leral.net | S'informer en temps réel

Le mur du Canal 4 effondré, Médina, Fass Delorme, Gueule Tapée et… Point E immergés : catastrophe pluviale à Dakar !

La nuit aura été incontestablement longue, ce lundi. Dakar s’est noyée dans les fortes averses qu’elle a reçues, vers les coups de 18 heures. Résultat : les dégâts se passent de commentaires. Et preuve symptomatique que la capitale sénégalaise a souffert le martyre : le Canal 4 s’est effondré, sous le regard de Ahmed Khalifa Niasse qui "se noyait" au même moment.


Rédigé par leral.net le Mardi 18 Août 2015 à 02:18 | | 9 commentaire(s)|

Ses nombreux milliards F Cfa n’ont pas pu le sauver. Médina, Fass Délorme, Gueule Tapée doutaient de leur identité et avaient fini par céder face aux fortes pluies. Pendant ce temps, la banlieue entamait une nuit longue, très longue même. Plus qu’un jour sans pain ! Bienvenue à bord de Actusen.com pour une promenade nocturne dans les sites sous les eaux.

Il a plu des cordes, ce lundi après-midi, sur Dakar. Des vagues d’eaux déferlantes sur la capitale. Beaucoup de dégâts causés et notés ça-et-là. Après le week-end pluvieux du 06 au 09 août derniers, c’est la deuxième fois, en une semaine, que le ciel ouvre ses vannes sur Dakar.

Une promenade effectuée par Actusen.com a permis de jauger l’ampleur des dégâts. Au quartier de la Médina que nous avons visité alors qu’il pleuvait encore de fortes averses, les populations se démerdent pour faire face à la furie des eaux.

Seaux à la main, pantalons retroussés jusqu’aux genoux, elles se démerdent pour se frayer un passage et accéder à leurs maisons. L’électricité est coupée, plongeant le quartier dans les ténèbres. Impuissantes, les populations s’en remettent au Ciel.

Les automobilistes, quant à eux, sont bloqués. Des files indiennes de voitures longent la voirie. Du côté de la Corniche Ouest, même constat et même décor. Les véhicules sont stationnés sur des kilomètres. Ça klaxonne. Mais aucun véhicule ne bouge. Dakar a eu peur et a bu le calice jusqu’à la lie;

La digue de protection du Canal 4 effondrée, la maison d’Ahmed Khalifa Niasse… inondée

Nous empruntâmes la Rue 6. Il n’y a aucune chance. Tout est bloqué. Les chauffeurs se démènent comme de beaux diables. Au niveau de l’avenue Blaise Diagne, à hauteur du rond-point de Sahm, c’est un autre monde. On se croirait dans un fleuve. Comme une crue du Nil, les eaux débordent. Les piétons comme les véhicules avancent à pas de caméléon.

A hauteur de l’Ecole Manguiers 2, pourtant à quelques mètres du Canal 4, les eaux dictent leur loi. Même le "petit" Palais d’Ahmed Khalifa Niasse n’est pas épargné. L’esplanade de sa résidence est remplie d’eau. Ses nombreux milliards F Cfa n’y peuvent rien. Et son salut, il ne l’a dû qu’à des enfants réquisitionnés, qui tentent de sauver ce qui peut l’être encore. Avec des seaux, les eaux sont déversées sur l’avenue Cheikh Anta Diop. Qu’à cela ne tienne ! Le ciel est bien décidé à « punir » les populations de Dakar ce lundi.

Le véhicule avance tant bien que mal. L’avenue Cheikh Anta Diop est plus qu’impraticable. Il faut bifurquer à droite et engager la voie de Colobane. Peine perdue ! Dakar connait un nouveau visage. Le mur du Canal 4 ne tient plus, doute de son identité puis s’effondre. C’est le comble !

Dans le noir, les voitures éteignent leurs moteurs. Pour ne pas se noyer dans le gasoil qui coûte cher. Le Point E et la Gueule Tapée ont aussi connu, cette après-midi, le même sort. Les populations sont barricadées dans leurs maisons, pour fuir les… inondations. Dakar devient, en quelques heures, une capitale à la mine hideuse.

Au moment où nous mettions sous presse, nous apprîmes que, dans la banlieue, la situation est pire. Là bas, c’est la peur généralisée. Et la nuit a dû commencer à être longue, très longue même. Plus qu’un jour sans pain. C’est ça aussi le Sénégal : quand les paysans implorent le Ciel pour qu’il ouvre ses vannes, à Dakar, les populations ont le regard rouge, à chaque fois que les nuages s’amoncellent.

Gaston Mansaly (Actusen.com)






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image