leral.net | S'informer en temps réel

Le scandale Moustapha Diop : un cas pour l’exemple

Qui ne se rappelle le discours historique de MACKY lors de son investiture ? « la Patrie avant le parti » avait-il proclamé ! « Gouvernance sobre et vertueuse » avec comme socle le renforcement des Institutions, et comme cime la reddition des comptes.


Rédigé par leral.net le Lundi 15 Juin 2015 à 12:15 | | 1 commentaire(s)|

Le scandale Moustapha Diop : un cas pour l’exemple
LE SCANDALE MOUSTAPHA DIOP : UN CAS POUR L’EXEMPLE
Aujourd’hui à l’épreuve du pouvoir, ces slogans sont passés de mode. La real politique a rattrapé MACKY et ne le quittera plus. Hélas.

Les prochaines échéances pointent déjà à l’horizon, l’heure est donc au calcul politique pour réfléchir à la meilleure manière de renouveler la flamme de 2012 qui l’avait conduit au pouvoir.

Malheureusement, MACKY ne pourra jamais retrouver cette flamme, elle brûle désormais pour d’autres que lui, pour la bonne et simple raison que son accession au pouvoir découle d’une conjonction de facteurs dont le plus prépondérant aura été la volonté farouche du peuple sénégalais de sanctionner le régime de WADE, à qui on a prêté fort opportunément l’intention de se faire succéder par son fils. On peut y ajouter l’impuissance du Benno siggil Sénégal d’aboutir au consensus autour d’une candidature unique portée par TANOR ou NIASSE.

Toujours en est-il qu’aujourd’hui, le foisonnement de pratiques aux antipodes de la gouvernance sobre et vertueuse fait légion. Les sénégalais qui composent la majorité silencieuse des électeurs de ce pays se sont fait une raison et d’ailleurs cette majorité ne prête plus attention aux explications alambiquées des membres du régime de MACKY, des explications reposant sur les invectives, injures ou dénégations.

La plupart du temps désormais, tout comme MACKY, ces responsables préfèrent éviter la presse, habillée en diable désormais.

Le ressentiment des fonctionnaires est généralisé. Le SENEGAL est le seul pays au monde qui paye des indemnités léonines à des personnes qui ne sont ni fonctionnaires ni contractuelles de l’ETAT : les épouses des diplomates, payées mensuellement 500 000 F CFA. Ce qui signifie que si un diplomate sénégalais à quatre épouses, 2 000 000 F CFA seront versées à ses épouses, tous les mois. Il se raconte que ces épouses de diplomates, reçues par MAREME FAYE lui auraient demandé un appui ou un soutien quelconque. Cette promesse qu’elle leur aurait faite a été matérialisée dans la foulée.

Pour comparaison, un Professeur d’enseignement secondaire, fonctionnaire de la hiérarchie A1, la plus haute hiérarchie de la fonction publique du SENEGAL, au bout de 30 ans de fonction à servir son pays (sans recevoir des palmes académiques auquel tout enseignant après 15 ans de métier peut prétendre), ce professeur d’enseignement secondaire qui aura plafonné, donc de classe exceptionnelle ne percevra même pas 400 000 F CFA. Imaginons un peu quel doit être le sentiment de ce fonctionnaire, quand il voit ce mboumbay de nos deniers publics, pendant qu’on lui oppose une fin de non recevoir pour ses réclamations à incidence financière, sous n’importe quel prétexte fallacieux.

On nous chantait « la territorialisation des politiques publiques », avec la mise en place de « territoires économiquement viables, porteurs de développement durable ». Un an après, l’acte III de la Décentralisation est devenu un sujet tabou. Il est en panne, pour le malheur du peuple sénégalais.

Pendant ce temps, les contrats PPP foisonnent, avec leur lot de commissions que l’on croit occultes. Des individus non habilités, sans aucune légitimité quelconque, du fait de leur proximité avec MACKY, engagent notre destin pour des gains immédiats faramineux, en usant de tous les subterfuges pour dilapider nos richesses nationales. Notre pétrole aurait ainsi été siphonné comme par magie par des gens bien connus qui auraient récolté au moins 200 milliards, par un jeu de passe-passe impossible sans l’assentiment bienveillant de nos plus hautes autorités.

Donc, aujourd’hui tout le monde sait que les slogans ont accouché d’une incurie dont nous ne connaîtrons l’étendue qu’au lendemain du départ de MACKY.

La bonne gouvernance et ses bonnes intentions, ses collaborateurs s’assoient désormais dessus, avec son assentiment silencieux.

Moustapha DIOP a franchi le rubicond : il n’est pas le premier. Le Ministre des affaires étrangères aurait appelé MME KEITA de l’OFNAC au milieu de la nuit pour la rouer de menaces. Rien n’a changé sous le soleil de la mackycratie, quand cela s’est ébruité.

J’avais dit que nul n’avait le droit de jouer avec la Justice. Et la défendre, c’est défendre ce qui garantit notre sécurité à tous, en dernier ressort.

La CREI a condamné KARIM, personne ne s’en est ému. Le procureur s’est publiquement offusqué d’une décision de justice libérant une présumé coupable. Personne ne s’en est ému, à part l’UMS elle-même.

Aujourd’hui, c’est Moustapha DIOP qui commet un outrage à magistrat tellement grave que je n’arrive toujours pas à comprendre pourquoi ces magistrats n’ont pas automatiquement demandé au gendarme en faction au ministère de procéder à son arrestation immédiate.

Pour qui connait l’homme il n’y pas de quoi être surpris de ce comportement qui est le signe le plus évident d’une méconnaissance de l’Etat, et de sa mission, en qualité de Ministre de la République.

Mais, le problème est que ce monsieur se sent suffisamment intouchable car ayant « cotisé » pour mériter sa place au banquet de la république. Sa nomination est un juste retour sur investissement en effet : il a déboulonné MME NDIAYE de la mairie de LOUGA et il mobilise partout. Surliquide, il est même plus couru que MACKY et CHEIKH KANTE réunis.

On ne luit connait pas une fortune dont il aurait hérité, il n’est pas milliardaire, et pourtant il a scandaleusement arrosé les lougatois au point de parvenir à ses fins : offrir la tête de l’ex mairesse sur un plateau d’argent à MACKY.
Cette dame doit bien rire sous cape, quand elle le croise en Conseil des ministres, en se délectant à l’avance du retour de bâton.

Aujourd’hui, le comportement fantasque de M. DIOP le trahit et sonne comme un aveu avant l’heure. Après l’affront qu’il vient de faire aux magistrats, MACKY qui préside le Conseil supérieur de la Magistrature et qui est le Gardien de la Constitution choisira t-il de le garder, ce qui sonnera alors comme une humiliation et jettera le discrédit sur l’une des institutions judiciaires de notre pays garantes de la bonne gouvernance et première actrice dans la reddition des comptes ?

Ne soyons pas étonnés que de telles choses arrivent avec le régime de MACKY. Le peu d’égard manifesté à l’endroit de la magistrature et certains discours entendus en quelque lieu ont dû surement leur faire croire, mal à propos, que comme l’a déclaré M. DIOP « les magistrats étaient des personnes corrompues ».

Tout le monde attend la réaction de MACKY. Il est directement interpellé. Espérons qu’elle sera rapide, même si l’histoire nous apprend qu’avec MACKY, pour tout ce qui touche le pouvoir judiciaire, il semble faire peu cas d’être réactif.

Depuis six mois, en effet, le Conseil constitutionnel attend la nomination de son Président…

Cissé Kane NDAO
Président de l’Alliance démocratique pur la République –A.DE.R,






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image