leral.net | S'informer en temps réel

Le maître d’arabe traduit en justice par son élève « ibadou »

NETTALI.NET - A moins qu’il soit encore renvoyé, M. S. Diallo, fera face au juge des flagrants délits de Dakar, vendredi prochain, 8 mai. Cet enseignant arabe, âgé de 32 ans, est accusé d’avoir violé puis engrossé son élève, R. Bâ. Une « Ibadou » (fille voilée) âgée de 14 ans.


Rédigé par leral.net le Mardi 5 Mai 2009 à 02:40 | | 0 commentaire(s)|

Le maître d’arabe traduit en justice par son élève « ibadou »
Il résulte du procès verbal, que le prévenu enseigne l’arabe à la jeune fille depuis six (6) ans. Si jusque-là, l’enseignant s’est limité à dispenser son cours, le lendemain de la dernière fête de Korité, il a passé outre. En effet, selon la plaignante, ce jour-là, son enseignant qui vivait avec sa famille, a profité de l’absence de ses parents pour abuser d’elle.

A en croire, R. Bâ, le prévenu s’est couché sur elle et lorsqu’elle l’a repoussé, ce dernier l’a intimé l’ordre de se taire. La jeune fille ajoute que M. S. Diallo l’a menacée de lui jeter un mauvais sort, si elle s’opposait à entretenir des rapports sexuels avec lui.

La plaignante qui a précisé qu’elle a saigné lors de ce premier rapport, a soutenu que le prévenu a récidivé trois jours après. « Il a abusé de moi à maintes reprises. Il attendait toujours que mes parents s’absentent », soutient l’élève dans sa plainte.

Si jusque là, elle avait gardé le secret, le 11 avril dernier, R. Bâ, tombée enceinte raconte à ses parents ce qui lui est arrivé. Ainsi, elle a pointé un doigt accusateur sur son enseignant. Interrogé, ce dernier balaie d’un revers de la main les allégations de son élève et refuse d’endosser la paternité de l’enfant.

N’étant pas convaincu par les dénégations du mis en cause, les parents de la victime ont porté plainte contre M. S Diallo. Interrogé par les policiers, il a nié tout en faisant savoir qu’il avait l’intention d’épouser la jeune femme. D’ailleurs, il a précisé le mariage a été retardé par les parents de la jeune fille qui s’étaient opposés dans un premier temps, avant de revenir sur leur décision.

D’après toujours les déclarations contenues dans le procès verbal, l’enseignant qui avait refusé la paternité, s’est par la suite engagé à prendre en charge la future jeune maman et son futur enfant. Aussi, avait-il imploré la clémence des parents. Une demande qui est tombé dans l’oreille d’un sourd puisque la procédure suit son cours. Ainsi, M. S Diallo s’est retrouvé à Reubeuss et le 8 mai prochain, il devra répondre du délit de viol suivi de grossesse sur une mineure de 14ans.






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image