunter la même ligne de défense en indiquant avoir fait de la contrefaçon de billets de banque ou du trafic de drogue pour financer telle ou telle campagne politique. Et puis, tout le monde sait que si Lamine Diack avait à financer une campagne en 2012, ce serait certainement la sienne ou celle de ses proches camarades de parti avec lesquels il a eu un long compagnonnage politique.

On ne peut pas ne pas être animé par un sentiment de tristesse en voyant Lamine Diack tomber de la sorte, de son âge et de son aura. Comment a-t-il pu paniquer à ce point pour se lancer dans des élucubrations pareilles qui salissent davantage son pays ? Quel marché lui a-t-il été proposé par les enquêteurs pour que le vieux Diack mouille ses fils, ses avocats, ses proches collaborateurs, Macky Sall, Khalifa Sall et on ne sait qui encore ? Il est triste de se dire que cette affaire prouve que Lamine Diack n’avait nullement mérité toutes les fonctions qu’il avait eu à occuper, toutes les révérences et tous les honneurs qui lui étaient faits. A supposer même que cela aurait été vrai, qu’il aurait financé la campagne d’un candidat Tartempion, Lamine Diack devait mourir avec ses secrets. D’ailleurs, ce candidat pouvait-il savoir que l’argent provenait du blanchiment d’athlètes russes épinglés pour dopage ?

Le même sentiment de tristesse devrait habiter Macky Sall. Lamine Diack a essayé de se rattraper de ses déclarations, mais le mal est déjà fait. Le «pôvre» Macky Sall a eu tellement de compassion pour Lamine Diack et avait mis en branle toute la diplomatie sénégalaise pour lui venir en aide ! Quand certains amis lui faisaient remarquer que le soutien du Sénégal à Lamine Diack était un peu trop exubérant, le Président Macky Sall voulait rester sur la même ligne que la France vis-à-vis de Michel Platini, lui aussi éclaboussé dans un scandale de corruption à la Fifa. Pour Macky Sall, il faut éviter de tuer les représentations les plus positives de notre pays. Il ne s’imaginait pas qu’il sera lui-même une victime collatérale de cette affaire.

L’amalgame peut en effet être nourri à dessein. Macky Sall a bel et bien volé au secours de Lamine Diack comme il avait eu également à l’élever à une haute décoration quelques mois plus tôt. Il reste que tout l’a séparé de Lamine Diack. Ils n’ont pas eu ensemble un vécu militant et il s’y ajoute que Macky Sall avait pris ses distances de la tenue des Assises nationales conduites du 1er juin 2008 au 24 mai 2009 par une partie de l’opposition. Il est de notoriété publique que Lamine Diack faisait partie des mécènes des Assises nationales. Et même sur cette question, les dépenses totales des Assises nationales étaient de l’ordre de 109 millions de francs Cfa. Lamine Diack avait travaillé pour une candidature unique de l’opposition au sein du Front Benno siggil Senegaal, candidature qu’il songeait personnellement à incarner. Macky Sall avait manifesté clairement son opposition à une candidature consensuelle contre Abdoulaye Wade.

Comment alors Lamine Diack pourrait-il financer la campagne de Macky Sall qui était un adversaire déclaré ? Je mettrais ma main au feu que Lamine Diack n’avait pas voté pour Macky Sall au premier tour de la Présidentielle de 2012. Peut-être qu’il avait envoyé quelques enveloppes à Mermoz, entre les deux tours, comme de nombreux souteneurs d’ailleurs, quand les dés étaient déjà jetés. Il reste que le cheval de bataille de Lamine Diack sur le terrain politique à Dakar était la reconstruction du stade Assane Diouf, que le régime du Président Wade avait cédé à des investisseurs chinois. Sollicité à plusieurs reprises par Lamine Diack sur ce dossier, le Président Macky Sall a préféré garder une attitude de prudence en demandant aux services compétents de l’Etat d’examiner strictement la légalité de ce qui avait été fait.

Par ailleurs, il est temps qu’une certaine classe politique arrête d’insulter l’intelligence des Sénégalais en invoquant à chaque fois des financements occultes qui auraient permis la défaite de Abdoulaye Wade. Tout le monde sait que si ce n’était que pour de l’argent, Abdoulaye Wade n’aurait jamais été défait, car on sait les sommes déversées dans les poches des électeurs par son camp en 2012, comparées à ce qui serait prélevé du maigre 1,5 million d’euros arnaqué aux Russes. D’un coup, Macky Sall aurait reçu de l’argent du Gabon, du Burkina Faso, de Bolloré, d’un autre coup, c’est la France ou c’est Lamine Diack avec l’argent du dopage d’athlètes russes. C’est comme s’ils voudraient que tout le monde soit aussi sale qu’eux !






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image