leral.net | S'informer en temps réel

Le meurtrier Abdoulaye Diallo condamné aux travaux forcés à perpétuité

La Cour d’assises de Ziguinchor (Sud) a condamné, vendredi, l’accusé Abdoulaye Diallo aux travaux forcés à perpétuité, après l'avoir reconnu coupable du meurtre de Safy Diallo, une dame âgée de 60 ans, a constaté l’APS.


Rédigé par leral.net le Vendredi 11 Juillet 2014 à 21:00 | | 0 commentaire(s)|

Le meurtrier Abdoulaye Diallo condamné aux travaux forcés à perpétuité
Sous mandat de dépôt depuis le 2 avril 2012, Abdoulaye Diallo devra en outre payer 3.000.000 francs à la partie civile à titre de dommages et intérêts.

Les faits ont eu lieu le 31 mars à Diamwelly, un village de la région de Kolda. C’est vers 3h30 mn que les habitants du village ont informé la brigade de gendarmerie de Kalifourou qu’un jeune du nom d'Abdoulaye Diallo venait de tuer Safy Diallo, une vielle dame âgée de 60 ans.

Devant les enquêteurs, Diallo a reconnu les faits qui lui sont reprochés. Cultivateur de son état, il a déclaré lui avoir donné trois coups de coupe-coupe au cou, dans sa case, alors qu’elle était en train de dormir. Dans l'action, il a blessé sa petite fille qui tentait de la défendre.

L'accusé a réitéré ses aveux devant le magistrat instructeur en faisant savoir qu’il s’est introduit par effraction dans la case de la victime. Il a déclaré avoir agi sous le coup de la colère, relevant que la victime l’avait insulté 5 jours auparavant.

A la barre de la Cour d’assises, Abdoulaye Diallo est revenu sur les faits, en niant catégoriquement avoir tué Safy Diallo. L'accusé a soutenu que les aveux circonstanciés ont été faits sous la contrainte.

Malgré l’insistance des membres de la cour et de son avocat, Abdoulaye Diallo, âgé de 32 ans au moment, a persisté dans ses dénégations, en soutenant qu’il n’est pas l’auteur du meurtre.

Ibrahima Sorry Diallo, fils ainé de la victime, a déclaré à la barre que c’est aux environs de 3h du matin qu’il a entendu des cris venant du domicile familiale .

Une fois sur les lieux, muni de sa lampe torche, il a constaté des traces de sang dans la case. Khardiatou Diallo, sa fille qui dormait dans la case, lui a fait savoir que c’est Abdoulaye Diallo qui a tué sa mère.

Elle a déclaré que l’accusé l’a même blessé au doigt quand elle a tenté de la protéger. Il lui a interdit d’alerter son entourage. Après avoir commis le crime, il s’est caché à la mosquée du village.

C’est là-bas que les jeunes l’ont trouvé et puis l’ont conduit dans la nuit à la gendarmerie de Kalifourou.

L’avocat général a soutenu que les dénégations servies par l’accusé devant la barre, sont un moyen de défense d’une personne en détresse

Djibril Bâ estime que les faits sont d’une gravité telle qu’il n’avait aucune chance d’échapper aux rigueurs de la loi.

‘’C’est un crime odieux et abominable qu’on ne peut justifier de la part d’un jeune qui n’avait aucune raison de s’en prendre à une vieille dame’’ a déploré le représentant du ministère public.

‘’Il n’a exprimé aucun regret et aucune compassion devant la barre. Il a persisté dans son attitude négative en niant catégoriquement les faits. Il ne mérite aucune circonstance atténuante. C’est pourquoi, je requiers à la cour de le condamner aux travaux forcés à perpétuité’’ a-t-il martelé.

‘’Dans ce dossier, il n’existe aucune preuve selon laquelle Ibrahima Diallo est l’auteur du crime commis sur la vielle dame Safy Diallo. J’ai devant moi un procès-verbal taillé sur mesure’’, a rétorqué Me Amadou Diaw, son conseil.

Me Diaw estime que le juge d’instruction aurait dû approfondir l’enquête pour mieux éclairer la cour sur les circonstances du drame. ’’En matière pénale, il faut l’imputabilité des faits’’, a-t-il lancé.

L’avocat a plaidé l’acquittement de son client en raison de l’insuffisance de preuves.

A titre subsidiaire, il a demandé à la cour de lui faire une application bienveillante de la loi.

La Cour d'appel n’a pas retenu ces circonstances atténuantes puis qu’elle a condamné Abdoulaye Diallo aux travaux forcés à perpétuité. Il devra en outre payer 3.000.000 francs à la partie civile à titre de dommages et intérêts.






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image