leral.net | S'informer en temps réel

Le ministre Mariama Sarr flinguée par les femmes du Sud


Rédigé par leral.net le Vendredi 17 Juin 2016 à 15:35 | | 0 commentaire(s)|

Le ministre Mariama Sarr flinguée par les femmes du Sud
Annoncée en grandes pompes et attendue par les enfants surtout en situation difficile, le Ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance, Mariama Sarr a brillé par son absence à l’occasion de cette belle cérémonie au grand regret des enfants plus particulièrement et des femmes qui avaient sonné la grande mobilisation pour donner un cachet particulier à la journée.

Si pour le chef de l’exécutif régional un empêchement de dernière minute en a décidé autrement sur la venue à Ziguinchor du ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance, Mariama Sarr, pour la dame Awa Badji, «cette absence du ministre Mariama Sarr ne peut pas se justifier. Cette dame n’accorde aucune importance à notre région et pourtant, le Chef de l’Etat, Macky Sall a toujours fait de la protection des enfants, de la préservation de leurs droits, une priorité».
Sa copine, Fatou Diédhiou plus amère de lui emprunter sa trompette et de dire, «nous n’excluons d’organiser dans les prochaines heures un point de presse pour exprimer notre regret et notre indignation. Ce douloureux événement survenu il y a une quarantaine d’année doit être un moment fort pour nos gouvernants et nos communautés. Cette absence du ministre, Mariama Sarr prouve encore une fois que son ministère n’a pas l’Enfant au cœur de sa politique et de son programme de développement».

Les enfants déçus, «nous attendions avec beaucoup d’espoir la venue du ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance mais malheureusement, nous nous sommes rendus compte qu’elle (Mariama Sarr) n’est pas préoccupée par notre bien-être», se désole la jeune fille, Françoise Diatta. Qui regrette, «nous ne pouvons d’ailleurs comprendre l’attitude de certaines ONG de la place qui ne s’occupent de nous qu’au moment des journées qui sont dédiées aux enfants. C’est scandaleux et l’Etat du Sénégal doit sévir». Des enfants de la Casamance naturelle, touchés par un conflit armé, qui ont réclamé hier une protection. «Certains d’entre nous ont été enrôlés de force par des groupes armés avant qu’ils ne participent aux hostilités», selon le jeune Malafi Badji.
IGFM






Hebergeur d'image