Leral.net | S'informer en temps réel



Le pape condamne la « persécution brutale » des « minorités »

le 26 Décembre 2014 à 04:55 | Lu 3294 fois

Le pape condamne la « persécution brutale » des « minorités »

Vidéo : le pape dénonce les "persécutions" en... par lemondefr

La préoccupation du pape pour le sort des chrétiens d'Orient s'est exprimée tout au long de cette semaine de Noël. Lors de la bénédiction urbi et orbi qu'il a prononcée à midi, jeudi 25 décembre, place Saint-Pierre à Rome, à l'occasion de la fête de la nativité, François a dénoncé les « persécutions brutales » dont sont victimes les chrétiens d'Irak et de Syrie, avec ceux « qui appartiennent à d'autres groupes ethniques et religieux ».

Il a évoqué « les nombreuses personnes déplacées, dispersées et réfugiées […] de la région et du monde entier » et a demandé qu'elles « puissent recevoir les aides humanitaires nécessaires pour survivre à la rigueur de l'hiver et revenir dans leur pays ».

Lundi, le pape argentin avait adressé une lettre aux chrétiens du Moyen-Orient pour les « encourager » et leur dire « combien [leur] présence et [leur] mission sont précieuses en cette terre » où « est né et où s'est répandu le christianisme ». Comme à son habitude, il n'y citait pas nommément l'Etat islamique mais il y dénonçait une « organisation terroriste » qui « commet toutes sortes d'abus et de pratiques indignes de l'homme, en frappant de manière particulière certains d'entre vous qui ont été chassés de façon brutale de leurs propres terres, où les chrétiens sont présents depuis les temps apostoliques ».

TROP D'ENFANTS « VICTIMES D'ABUS ET EXPLOITÉS »

Le pape condamne la « persécution brutale » des « minorités »
Jeudi, devant les dizaines de milliers de personnes assemblées devant la basilique Saint-Pierre, le pape a demandé un large « soutien aux efforts de ceux qui s'engagent efficacement pour le dialogue entre Israéliens et Palestiniens ». Il a aussi mentionné l'Ukraine, le Nigeria, où « à nouveau du sang est versé et trop de personnes sont injustement soustraites à l'affection de leurs proches et tenues en otage ou massacrées », ainsi que d'autres pays africains : la Libye, le Soudan du Sud, la République centrafricaine et la République démocratique du Congo.

Dans une bénédiction où, comme il l'a souligné, étaient présentes « tant de larmes en ce jour de Noël », le souverain pontife a également dénoncé les mauvais traitements infligés à des enfants, victimes de violences, de trafics, de traite des personnes ou contraints à être soldats. Il y a trop d'enfants « victimes d'abus et exploités sous nos propres yeux et avec notre silence complice », a-t-il déclaré.

Il a cité « les enfants massacrés sous les bombardements, y compris là où est né le fils de Dieu », c'est-à-dire en terre sainte, et leur « silence impuissant qui crie sous l'épée ». Il a aussi mentionné les enfants tués à Peshawar, au Pakistan, dans l'attentat contre une école la semaine dernière, ainsi que ceux victimes du virus Ebola au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée. Dans une référence à l'avortement, il a aussi cité les « enfants tués avant de voir la lumière ».