Leral.net | S'informer en temps réel



Le président annonce la mort d'un chef islamiste

Rédigé par Sahaba net le 10 Mars 2010 à 12:15 | Lu 859 fois

Le président indonésien, Susilo Bambang Yudhoyono, a confirmé, ce mercredi, le décès d'un chef présumé de l'organisation islamiste Jemaah Islamiyah, lors d'opérations menées, la veille, par la police dans la banlieue de Djakarta


Le président annonce la mort d'un chef islamiste
AFP - Le Président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono, en visite en Australie, a confirmé mercredi la mort la veille de Dulmatin, l'un des chefs présumés du réseau radical Jemaah Islamiyah (JI) en Indonésie.

"Nous pouvons confirmer que l'une des personnes tuées était M. Dulmatin, l'un des principaux responsables terroristes d'Asie du Sud-Est que nous recherchions", a déclaré M. Yudhoyono à Canberra.

Dulmatin, un Indonésien de 39 ans, soupçonné d'être l'un des cerveaux responsables de la planification des attentats meurtriers de Bali de 2002, a été tué mardi matin dans un café internet de Pamulang, dans la banlieue de la capitale Jakarta, par les forces anti-terroristes.

La police avait refusé de confirmer officiellement son identité, dans l'attente des analyses ADN.

Deux autres suspects avaient été tués deux heures plus tard à proximité alors qu'ils fuyaient à moto.

Les attentats de Bali de 2002, qui avaient provoqué la mort de 202 personnes dont de nombreux touristes, sont les plus meurtriers de l'histoire indonésienne.

Dulmatin a été formé au maniement d'explosifs durant des séjours dans des camps d'Al-Qaïda en Afghanistan, selon des experts. Les Etats-Unis avaient promis 10 millions de dollars de récompense pour des informations sur cet homme qui se serait caché plusieurs années dans le sud des Philippines.

La police indonésienne a mené une série de raids ces dernières semaines dans la province d'Aceh, dans le nord de l'île de Sumatra, où elle affirme avoir découvert un centre d'entraînement clandestin qui serait lié au réseau radical Jemaah Islamiyah.

Trois personnes, dont deux civils, ainsi que trois membres des forces de l'ordre, ont été tuées au cours de ces raids, tandis que 22 suspects ont été interpellés, selon la police.

L'Indonésie a récemment renforcé son dispositif de sécurité à l'approche de la visite du président américain Barack Obama, attendu à la fin mars à Jakarta avec sa famille.