leral.net | S'informer en temps réel

Le rallye Dakar vu de… Dakar

Comment ne pas évoquer le Paris Dakar, le rallye Dakar, dans le Dakar Paris ? Même si cette épreuve a déserté l’Afrique. A la suite des menaces d’attentat dans le Sahel, notamment en Mauritanie. Cette épreuve a toujours suscité la polémique et la passion en Europe, mais aussi en Afrique.


Rédigé par leral.net le Mercredi 13 Janvier 2010 à 15:44 | | 1 commentaire(s)|

Le rallye Dakar vu de… Dakar
Je rencontre d’ailleurs plus de partisans du Paris Dakar en Afrique qu’en France. Beaucoup de jeunes Sénégalais me font remarquer que cette épreuve était aussi une occasion d’avoir des contacts avec l’Occident. « J’ai rencontré beaucoup de motards, avec qui j’ai sympathisé. Alors que d’habitude dans mon quartier de Pikine (banlieue populaire de Dakar), les Toubabs (les blancs) sont très peu présents » m’a expliqué Hassan, un habitant de Pikine.



Un de ceux qui rêvent d’un visa pour l’Europe. Pas simplement pour y travailler ou s’y installer, mais aussi pour découvrir le « vaste monde ». Savoir comment les autres pensent. « Pourquoi les Africains seraient-ils les seuls à ne pas avoir le droit de voyager ? Parce que nous sommes pauvres ? » me demande-t-il. Je ne sais pas quoi lui répondre.



En tout cas, il aimait le Dakar. Beaucoup d’autres Sénégalais partagent son point de vue. Quand on leur parle du nombre de morts, certains font preuve de fatalisme. « De toute façon, avec ou sans rallye Paris Dakar, il y a des milliers de morts chaque année, sur les routes sénégalaises ».



Mais d’autres Sénégalais sont bien plus critiques, notamment des intellectuels. Ils dénoncent une « épreuve néo coloniale » et souhaite qu’elle reste en…Amérique latine. Ou même qu’elle disparaisse. Comme en témoigne cet éditorial au vitriol du quotidien dakarois Kotch, intitulé “Quand le permis de tuer se délocalise”





Le « Dakar » en Argentine :

Quand le permis de tuer se délocalise





Elle s’appelait Natalia Sonia Gallardo. Mais nul doute que pas grand monde ne se souviendra de son nom. Cette jeune femme qui croquait la vie à pleines dents a été fauchée par le véhicule « 4X4 » de l’allemand Mirco Shultis, lors de la première étape du fameux rallye «Dakar », qui se déroule cette année en Argentine. Elle n’est que la cinquante-cinquième victime de cette chevauchée fantastique qui, malgré son lot de tués, est restée fidèle à sa logique macabre et implacable : « The show must go on ».



Pour le plus grand bénéficie des chaînes télés, des annonceurs et bien entendu des organisateurs, le spectacle ne doit en aucun cas s’arrêter. Pour sûr, il n’y pas grand monde en Afrique, le continent qui a payé le plus lourd tribut au « Dakar », pour regretter ce déferlement annuel de grosses cylindrées pétaradantes.



On se demande même, après coup, comment les dirigeants africains ont pu tolérer pendant si longtemps que leurs territoires soient transformés en immenses terrains de jeu par une horde casquée venue d’Occident et qui se soucie comme d’une guigne d’accidents, souvent, mortels.



Pour une fois, nombreux sont les Africains qui sont enclins à remercier…Ben laden. En effet, ce sont les sbires sur le continent du plus célèbre terroriste du monde, par les menaces qu’ils faisaient peser sur les participants au « Dakar », qui ont obliger les organisateurs à « délocaliser » la course en Argentine, un continent où ils courent moins de risques de subir des attentats ou de se faire enlever.



Maintenant, c’est au tour de nos cousins d’Amérique latine de découvrir tout le mal qu’on pense de cette triviale poursuite entre autos et motos : accidents mortels, pollution, désastres écologiques…



La Funam (Fondation pour la défense de l’environnement), une Ong, a même déposé en décembre un recours pour empêcher que le « Dakar » ne passe par la province de Córdoba, accusant au passage les autorités argentines de n’avoir réalisé aucune étude sur l’impact environnemental de la course infernale. En pure perte : le « Dakar » est devenu un business trop lucratif pour s’émouvoir de ce genre d’états d’âme.



Barka BA le monde



1.Posté par bill le 13/01/2010 17:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

cher lecteur je suis un grand fan des sports motorises.
mais tant mieu que le rally ne passe plus en afrique .il faut qu'on se reveille les europeens quand ils veulent venir en afrique ils n'ont pas besoin de certains obligations. et pourtant ils ont plus besoin de nous .ils ont besoin de notre soleil,de nos ressources miniers de nos plages de nos sous. Ex: les entreprises qui sont en afrique les banques les hotels leur appartiennent meme nos dirigents parcequ'ils sont là pour proteger leurs biens .le cas de jean lefevre qui est une entreprise senegalaise qu'on a cassé au profit de fougerol.
arreter de dire quon guagne de largent les trois masques et quatre teeshirts
largent depense dans les hotels retourne en europe . et que dites vous du troupeau berger tromatise par le bruit de moteur etc etc.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image