leral.net | S'informer en temps réel

Le protocole d’accord gouvernement/enseignants bloqué par des amendements

La rencontre d’hier entre le gouvernement représenté par les ministres de l’Education nationale, Serigne MbayeThiam et de la Fonction publique, Mansour Sy, et les différents syndicats d’enseignants a permis aux deux parties d’arrondir les positions et de se donner un nouveau rendez-vous.


Rédigé par leral.net le Dimanche 25 Août 2013 à 01:50 | | 8 commentaire(s)|

Le protocole d’accord gouvernement/enseignants bloqué par des amendements
La rencontre, qui devait servir d’occasion à la signature du document représentant le protocole d’accord sur la stabilisation de l’espace scolaire, n’a donc finalement pas eu lieu. La principale raison du report de la signature du pacte de paix entre le gouvernement et les enseignants, est liée aux amendements apportés par les syndicalistes sur certains de leurs préoccupations à savoir les validations des années de vacatariat et de contractualisation, et sur les échéanciers par rapport au paiement des différentes indemnités de la fonction.

Le gouvernement est donc invité à revoir le contenu de son document en apportant plus de précisions sur la satisfaction des principaux points de revendications du corps enseignant. Les enseignants ont affirmé au cours de la rencontre leur disponibilité à signer le document, si une fois ces réglages sont effectués sur le protocole par la Commission technique. La balle est donc dans le camp du gouvernement qui a apprécié cette attitude des enseignants par un souci de rendre beaucoup plus crédible le document, a expliqué le ministre de la Fonction publique. Selon lui, il faut désormais parapher des accords réalistes et réalisables pour éviter demain des grèves sur le motif de non-respect des engagements par le gouvernement.

Vu la bonne volonté affichée par les deux parties vers la stabilisation du système scolaire dans les années à venir, il est fort probable que le protocole d’accord sera signé la semaine prochaine au siège du Conseil économique, social et environnemental.



1.Posté par alciba le 25/08/2013 00:12 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le pays en a besoin.La revalorisation de la fonction enseignante est une impérative car au Senegal seuls les enseignants sont ponctuels et assidus.

2.Posté par gare le 25/08/2013 10:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

la validation des années de contractualisation est la plus grosse arnaque du système scolaire. quelqu'un qui n'a jamais fait de concours de sa vie , qui est recruté juste avec le bac veut se retrouver fonctionnaire de la hiérarchie B2 aussi facilement. si maintenant, il est reclassé, avec la validation il devient plus gradé que ceux qui ont fait le concours. Tchim , ils n'ont même pas honte de réclamer cette injustice, bande de vautours. l'école va à la dérive

3.Posté par Sicadi le 25/08/2013 11:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Désolé mister "gare" mé tu na rien compri. Avan d'étr recruté com fonctionér cé zanségnan contractuel pass par la FASTEEF pour y subir une formation complémentaire é un examen aukél cértin dentr eux échou. Seuls ceu ki y réussiss peuv espéré se retrouvé fonctionnér.

4.Posté par LOU BAAX le 25/08/2013 13:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

en tout cas l'école sénégalaise en a fortement besoin de cette stabilisation

5.Posté par gueye le 25/08/2013 15:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il faut d'abord revaloriser les années des PEM, depuis l'équivalence CAES/CAPES. Les PES et les PEM ont subi la meme formation, les premiers on avancé, les seconds pas encore.

6.Posté par boule le 25/08/2013 15:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les PES et les PEM ont subi la même formation; mieux il y a plus de PEM que de PES dans les lycées. Les PES ne sont suffisants pour tenir les classes du second cycle. Un syndicat des PEM devrait voir le jour car les PES sont allés rejoindre les CAPES et depuis lors la grille laissée par les PES est laissée aux oubliettes. Ingratitude des PES envers les PEM.

7.Posté par boule le 25/08/2013 15:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les PES ne sont pas suffisants pour tenir les classes du second cycle. Les PEM devraient laisser les classes de 2e, 1ère et Tle aux PES.

8.Posté par diw le 25/08/2013 20:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

toutes ces postes liberees apres les audits de la fonction publique peuvent etre octroyees à ces enseignants

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image